Le registre de texte !!??

 Par Samira Yassine  (?)  [msg envoyés : 2089le 12-03-13 à 07:10  Lu :1621 fois
     
  
 accueil


Eclairez-moi, svp:
Je trouve qu'on peut parler de registre tragique dans le dernier jour d'un condamné. Certains collègues ne sont pas d'accord.
Dites-moi , svp , qui de nous a raison ?
Personnellement, je trouve que le condamné lutte contre son sort tragique, lutte contre le peu de tempps qui lui reste à vivre.
Alors pourquoi ne pas parler de registre tragique?
Merci de bien vouloir me répondre.

  




 Réponse N°1 30171

Bonsoir!
  Par   Elmzouri mostafa  (Autrele 12-03-13 à 19:38



Le registre tragique met « l’homme face à des forces qui le dépassent (dieux, destins, passions, fatalité, machine infernale) ; en créant chez le spectateur deux émotions : terreur et pitié ». On assiste à des personnages de haut rang, tiraillés entre le devoir et le sentiment. Puisque "Antigone" obéit à cette définition, il n’y a aucun doute que c’est un texte tragique.(comme tout le monde le sait)

Pour l’œuvre de Hugo, « le dernier jour d’un condamné », c’est vrai qu’il y a le tragique, mais ce n’est pas dans sens terminologique car : 1°- il n’y a pas de tiraillement entre le sentiment et le devoir ; le condamné aspire à la vie…2°- Pour l’émotion du spectateur (le lecteur), on assiste à une seule émotion : la pitié. 3°- Le personnage de Hugo peut être pris dans le peuple.

Si vous prenez « tragique » dans le sens d’un « événement tragique », là, vous avez raison : « le dernier jour d’un condamné » est un roman tragique.





 Réponse N°2 30172

Merci M Elmzouri.
  Par   Samira Yassine  (CSle 12-03-13 à 21:06



Vous avez bien répondu à ma question.

Vous avez deviné la source de mon problème , je n'arrive pas à me débarrasser de la signifcation du terme tragique dans le sens courant du terme.

Merci cher ami.





 Réponse N°3 30179

Pourquoi ne peut-on pas parler de registre tragique? pour plusieur raisons
  Par   dami imad  (CSle 13-03-13 à 00:46



IMAD EL GHACHI

Personnellement, je trouve qu’il s’agit du registre pathétique dans « le dernier jour d’un condamnée ».

D’abord, je veux signaler qu’il ne faut pas prendre « le registre tragique » seulement dans le sens du malheur et de la tristesse. Sinon on va le confondre avec « le registre pathétique ».

on ne peut pas parler de la tragédie dans « le dernier jour d’un condamnée » , et cela pour plusieurs raisons :

1- le registre tragique montre une situation sans issue qui repose sur l’intervention d’une force supérieure ou d’une divinité comme le destin, les dieux et la fatalité, pourtant la condamnation à mort n’appartient pas à ces forces supérieure.

2- Dans la tragédie, Le héros tragique se caractérise en général par sa grandeur : noble, hors du commun. cependant le condamné est pauvre et ordinaire « je suis condamné aux frais, et tout ce que j’ai y suffira à peine. La guillotine, c’est fort cher. » .

3- le héros tragique -Antigone par exemple- exprime sa douleur dans un vocabulaire moral où s'allient lucidement l'impuissance et la révolte. (le condamné est docile et poli)

Et voilà des caractéristiques du registre pathétique qui peuvent justifier mon opinion :

1- Le choix des personnages présentés comme des victimes : l’orphelin mal traité, le vieillard solitaire, le pauvre méprisé (un condamné à mort).

2- Le registre pathétique concerne tous les énoncés qui suscitent chez le lecteur une émotion violente, douloureuse, voire des larmes. Cette émotion peut être une fin en soi mais aussi avoir une fonction argumentative et amener le lecteur à réagir, face à une injustice par exemple tel le cas du condamné qui ne mérite pas –d’après Victor Hugo- la mort.

3- Le registre pathétique se caractérise par une syntaxe de l’émotion :

-Musicalité (la chanson d’argot entendue depuis l’infirmerie)

-Phrases exclamatives (condamné à mort ! – ah, n’importe c’est horrible – c’est pour aujourd’hui ! …)

-Phrases Interrogatives (pourquoi ? à quoi bon ? qu’importe ?)

Le chapitre 7 est plein des phrases exclamatives et interrogatives.

4- L’évocation de termes appartenant au champ lexical de la souffrance et des sentiments violents, des hyperboles, des images fortes.

5- L’évocation des évènements malheureux (séparation, misère, mort) pour émouvoir les lecteurs.

Finalement, Je veux m’excuser pour les fautes d’orthographe, de grammaire et de l’inattention





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +