Les discours et les textes :les procédés de reprise (fiche)

 Par JAAD Lahcen  (?)  [msg envoyés : 3le 26-12-09 à 23:28  Lu :7991 fois
     
  
 accueil

Les discours et les textes :
Les procédés de reprise (fiche)
Un texte ne peut être compris du lecteur que si certains éléments sont repris d’une phrase à l’autre. Quels sont les différents procédés de reprise permettant d’assurer la cohérence du texte sans engendrer de répétitions maladroites ?
1. Les reprises pronominales
Les deux procédés fondamentaux de reprise sont la reprise par un pronom et la reprise par un nom. Grâce à un pronom, on peut reprendre un mot, un groupe de mots ou même une proposition entière. Les pronoms de reprise les plus utilisés sont les pronoms personnels de la troisième personne ainsi que les pronoms démonstratifs.
1.1. La reprise par un pronom personnel
Ce type de reprise est indispensable pour éviter de surcharger un texte.
Ex. : « Cosette prit la poupée et la posa doucement à terre avec une sorte de vénération mêlée de désespoir. Alors, sans la quitter des yeux, elle joignit les mains. » (Victor Hugo, les Misérables)
Le nom Cosette est repris par le pronom personnel sujet elle ; le GN la poupée est repris (deux fois) par le pronom personnel complément la.
1.2. La reprise par un pronom démonstratif
Les pronoms celui, celle(s), ceux renforcés en général par les adverbes ci ou là permettent de reprendre des groupes nominaux. Les pronoms démonstratifs ce, ceci, cela, ça (contraction familière de cela) représentent le plus souvent une idée précédemment exprimée.
Ex. : « Il a pris le trousseau de clés sur le bureau de la maîtresse, et il a fermé la porte de la classe. […] Tout ça, ça s’est passé très vite ! » (Thierry Jonquet, la Bombe humaine)
Le démonstratif ça fait référence aux actions citées dans la phrase précédente.
2. Les reprises nominales
Les reprises nominales ou substituts lexicaux permettent souvent d’apporter des informations supplémentaires. Cependant plusieurs procédés sont possibles.
2.1. La reprise simple
On reprend le nom du groupe nominal, mais en changeant le déterminant (celui-ci est le plus souvent remplacé par un démonstratif).
Ex. : « Et ce qui augmentait encore la nudité austère de la façade, c’était l’absence absolue de persiennes et de jalousies […]. Cette façade, avec son air vénérable, sa sévérité bourgeoise, dormait solennellement dans le recueillement du quartier. » (Émile Zola, la Curée)
2.2. La reprise par un groupe nominal réduit
On reprend un groupe nominal étendu (comprenant plusieurs expansions) mais en le réduisant.
Ex. : « Les enfants escaladaient souvent le vieux mur de l’école qui se trouvait au fond de la cour. Le mur n’était pas bien haut. »
2.3. La reprise par un synonyme
Ex. : « J’ouvris ma barrière et je pénétrai dans la longue allée de sycomores, qui s’en allait vers le logis […] .En approchant de la maison, un trouble bizarre me saisit. » (Guy de Maupassant, Qui sait ?)
Le nom logis est repris par le synonyme maison.
2.4. La reprise par un terme générique
Ex. : « Je décidai donc d’étudier [les mantes religieuses], c’est-à-dire que, pour déclencher une bataille entre les deux plus grosses, je les présentai de fort près l’une à l’autre, les griffes en avant. Nous pûmes alors continuer nos études par la constatation du fait que ces bestioles pouvaient vivre sans griffes, puis sans pattes, et même sans une moitié de tête. » (Marcel Pagnol, la Gloire de mon père)
Le terme spécifique mante religieuse est repris par le terme générique bestiole.
2.5. La reprise par une périphrase
On reprend un nom unique par un groupe de mots de même sens que le nom initial. La périphrase peut être :
– neutre et constituer une simple description de l’objet évoqué ;
– appréciative (péjorative ou laudative) et traduire un sentiment du locuteur à l’égard de cet objet.
Ex. : « Ce que j’écoutais, ce que je guettais, c’était les mots : car j’avais la passion des mots […]. Or dans les discours de l’oncle, il y en avait de tout nouveaux, et qui étaient délicieux : damasquiné, florilège, filigrane, ou grandioses : archiépiscopal, plénipotentiaire. Lorsque sur le fleuve de son discours je voyais passer l’un de ces vaisseaux à trois ponts, je levais la main et je demandais des explications qu’il ne me refusait jamais. » (Marcel Pagnol, op. cit.)
La périphrase l’un de ces vaisseaux à trois ponts traduit le plaisir du jeune Marcel découvrant des mots nouveaux et majestueux dans le discours de son oncle.
2.6. La reprise d’un verbe
Un verbe peut également être repris par un nom ou un groupe nominal.
Ex. : « On avait volé, volé Madame Lefèvre ! […] Le bruit du vol se répandit. » (Guy de Maupassant, les Contes de la bécasse)

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 2251

merci
  Par   bijaho aziz  (Profle 02-01-10 à 11:28

merci pour la fiche




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +