Le père goriot : les techniques descriptives au service de la narration

 Par reassouma Asma  (?)  [msg envoyés : 2le 22-10-13 à 09:51  Lu :1208 fois
     
  
 accueil


Envoyé par: Reassouma Asma

Matière: Langue française.

Niveau: 2 ème année baccalauréat Sc. Math B.

Module: Module 3/Lire un roman réaliste, Le Père Goriot de Honoré de Balzac.

Activité: Outil d'analyse.

La compétence visée: repérer et relever les caractéristiques du texte descriptif

Repérer et relever les caractéristiques de la caractérisation

L'objectif visé: Les portraits selon Balzac.

Heure: 1 heure (Samedi 27 avril 2013, de 10h à 11h).

Les techniques descriptives au service de la narration

La caractérisation au service du portrait

Déroulement de la séance

Le support

Entre ces deux personnages et les autres, Vautrin, l'homme de quarante ans, à favoris peints, servait de transition. Il était un de ces gens dont le peuple dit: Voilà un fameux gaillard! Il avait les épaules larges, le buste bien développé, les muscles apparents, des mains épaisses, carrées et fortement marquées aux phalanges par des bouquets de poils touffus et d'un roux ardent. Sa figure, rayée par des rides prématurées, offrait des signes de dureté que démentaient ses manières souples et liantes. Sa voix de basse-taille, en harmonie avec sa grosse gaieté, ne déplaisait point. Il était obligeant et rieur. Si quelque serrure allait mal, il l'avait bientôt démontée, rafistolée, huilée, limée, remontée, en disant: Ça me connaît. Il connaissait tout d'ailleurs, les vaisseaux, la mer, la France, l'étranger, les affaires, les hommes, les événements, les lois, les hôtels et les prisons. Si quelqu'un se plaignait par trop, il lui offrait aussitôt ses services. Il avait prêté plusieurs fois de l'argent à madame Vauquer et à quelques pensionnaires; mais ses obligés seraient morts plutôt que de ne pas le lui rendre, tant, malgré son air bonhomme, il imprimait de crainte par un certain regard profond et plein de résolution. A la manière dont il lançait un jet de salive, il annonçait un sang-froid imperturbable qui ne devait pas le faire reculer devant un crime pour sortir d'une position équivoque. Comme un juge sévère, son oeil semblait aller au fond de toutes les questions, de toutes les consciences, de tous les sentiments. Ses moeurs consistaient à sortir après le déjeuner, à revenir pour dîner, à décamper pour toute la soirée, et à rentrer vers minuit, à l'aide d'un passe-partout que lui avait confié madame Vauquer. Lui seul jouissait de cette faveur.

Honoré de Balzac,Le Père Goriot,1835


Texte 1 P: 16

La vieille demoiselle Michonneau gardait sur ses yeux fatigués un crasseux abat-jour en taffetas vert, cerclé par du fil d'archal qui aurait effarouché l'ange de la Pitié. Son châle à franges maigres et pleurardes semblait couvrir un squelette, tant les formes qu'il cachait étaient anguleuses. Quel acide avait dépouillé cette créature de ses formes féminines? elle devait avoir été jolie et bien faite: était-ce le vice, le chagrin, la cupidité? avait-elle trop aimé, avait-elle été marchande à la toilette, ou seulement courtisane? Expiait-elle les triomphes d'une jeunesse insolente au-devant de laquelle s'étaient rués les plaisirs par une vieillesse que fuyaient les passants? Son regard blanc donnait froid, sa figure rabougrie menaçait. Elle avait la voix clairette d'une cigale criant dans son buisson aux approches de l'hiver. Elle disait avoir pris soin d'un vieux monsieur affecté d'un catarrhe à la vessie et abandonné par ses enfants, qui l'avaient cru sans ressource. Ce vieillard lui avait légué mille francs de rente viagère, périodiquement disputés par les héritiers, aux calomnies desquels elle était en butte. Quoique le jeu des passions eût ravagé sa figure, il s'y trouvait encore certains vestiges d'une blancheur et d'une finesse dans le tissu qui permettaient de supposer que le corps conservait quelques restes de beauté.

Honoré de Balzac,Le Père Goriot,1835

  1. Compréhension globale:

1-Quel est le type de ces textes? Justifie ta réponse?

2- Qu'est ce qui est décrit?

3- Quelle est l'impression générale qui se dégage du texte?

4- Quel rôle joue la description dans un récit?

  1. Les fonctions de la description:


  • Quand la description est utilisée pour décrire un cadre, un personnage, une ambiance. Nous disons que la description a une fonction narrative.

  • La description a pour fonction de passer un autre message autre que celui de la description. A travers la description d'un habillement, l'auteur peut montrer l'aspect psychologique d'un personnage. Donc la description est dite symbolique

  • Lorsque la description est basée sur les images poétiques (figures de style, métaphore, comparaison). La description a une fonction poétique

TAF

Demander aux élèves de relever les indices se rapportant aux fonctions de la description à partir des textes supports

  1. les procédés de la description: la caractérisation

Rappel

caractériser, c'est attribuer une ou plusieurs caractéristiques à un être animé ou inanimé, afin d'en donner une représentation plus précise.

A retenir

  • La caractérisation est le fait d'indiquer avec précision les traits distinctifs d'une personne, d'un objet ou d'u lieu.

  • Elle se fait par plusieurs procédés linguistiques: les adjectifs, les adverbes, les compléments de nom, les subordonnées relatives, et les figures de style.



  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +