Le profil d'entrée

 Par abdellah boussif  (?)  [msg envoyés : 4le 09-03-15 à 22:09  Lu :511 fois
     
  
 accueil


j'ai un petit souci que je souhaite partager avec vous dans ce forum.on parle souvent de ce fameux "profil d'entrée" pour bien planifier ses apprentissages, mais existe- il vraiment dans nos classe d'aujourd'hui? ( un petit exemple en première année du collège,j'ai contact avec grand nombre de cas en crise de déchiffrage des mots simples. Quelles solutions pourriez vous proposer à fin de résoudre ces problèmes, sachant que l'élève est sensé de maîtriser au primaire?)

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 35276

Motiver et inventer.
  Par   AMMARI Najlae  (Profle 15-03-15 à 20:43

Ce problème se reproduit au collège, au lycée et même après les classes de terminale. Mais prendre conscience que chaque élève a un profil et qu'il évolue selon son propre rythme signifie déjé avancer d'un pas.

En apprenant la langue française, l'élève doit recevoir un savoir motivant. l'enseignant est censé clarifier ses attentes et ses enjeux, essayer de proposer des activités stimulant l'imaginaire de ses élèves, les faire travailler collectivement et surtout accepter le résultat sans les déstabiliser par des remarques ironiques (l'image qu'on donne à l'élève de soi-même doit être positive sans trop le flatter, sinon ce serait le bordel).

Parfois il faut enchevêtrer plusieurs activités: Par exemple pour enrichir leur vocabulaire à propos des métiers, demander à chaque groupe de 1- choisir un métier ( médecin, cordonnier, soldat, acteur, marionnettiste...), 2- préparer un travail écrit à propos de ses avantages et de ses difficultés 3- le présenter oralement en classe, il faut surtout garder une trace écrite des mots clés de chaque métier et inciter les élèves eux-mêmes à critiquer "gentiment bien sûr" le travail de leurs camarades. il ne faut pas oublier de convoquer le lexique acquis lors des séances qui suivent.

Il faut peut-être proposer des exercices surprenants et inhabituels pour briser cette monotonie qui tue la créativité et l'envie d'apprendre, par exemple écrire une phrase banale au tableau et demander aux élèves de faire un travail de groupes : chacun complète la phrase de l'autre de sorte qu'ils obtiennent finalement un travail polyphonique (narration, dialogue, description, discours de sourds...)  :) c'est fou mais il faut inventer de temps en temps des truc comme ça!

Enfin il faut souffrir un peu, car on est tiraillé entre les exigences des programmes et la réalité décevante qui s'impose.




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +