Ma mère

 Par hjirou abdou  (?)  [msg envoyés : 57le 09-10-10 à 22:45  Lu :1886 fois
     
  
 accueil

Esseulée
Au milieu de sa petite chambre
Baignant dans la pénombre,
Celle qui me donna la vie,
Dormant de son dernier sommeil
Refusait de me parler.
******
Elle était là devant moi
Dans son suaire blanc laiteux,
La face voilée,
Plongée dans le silence et l’immobilité,
Morte de sa belle mort.
******
Et tandis que
Du coin des paupières
Suintaient mes tristes larmes,
La mort dans l’âme,
Je progressais à pas feutrés
Vers ce lit de bois
Sur lequel elle quitta,
A tout jamais,
Son toit.
******
Et moi,
Désarmé et Impuissant
Sous le poids de cette douleur cruelle ;
Me déchirant les entrailles,
M’occisant le cœur,
Je m’inclinais
Versant sur elle
Des flots de pleurs

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Voix active et voix passive
  Le remords(expression écrite 2è année bac)
  Tous les messages de hjirou abdou


 Réponse N°1 6777

conseiller
  Par   BADIY SidiElmokhtar  (CSle 10-10-10 à 12:03

Cher collègue M.HJIROU

On dirait que tu exprimais mes sentiments et mes sensations pour lesquels je n'ai pas votre don en sensibilité et en expression. Je vous en félicite et vous remercie pour ce délice. Bravo!!!




 Réponse N°2 6786

Le couteau dans la plaie
  Par   azelarab qorchi  (CSle 11-10-10 à 00:10

Ton poème me rappelle la mort de mon père. Toutes les larmes du monde ne peuvent effacer cette cruelle douleur. Que Dieu nous donne la force de supporter la vie sans ces êtres qui nous sont très chers. Mes sincères condoléances Abdou et appelle la Miséricorde de Dieu sur elle dans tes prières.

Amitiés.




 Réponse N°3 6802

L'être le plus cher!
  Par   Misbah Abouamr  (CSle 12-10-10 à 19:25

C'est dur de se voir quitté par un être si cher. j'ai toujours ma mère, mais votre poème m'a rappelé la mort de mon père. Il est des moments où certains poèmes sont plus touchants encore. la mort est inévitable mais c'est la séparation qui est douloureuse.

Que dieu ait, en sa grande miséricorde, nos chers êtres partis à l'autre monde et qu'il ait pitié de nous qui attendons notre tour parfois joyeux mais d'autres fois les plus malheureux du monde. Amen!





 Réponse N°4 6811

Merci pour la réflexion Mr Elomari Mustapha
  Par   hjirou abdou  (CSle 14-10-10 à 23:48

Sachez cher Frère que je l’attendais cette intervention.

Nous savons tous que la conjugaison de l’ancêtre du verbe sanguinaire ; contrairement à son descendant, manque d’ampleur.

D’ailleurs d’aucuns se sont posés la question pourquoi ces respectueux lettrés ont eu l’amabilité d’écrouer certains termes en les privant de liberté totale et nous privant, nous ; par la suite, de leur sublimité.

En ce qui concerne le participe présent de ce verbe. Passionné de petites recherches ; fortuitement je suis tombé … peut-être que vous n’allez pas me croire : sur OCCISANT le soi-disant participe présent du verbe OCCIRE. Croyez-moi, je n’en croyais pas mes yeux. Il m’a plu, c’était un petit bijou. J’ai trébuché mais sa présence était pour moi d’un grand réconfort. M’ayant supplié de ne pas le délaisser ; je me suis dit pourquoi l’abandonner dans ce monde reculé larmes aux yeux et pieds nus. Et je me suis précipité sur lui. Ce n’est pas du tout une erreur de conjugaison, croyez-moi. C’était comme une sorte de défi, d’amour pour ce qui est et demeure éternellement beau.

Merci pour la remarque une fois de plus.

Je tiens également à remercier tous ces collègues qui ont brandi tout haut leur plume, faisant de ma douleur, la leur.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +