Les thèmes dans l'oeuvre de jean anouilh: antigone

 Par bchiyar kamilia  (?)  [msg envoyés : 56le 30-03-11 à 12:30  Lu :40231 fois
     
  
 accueil


1- solitude:
les héros d'Antigone sont voués à la solitude.
Antigone: elle est irrémédiablement seule. seule pour agir, seule pour mourir. dès les premiers mots de la pièce, le prologue annonce qu'elle va "se dresser seule en face du monde". elle espérait que sa soeur Ismène l'aiderait à ensevelir en cachette son frère, mais celle-ci se retracte: ele a réfléchi toute la nuit, ele ne se rebellera pas contre l'ordre de créon: "nous ne pouvons pas...il nous ferait mourir." malgré ses supplictions, antigone ne renonce pas à son projet. elle persiste farouchement dans sa résolution.
le dialogue souligne l'impossible communication avec les etres qui l'entourent, personne ne la comprend, mais elle refuse elle-meme de comprendre les autres, s'efermant progressivement dans sa solitude. "moi je ne veux pas comprendre un peu" (p25) crie-t-elle à ismène.arrivée au terme de sa courte vie, elle ressentira cependant la solitude angoissante qui précède la mort, elle se sent toute petite, elle a peur, elle a froid, les etres qui l'entouraient au début de la pièce , nourrice, ismène, hémon,ont disparu"toute seule,(...)je suis toute seule" répète-t-elle par deux fois(p 111-112).
créon: la solitude n'est pas le propre d'antigone. les principaux personnages de la pièce connaissent aussi l'isolement moral.créon, en particulier. le prologue le présente par ces mots:"créon est seul".sa femme eurydice ne saurrait lui etre d'aucun secours. le petit page qui l'accompagne est "trop petit". créon ne peut compter que sur lui-meme pour accomplir la difficile tache de conduire les hommes. et quand son fils hémon, désespéré par la mort d'Antigone, lui crie: "je suis trop seul et le monde est trop nu si je ne peux plus t'admirer" il le repouusse et laisse tomber ces mots d'une amère lucidité: "on est tout seul, hémon. le monde est nu".(p 105)
et enfin, quand tout sera achevé, le choeur dira à créon: "et tu es tout seul mantenant, créon"il avouera:"tout seul, oui"(p 121). la solitude des etres est irréductible. les héros d'Anouilh vivent et meurent seuls. soulignant le tragique de la condition humaine.
2- L'enfance:
il est un adjectif révélateur qui revient comme un leitmotiv: c'est le mot petit. il est utilisé plus de 70 fois, et ce n'est pas un hasard. il accompagne presque toujours le nom d'Antigone, "c'est la petite maigre", la nourrice l'appelle "ma petite", ismène"ma petite soeur", le garde la traite de "petite hyène" et la compare à "une petite bete"..créon la considère comme une "petite fille"avant de lui trouver l'air d'un"petit gibier pris"; et de la qualifier de"petite peste",de "petite furie" ou de "petite idiote", et pour finir le choeur nous dit que "sans la petite Antigone" nous aurions tous été bien tranquilles..mais ce qu'il y a de plus curieux, c'est qu'Antigone elle-meme sent qu'elle est encore une enfant,et qu'elle n'est pas de taille à jouer son role. a quoi sert la nourrice si non à souligner par sa présence la fragilité de celle qui se blottit dans ses bras en l'appelant"nounou"et tous ces symboles que sont douce, la chienne d'Antigone avec sa bonne grosse tete, et cette petite pelle de fer, qui lui servait à faire des chateaux de sablesur la plage, et avec laquelle elle a recouvert le corps de son frère, et cette fleur de papier que polynice lui avait rapporté d'une soirée et qu'elle avait conservée précieusement., et cette poupée" que créon lui avait donnée il n'y a pa si longtemps....
que l'on ajoute l'évocation du"petit garçon", qu'Antigone "a eu en reve"avec hémon, et la présence du petit page auprès de créon, et l'on aura tous les éléments de cet univers de l'enfance qui n'apparaissait nullement dans la tragédie grecque et qui constitue la principale originalité de la pièce d'Anouilh.
dans l'antigone de sophocle, l'héroine était à la mesure de son aventure. notre petite antigone à nous, n'est pas au niveau de son histoire, du moins au début. n'avoue-t-elle pas qu'elle se sent"encore un peu petite pour cela" c'est de ce contraste entre un personnage et une mission qu'Anouilh va tirer ses effets les plus pathétiques.
curieusement, c'est au moment ou Antigone va grandir pour assumer sa mission qu'elle découvre avec horreur le monde des adultes, un monde ou l'on ne croit pas ce que l'on fait, on l'on ne fait pas ce que l'on dit, ou l'on ne dit pas ce que l'on pense. un monde absurde...
3- le bonheur:
le bonheur est un thème central dans l'oeuvre de jean anouilh. "il y a deux races d'etres,dit-il par l'entremise d'un personnage d'eurydice, une race ,nombreuse, féconde heureuse, une grosse pate à pétrir qui mange son saucisson, fait ses enfants, pousse ses outils, compte ses sous bon an mal an, malgré les épidémies, les guerres jusqu'à la limited'age; des gens pour vivre, des gens pour tous les jours.(...à et puis il y a les autres, les nobles, les héros," antigone fait partie de cette race de hérospurs et intransigeants, assoiffés d'un bonheur qui ne souffre pas les compromissions et la médiocrité de la vie quotidienne.
le thème du bonheur est amorcé au début de la pièce: c'est d'abord ismène qui souffle à Antigone:"ton bonheur est là devant toi et tu n'as qu'à le prendre"(p29), puis hémon qui évoque le bonheur du couple:"c'est plein de disputes un bonheur".
4- la conception du pouvoir:
le personnage de créon ,roi de thèbes, incarne le pouvoir et permet à Anouilh de présenter les principaux aspects de la pratique politique.
la politique apparait comme un métier odieux:"vous etes odieux,dit Antigone à créon.-oui,mon petit,réplique-t-il, c'est le métier qui le veut"(p77).gouverner, c'est se plier à la raison d'Etat, en oubliant que l'on règne sur des Hommes, en oubliant que l'on est soi-meme un homme.

  



InfoIdentification nécessaire
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +