Le thème de l’amour dans notre-dame de paris

 Par ouhti soumeya  (Prof)  [msg envoyés : 44le 21-11-10 à 20:25  Lu :8581 fois
     
  
 accueil

Le thème de l’amour dans Notre-dame de Paris
Introduction
Amour est un mot polysémique, il signifie, parmi d'autres significations, fraternité, attachement, amitié, dévotion et dévouement. Mais il peut prendre différents aspects et expressions selon les personnes.
Il y en a, ainsi, ceux qui sont généreux dans leurs amours et se sacrifient; et d’autres avares égoïstes et même assassins. Alors comment quelles sont les figures qui coïncident avec ces types d’amour dans le chef-d’œuvre de Victor Hugo Notre-dame de Paris.
I. La figure du faux dévot: Claude Frollo
Claude Frollo est un prêtre et un homme se science. Chef de famille à 17 ans, cultivé, austère mais bienveillant. Son amour de père l’a amené à élever son petit frère et Quasimodo dont personne ne voulait. Il veille comme père, comme consultant, sur Gringoire le poète perdu dans les rues de Paris. Frollo a une vie tranquille et intéressante jusqu'à ce qu’il croise Esmeralda: «Oh! Être prêtre et aimer une femme», c’est le dilemme de Frollo. Il l’a aimée le plus profondément pour ce qu’elle est. Malgré l’interdit de la religion qui envisage de se damner et d’abandonner toute sa vie pour se marier avec elle; avoir des enfants et la rendre heureuse. Frollo: «Grâce! répétait l’infortuné. Si tu savais ce que c’est que mon amour pour toi c’est du feu du plomb fondu mille couteaux dans mon cœur. […] Avilis moi, frappe moi, sois méchante! fais ce que tu voudras! Mais grâce! Aime-moi!»
Le duel entre la religion et l’amour le rend fou. Mais il est aveuglé par sa jalousie et sa rage envers Phoebus qu'Esméralda aime a la folie: «Quand tu dis ce nom malheureux, c’est comme si tu broyais entre tes dents toutes les fibres de mon cœur»; chose qui l’a poussé a se venger de sa bien-aimée et à la condamner à mort. Donc Frollo avait l’idée soit de posséder la Esméralda et de la séduire, soit de la tuer et de ne la laisser à personne, C'est ainsi qu'il a penché pour le deuxième choix, qu'il a réalisé.
II. l’amour sur le plan social
La cour des miracles est le lieu ou les mendiants, les truands; le peuple de l’ombre et de l’exclusion se rencontrent. Certes, ce sont des gens de la basse classe, qui font du mal aux autres. Mais, entre eux règne un amour fraternel. Ce sont eux qui ont adopté Esméralda et ont sacrifié la moitié de leur nombre pour la sauver de son exile et lui rendre sa liberté. Et entre ces gens-là on assiste a un degré élevé de sacrifice notamment celui d'Esméralda qui a accepté de se marier avec Gringoire rien que pour lui sauver la vie. Cela se voit clair aussi à travers les appellations que ce donnent les personnages entre eux: dans cette cour, on se nomme camarade et sœur.
III. Un attachement plein d’illusions : Phoebus et Esméralda
Esméralda est sauvée par le capitane Phoebus. Quand celle-ci le retrouve plusieurs jours plus tard elle lui laisse voir l’amour qu’il lui a inspiré. Certes, Phoebus est fiancé à la jeune fleur de lys. Mais il est également séduit par Esméralda. C’est un don juan qui ne cherche que du plaisir. C’est vrai qu'il a un nom et un corps glorieux, mais avec une âme pitoyable. Tout au contraire, Esméralda, tout aveuglée par la beauté physique du capitane, tomba amoureuse de lui et ne souhaita plus vivre sans lui:
— Qu’est devenu mon Phoebus? répéta-t-elle froidement
— Il est mort! cria le prêtre.
— Mort! dit elle toujours glaciale et immobile, alors que me parlez-vous de vivre?
Donc, pour elle, la vie c’est Phoebus; et sans lui la vie doit s’arrêter.
IV. Un amour impossible et sublime: Quasimodo et Esméralda
Dés le début on entends parler d’un monstre bossu, un malformé c’est le sonneur des cloches Quasimodo, adopté par le prêtre Frollo; mais, a vrai dire, il est doté d’une âme sublime, amoureuse d’Esméralda, dévouée tout à fait pour elle: il l’a sauvée de la mort, il est partie lui chercher son Phoebus juste pour la voir heureuse; il lui donna son pain et sa place dans l’église. Le pauvre continue de l’aimer même s’il savait qu’elle n'éprouvait pour lui aucun sentiment et qu’elle ne sera jamais à lui.
Vers la fin de l'histoire, et après la mort d'Esméralda on a trouvé son cadavre embrassant celui de la jeune fille: Quasimodo est allé mourir à coté de sa bien aimé en la prenant entre ses bras souhaitant l’avoir pour lui, même mourante. C'est une fin qui ne va pas sans nous rappeler Roméo et Juliette de Shakespeare, auteur qui a beaucoup influencé Hugo.
Conclusion
Hugo met en évidence le dualisme entre deux forces esthétiques: le sublime en liaison avec l’âme et le grotesque en liaison avec le corps. Il diversifie les aspects de l'amour dans son roman, mais dans style qui rend le tout homogène. Quant au thème de l'amour, il va avec la veine romantique de l'époque et de l'école littéraire dont il est le chef de file.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Le sommaire du collège
  La réception critique des mille et une nuits chez kilito 1er chapitre
  Tous les messages de ouhti soumeya

InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +