Le professeur du secondaire qualifiant est-il enseignant de lettres ou un enseignant de langue ?

 Par El-Amari Mohamed  (?)  [msg envoyés : 4le 22-03-11 à 19:12  Lu :3047 fois
     
  
 accueil



Caricature réalisée par Arram Nabil.
La réforme de l’enseignement secondaire au Maroc a introduit l’étude des œuvres intégrales au cours du français. Les enseignants ne se basent plus sur des extraits de textes tirés d’un manuel scolaire, mais ils puisent leurs supports dans des œuvres programmées par le ministère pour chaque niveau. Ainsi on a introduit aussi les outils de lecture du texte littéraire. A priori, le prof est donc à la fois un enseignant de langue et de lettres. Sauf qu’il est à la base un professeur de langue (d’après son cadre même : professeur de la langue française) qui utilise le texte littéraire comme support.
L’importance du choix de l’œuvre intégrale est due à ses aspects communicationnels, culturels et patrimoniaux. Elle communique des expériences de vie aux élèves. C’est un moyen de transmission d’une culture, d’un ensemble d’us, de coutumes et de valeurs. Elle aussi un patrimoine national et humain puisque elle intègre des données historiques, culturelles et sociales d’une époque et d’une nation. En bref l’œuvre intégrale est une source d’inspiration ainsi qu’un espace d’échange pour les apprenants.
Malgré ce statut elle n’est qu’un support parmi d’autres, son étude n’a pour objectif que l’étude de la langue dont elle est la meilleure concrétisation. Ce qu’on vise dans l’enseignement secondaire c’est le développement des compétences linguistiques et non la formation de critiques littéraires. Dans cette perspective, l’enseignement est axé sur l’apprentissage de la langue. Si on dispense des cours d’outils d’analyse (tels les points de vue, les figures de style, la caractérisation … etc.) c’est simplement pour permettre aux élèves de réceptionner les messages des textes et de leur montrer la beauté de la langue. Ces outils ne sont, donc, qu’un moyen et non une fin. L’essentiel et le noyau du cours du français est l’amélioration des compétences linguistiques. Il est question de donner aux élèves des outils de communication à la fois orale et écrite.
L’enseignement de la langue française au Maroc vise le développement des compétences linguistiques. L’œuvre intégrale en constitue le parfait support. Sauf qu’on doit garder à l’esprit que les outils d’analyse littéraire sont un moyen et non une fin, pour que le cours de la langue française ne se transforme pas en cours de littérature.
EL-AMARI Mohamed
ENS Tétouan
Section de langue française.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 9792

Caricature très expressive !
  Par   Samira Yassine  (CSle 23-03-11 à 18:35



Des fois l'image dit ce que les mots ne peuvent dire. Belle caricature !

Remerciements.





 Réponse N°2 9794

tout est dit...!
  Par   mortada majid  (Profle 23-03-11 à 22:15



la caricature est très expressive, elle dit plus qu'en disent les mots

ça résume en partie le souci du professeur..

merci cher collègue





 Réponse N°3 10164

Merci
  Par   El-Amari Mohamed  (CSle 22-04-11 à 02:30



Merci pour votre passage.

A vous tous les honneurs M. Nabile: tu les mérites d'ailleurs.

NB: Nabile est collègue de section française.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +