Les figures de style.

 Par Samira Yassine  (?)  [msg envoyés : 2089le 17-10-10 à 17:48  Lu :6950 fois
     
  
 accueil

Les figures de style
I/ Les figures d’analogie :
1) La comparaison:
Il est rusé comme un renard.
Son sourire est pareil à l'éclat du soleil.
Des rayons de soleil surgissent des nuages telles des flèches étincelantes.
Cet élève est aussi intelligent que son frère.
Comparer c'est rechercher un rapport de ressemblance ou de différence entre deux éléments : le comparé et le comparant reliés par un outil de comparaison.
Nadia nage comme un poisson.
Nadia : le comparé
Poisson : le comparant
Comme : outil de comparaison.
2) La métaphore:
La fleur éclose se promena avec son père.
Des flèches étincelantes surgissent des nuages.
La métaphore est une comparaison où le moyen de comparaison et l'outil de comparaison disparaissent.
Le moyen disparaît: Nadia, un poisson, saute dans l'eau.
Le comparé et l'outil de comparaison disparaissent :
des flèches étincelantes surgissent des nuages.
3) La personnification :
La nature dormait "
La toux vient me saluer chaque soir
La personnification consiste une chose ou une idée sous les traits d'une personne
4) L'allégorie:
"Les deux tribus se rencontrèrent un rameau d'olivier et une colombe à la main"
La balance l’a condamné à 2ans de prison.
Elle représente de façon imagée (par des éléments descriptifs ou narratifs) les divers aspects d'une idée, qu'elle rend moins abstraite.
II / Les figures d’insistance et d’amplification :
1) La répétition:
:" Ma mère et ma source de vie, je l'aime beaucoup ma mère, je l'adore, ma mère."
Oh! Cèdres du Liban, cèdres de nos délires , Cèdres de notre extase et de notre fierté. (Charles Corme).
On répète plusieurs fois le même mot.
2) L'anaphore:
Il n'y a pas d'amour qui ne soit à douleur
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit meurtri
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit flétri. (Louis Aragon)
L'anaphore amplifie dans ces vers le sentiment tragique de l'amour déchiré.
Procédé d'amplification rythmique. Elle consiste à reprendre plusieurs fois le même mot en tête de vers successifs ou de phrases.
3) - L'hyperbole
"Je meurs de soif/ de faim/de sommeil/ fatigue.
Je t'ai dit mille fois de ne pas toucher à mes affaires
Elle est glacée de peur
Cette bonne femme est la gentillesse même.
L'hyperbole, ou l'exagération, consiste à exprimer une idée par une autre plus forte.
4) - La gradation
:" Il y avait des dizaines de centaines des milliers de cadavres qui gisaient par terre."
Je marchais, je courais, je volais.
Elle étouffa un cri, trembla et perdit conscience.
Elle ordonne les termes d'un énoncé selon une progression croissante ou décroissante.
III / Les figures d’atténuation:
1) L'euphémisme:
Cette femme ne vivra pas longtemps, elle a une tumeur au cerveau.(un cancer)
Notre cher collègue Amine Idrisi est décédé le 6octobre 2003.(mort)
L'euphémisme consiste à exprimer une idée d'une façon plus douce moins choquante.
2) La litote:
Va, je ne te hais point ainsi dit Chimène dans Le Cid (Pierre Corneille) à Rodrigue pour donner à entendre qu'elle l'aime envers et contre tout.
La litote permet implicitement d'exprimer beaucoup plus qu'il n'est dit.
C'est une figure qui exprime le plus de sens en disant le moins de mot, souvent à la forme négative.
IV / Les figures d’opposition :
1) L'antithèse:
Toi tu as choisi la mort, moi la vie
A père avare fils prodigue.
L'antithèse oppose fortement deux termes dans un meme énoncé:
2) L'oxymore:
Cette obscure clarté qui tombe des étoiles (Corneille)
Il y a bien sûr contradiction entre les valeurs sémantiques essentielles d'obscur et de clarté.
Je te présente ma grande petite fille.
La pauvre riche héritière est perdue après la mort de son père.
C'est la réunion surprenante dans une même expression de deux termes contradictoires. L'oxymore sert de support éventuel à l'antithèse.
3) L'antiphrase:
Quel courage! (peut en fait dénoncer la lâcheté de quelqu'un).
Comme elle maigre! Elle pèse 120kg.
Il est aussi généreux que M Grandet.
On dit le contraire de ce qu'on pense.
Elle exprime une idée par son contraire dans une intention ironique
4) Le chiasme:
Et ce champ me faisait un effet singulier;
Des cadavres dessous et dessus des fantômes;
Quelques hameaux flambaient: au loin brûlaient les chaumes. (Victor Hugo)
Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger.
Le chiasme joue sur au minimum quatre termes. Ces termes d'une double formulation y sont inversés AB / B'A'.
V / Les figures de substitution :
1) La périphrase:
Obéis à la créatrice de tes jours. (ta mère)
Joseph a chassé le roi du gibier.(les bartavelles)
On doit prier et louer le créateur de l'univers.(Dieu)
Elle consiste à remplacer un termes par un ensemble de mots exprimant la même chose
2) La métonymie:
On ne nomme pas l'être ou l'objet mais on utilise un autre nom qui lui est proche parce qu'il s'agit de son contenant, sa cause... Les deux termes y entretiennent des relations de proximité:
contenant / contenu:
Exemple: C'est un émissaire du Vatican = un émissaire du pape.
Effet / cause:
Exemple: Socrate a bu la mort = le verre de poison qui le fera mourir.
origine / objet:
Exemple: Fumer des havanes = des cigares qui viennent de La Havane.
instrument / utilisation:
Exemple: C'est une bonne raquette = un bon joueur de tennis.
symbole / réalité:
Exemple: C'est l'alliance de la faucille et du marteau = des paysans et des ouvriers.
C'est un procédé de symbolisation qui permet une concentration de l'énoncé.
3) La synecdoque:
Il y avait des centaines de têtes au marché
Le chasseur est rentré bredouille , il n’a rapporté ni poils ni plumes.
La terre a besoin de bras jeunes.
Voici venir la saison des roses. ( pour désigner l'été.)
Les voiles approchent du rivage.[ voiles = navires ]
Il fait froid mets ta laine.
Figure proche de la métonymie: les mots y sont liés par une relation d'inclusion (la partie pour le tout, la matière pour l'objet):
VI / Les figures de construction :
1) Le parallélisme:
Que la vie est belle! Que la nature est tendre!
On utilise une syntaxe semblable pour deux énoncés pour rythmer la phrase ou pour orner le discours. Le parallélisme peut être rapproché de la comparaison car on compare, généralement, deux objets en les approchant l'un de l'autre pour mieux faire sentir leur valeur relative, leurs rapports, leurs oppositions...
2) L'ellipse:
Je t'aimais inconstant, qu'aurais-je fait fidèle? (Jean Racine). [...qu'aurais-je fait si tu avais été fidèle? Enchanté ! (Je suis enchanté de faire votre connaissance)
Ce mot signifie « omission / oubli». On supprime des termes qui cependant peuvent se deviner.
==================================
N’oublions pas une autre figure :
L’énumération :
On passera l'examen en français, arabe, éducation islamique et mathématiques.
L'énumération consiste en la succession d'un certain nombre de termes dans une phrase. Elle est différente de l'énumération ou il faut suivre un ordre croissant ou décroissant

  




 Réponse N°1 6855

re
  Par   Eddid Kenza  (CSle 18-10-10 à 00:22

sltt !!

Mercii Mdm'elle Samira pour ce leçon ,il est trés important cette anné pour nous les élèves de 6eme




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +