Le mythe d’Œdipe et l’enigme du sphinx

 Par Benlahmar Mohammed  (Agrégatif)  [msg envoyés : 51le 14-03-11 à 19:13  Lu :6354 fois
     
  
 accueil


BENLAHMAR MOHAMMED
LE MYTHE D’ŒDIPE ET L’ENIGME DU SPHINX
La faute originelle a été commise par Laïos (le roi de Thèbes et l’époux de Jocaste) contre Apollon (le dieu grec des oracles) qui lui avait interdit d’avoir des enfants. Tout le malheur pesé sur la famille royale naît de la naissance interdite d’Œdipe. Celui-ci doit, selon l’oracle, tuer son père et épouser sa mère.
Espérant tromper le destin, Laïos le fait lier par le pied à un arbre dans la foret lointaine afin qu’il n’échappe aux bêtes sauvages. Un berger le prend et le donne à Polybe, roi de Corinthe, qui le considère comme son propre fils.
Parvenu à l’age d’homme, il quitte ses parents car tous l’insultent comme n’étant pas leur fils légitime. Il se rend à Delphes ou l’oracle lui révèle son destin. Alors il ne veut pas retourner vers ceux qu’il croit être ses parents. Sur le chemin, de Thèbes, il est insulté par deux hommes ; la querelle tourne mal, et Œdipe les tue tous les deux : l’un d’eux est le vieux roi Laïos.
Ayant trouvé la solution de l’énigme* du Sphinx, il est choisi le nouveau roi de Thèbes et épouse la reine, sa propre mère, sans savoir qui il était.
Ainsi est réalisé l’oracle. Œdipe avait quatre enfants de Jocaste : deux garçons, Etéocle et Polynice ; deux filles, Ismène et Antigone. Il découvre son destin et son crime, alors il se crève les yeux et part sur les routes, guidé par sa fille Antigone ; il trouve asile à Colonne, dans Athènes, ou il meurt.
Mais la malédiction qui pèse sur la famille n’est pas épuisée. A Thèbes, ses fils se disputent le trône : Etéocle s’en empare, et Polynice, chassé de la ville, s’allie avec Adraste, roi d’Argos, pour reprendre le pouvoir. L’expédition des Sept contre Thèbes échoua complètement. Les deux frères se tuent en combat seul à seul, et Créon , le frère de Jocaste, devenu roi, décide de refuser la sépulture à Polynice, traître de sa patrie.
C’est ce refus-là qui pousse Antigone à s’opposer à son oncle d’où l’action de la pièce inscrite au programme de la seconde semestre de cette année.
L’énigme du sphinx.
Sur terre il est un être à deux, quatre, trois pieds, et même voix toujours ; le seul dont le port change parmi tous ceux qui vont rompant au ras du sol, qui montent dans les airs ou plongent dans l’abîme. Quand, pour hâter sa marche, il a le plus de pieds, c’est alors que son corps avance le moins vite.
La solution trouvée par Œdipe
Muse des morts aux riches ailes, entends, même s’il te déplait, le mot-réponse à ton énigme. Oui, c’est de l’homme qu’il s’agit : lorsqu’il se traîne sur la terre d’abord, il va sur quatre pieds, petit enfant qui vient de naître. Devenu vieux, sur un bâton, son troisième pied, il s’appuie, la tête lourde à ses épaules et le corps ployé par les ans.
Description du sphinx
Fille qui rampe, vole et marche, lionne qui laisse en courant une piste hybrides…une femme ailée par devant ; au centre un fauve frémissant ; à l’arrière un serpent lové.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Les personnages de la boite a merveilles
  L'exotisme dans la boite à merveilles
  Tous les messages de Benlahmar Mohammed

InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +