Lecture : le dernier jour d'un condamné, chapitre iii

 Par elakli rachid  (?)  [msg envoyés : 1le 10-04-13 à 19:53  Lu :9178 fois
     
  
 accueil


Envoyé par: Elakli rachid

Activités de lecture:

Le Dernier jour d'un condamné, chapitre III

  1. Situation de passage

Le passage vient après la séance au tribunal durant laquelle le condamné a connu son sort.

  1. Approche formelle globale:

  • De combien de paragraphe se compose le chapitre? 5 paragraphes.

  • Quel est le temps dominant dans ce chapitre? le présent

  • Est-ce que le narrateur poursuit le récit ou bien il l'arrête?

  • Pourquoi il a arrêté la narration? hypothèses de lecture.

  • Relevez les paragraphes les plus courts. 1 et 5.

  • Quelle relation peut-on établir entre ces deux paragraphes? le 5ème est une réaction du condamné envers le verdict (1er paragraphe).

  • Est-ce que le condamné accepte la peine de mort? non, c'est horrible.

  1. Argumenter pour agrémenter la peine de mort:

  1. Tous les hommes sont mortels

  1. 2ème paragraphe

    • lire le paragraphe

    • Relevez la phrase écrite en italique dans le premier paragraphe. Les hommes sont tous condamnés à mort avec des sursis indéfinis.

    • Quel est le temps utilisé dans cette phrase? le présent atemporel (de vérité générale, gnomique…).

    • Qu'exprime cette phrase? une vérité générale (tous les hommes sont mortels).

    • Pour étayer ce principe


    • Par quoi comment le premier paragraphe?

    • Qui a posé cette question?

    • Qu'est- ce qu'il essaie de faire? se convaincre

    • Relevez la phrase écrite en italique. les hommes sont tous condamnés à mort avec des sursis indéfinis.

  1. 3ème paragraphe

    • Lire le paragraphe

    • Tracer le tableau ci-dessous:

      Situation et état de l'homme

      Son sort

      Conclusion

      Désir de vivre longtemps

      Jeune, libre, sain.

      Actif, vigoureux.



      Mourir

      La mort n'a pas de raison ni d'exception. Quelles que soient les conditions de l'homme, il mourra tôt ou tard.

    • Les indices formels au service de ce principe:

      • Anaphore:

        1. La structure exclamative………………………………….l'étonnement du condamné envers la fin de l'homme.

        2. Devancer (passé et futur), et combien……………………. Le condamné n'est pas le seul à mourir mais beaucoup (combien) de gens le seront avant lui.

      • Antithèse:

Combien est morts qui s'arrangeaient pour une longue vie…………. Opposition entre le désir de vivre longtemps et le malaise de la mort.

      • l'adverbe encore et la répétition exprime la perpétuité de la mort.

  1. 4ème paragraphe

    • Lire le paragraphe

    • Par quoi il commence? et puis……………………………………..le condamné poursuit son raisonnement……………………….Un autre argument.

    • Quelle est la phrase qui ouvre le paragraphe? quel est son type? la question concerne quoi? la vie du condamné.

    • Tracer ce tableau qui résume la vie du condamné dans la prison .


Conditions de vie dans la prison

Conclusion

Conditions morales et affectives

Conditions biologiques


Vie pénible et insupportable

La mort vaut mieux que la vie

Dignité perdue, froissée, offensée.

L'horreur, l'effroi.

Nourriture pourrie (pain noir, bouillon maigre)

    • Indices formels

      • Mode infinitif dominant…………………………….. une souffrance permanente (indépendante du temps).

      • Anaphore: être………………………………………. Renvoie à la dignité.

  1. Rejet catégorique du raisonnement

    • Lire le dernier paragraphe

    • Il ressemble à quel paragraphe dans le chapitre?

    • Par quoi il commence? ah! une interjection

    • Qu'est- ce qu'il exprime? la douleur, la souffrance

    • A quoi renvoi l'expression «n'importe»? refus catégorique, absolue.

    • La phrase exclamative et l'adjectif «horrible» exprime la sauvagerie de la guillotine et par la suite de la peine capitale.

Synthèse:

En dépit de la situation calamiteuse et lamentable dans laquelle vit le narrateur au cachot d'un côté et de la fatalité de la mort, il reste néanmoins attaché à la vie.

Le narrateur rejette un type particulier de raisonnement à savoir le syllogisme suivant lequel:

Tous les hommes sont mortels

Or, le narrateur est un homme

Donc le narrateur est mortel.



  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +