Lecture méthodique:le portait de vautrin

 Par Elmzouri mostafa  (Autre)  [msg envoyés : 145le 11-01-13 à 15:01  Lu :5557 fois
     
  
 accueil


A Mme Fatiha Bachiri
A Mme Warda Zhor
Extrait proposé : le portrait de Vautrin in le Père Goriot ; Balzac.
Texte :
Entre ces deux personnages et les autres, Vautrin, l'homme de quarante ans, à favoris peints, servait de transition. Il était un de ces gens dont le peuple dit: Voilà un fameux gaillard! Il avait les épaules larges, le buste bien développé, les muscles apparents, des mains épaisses, carrées et fortement marquées aux phalanges par des bouquets de poils touffus et d'un roux ardent. Sa figure, rayée par des rides prématurées, offrait des signes de dureté que démentaient ses manières souples et liantes. Sa voix de basse-taille, en harmonie avec sa grosse gaieté, ne déplaisait point. Il était obligeant et rieur. Si quelque serrure allait mal, il l'avait bientôt démontée, rafistolée, huilée, limée, remontée, en disant: Ca me connaît. Il connaissait tout d'ailleurs, les vaisseaux, la mer, la France, l'étranger, les affaires, les hommes, les événements les lois, les hôtels et les prisons. Si quelqu'un se plaignait par trop, il lui offrait aussitôt ses services. Il avait prêté plusieurs fois de l'argent à madame Vauquer et à quelques pensionnaires; mais ses obligés seraient morts plutôt que de ne pas le lui rendre, tant, malgré son air bonhomme, il imprimait de crainte par un certain regard profond et plein de résolution. A la manière dont il lançait un jet de salive, il annonçait un sang-froid imperturbable qui ne devait pas le faire reculer devant un crime pour sortir d'une position équivoque.
Il s’agit d’une séance de 2 heures qui s’inscrit dans une séquence didactique autour du portrait.
• Objectif : étudier le portrait réaliste.
• Pré-acquis : portait morale ; portrait physique ; portrait dynamique.
• Notions: réalisme; anticipation lexique.
1-mise en situation:
Il s’agit du début du roman de Balzac le Père Goriot ; C’est la phase de la présentation des personnages du roman. Le narrateur vient de présenter une jeune fille triste, Victorine Taillefer, et un jeune homme ambitieux, Eugène de Rastignac. La présentation de Vautrin détient un intérêt particulier dans ce début du roman.
2-Lecture à haute voix.
3-Axe de lecture : comment ce portrait réaliste sert-il l’ambiguïté du personnage ?
4-mouvements du texte :
• description physique : gros plan sur une partie du corps.
• compte rendu d’un comportement ambigu.
5- plan:
• Description physique : mise en valeur de la force.
• Compte-rendu d’un comportement : une profonde ambiguïté.
6- Explication:
- L’âge du personnage (40 ans) dénote la force, c’est la force de l’âge confortée par l’expression « fameux gaillard ». C’est une puissance à admirer mais aussi à craindre, en témoigne l’antéposition de l’adjectif « fameux »
Le réalisme physique se traduit par une succession d’adjectifs : « larges, développées,
épaisses, carrées, touffues… »
Cette abondance va au-delàs du simple effet de vigueur vers une certaine bestialité : le gros plan sur les phalanges en est la traduction ; les poils sont touffus et leur couleur est rose ; une énigme doit en surgir.
La « figure rayée », « les rides prématurées » contrastent avec la vigueur du reste de la description : ils sont le signe de l’expérience et du passé glorieux.
Le contraste se trouve d’autant plus grand que l’expression « manières souples et liantes »
témoigne d’une agilité peu commune à la vigueur.
La focalisation externe signifie que le narrateur prend à témoin le peuple pour le consolider dans sa description réaliste du personnage. Cependant la métaphore musicale « sa voix de basse taille » sème le doute et annonce l’ambiguïté latente du personnage.
-Le choix de l’exemple de la « serrure » est pour le moins surprenant pour un homme décrit de la sorte. Cependant, la serrure n’est-elle pas le symbole de l’ouverture de l’accès. Vautrin sonde l’inconnu ; pour cela inversons l’expression « ça me connait », nous obtiendrons « je connais ça », ce pronom démonstratif n’est-il pas le résumé du monde.
La précipitation des adjectifs « démontée, rafistolée, huilée » ne traduit pas seulement
la connaissance mais également la rapidité et l’efficacité du savoir. C’est un savoir qui s’entend au-delàs d’une mécanique pour atteindre la psychologie humaine. Regardons la place du substantif « les hommes » au milieu d’une énumération globalisante.
La phrase hypothétique « si quelqu’un… », En plus de l’hyperbole qu’elle contient traduisent une ambiguïté qui souligne à la fois bienveillance et méchanceté.
Notons que la répétition sémantique contenue dans « sang froid », « imperturbable » stabilise le personnage dans sa résolution mais nous mettent en face d’un mot « crime » qui constitue pour le lecteur un imprévu. Néanmoins l’équivoque, l’ambiguïté et le secret sont tenues en laisse jusqu’à la chute de l’extrait sur le mot « équivoque ».
On aura retenu que la description réaliste anticipe une action : la mise en valeur de la force et de l’ambiguïté du personnage en feront un acteur principale de l’action à venir.
(PS : pour Mme Nadia Mimouni : toute ressemblance avec d’autre analyse n’est que pure coïncidence!)

  




 Réponse N°1 29420

re
  Par   Elmzouri mostafa  (Autrele 12-01-13 à 20:18



Vous m'avez donc eu!!:-)





 Réponse N°2 29421


  Par   LAKHDER Kenza  (Profle 12-01-13 à 23:32



Au nom de la censure je vous arrête .

Ainsi parlait madame Mimouni ...





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +