Le mal être

 Par TAYEBI FATIHA  (?)  [msg envoyés : 52le 25-02-11 à 15:55  Lu :1750 fois
     
  
 accueil


Bonjour aux lecteurs
Permettez moi de m’exprimer à travers votre site, pour vous raconter une petite partie de mon histoire Dans le but de partager mon vecu, de vider mon sac et pourquoi pas trouver un soutien des lecteurs pour parler du mal être, oui, ce mal être qui m’empêche de vivre sereinement, qui me torture, à vrai dire je traine derrière moi un passé très douloureux qui m’empêche d'avancer dans la vie, ou simplement de tourner la page. J’ai perdu ma maman, j’avais à peine 4 ans, et ma maman avait moins de 25 ans et mon père a enchainé les mariages, les divorces, ce qui a provoqué un manque d’affection et une souffrance tout le long de mon adolescence et pour couronner le tout mon cher père a décidé de me faire quitter mes études sachant que j’étais une excellente élève, mon sort et mon avenir étaient entre ses mains, il a décidé de me marier de force avec le frère d’une dame avec qui il avait une relation et ce futur mari résidait en France ; mon père ne pouvait rien lui refusait tellement il était amoureux d’elle, y compris sa propre fille. Le mariage a eu lieu, le départ en France, et la découverte d’un mari qui avait un penchant pour l’alcool, j’ai lutté pour l’aider à s’en sortir , c’était éprouvant car c’était un monde étrange pour moi, car je viens d’une famille qui pratique l’islam, moi, qui fait la prière depuis mon jeune âge, je découvre un mari qui ne fais ni le ramadan, ni la prière… sous prétexte qu’il est en France. J’ai finis petit à petit à le remettre sur le droit chemin grâce à l’aide de Dieu mais entre temps j’ai tenté plusieurs fois à mettre fin à ma vie, un acte de désespoir et de mal être et des séjours à l’hôpital…J’ai eu entre temps 3 Garçons, mon mari adorait ses garçons mais malheureusement aimait aussi sa boisson..
Ma vie c’était le parcours du combattant, séparations, réconciliations, déceptions, solitudes, manque d’affections, loin de mon pays, de ma famille, beaucoup de larmes, beaucoup de peines..
Au bout de 12 ans de mariage mon mari est décédé en me laissant 3 garçons de 4, 6, et 9 ans, et la c’était la chute, je n’avais jamais travaillé, j’étais mère au foyer, aucun diplôme, on est en 1992.
Dépression, d’autres tentatives de suicides, plus graves que les précédentes ….
La pente était difficile à grimper, Jai finis par prendre les choses en main par amour pour mes garçons c’tait ma bouée de sauvetage…..J’ai réussis à trouver un travail à mi temps pour pouvoir m’occuper de mes enfants et subvenir à leurs besoin… Ah !!! Que c’était dur, oui, car je n’étais pas préparée ni à gérer ce deuil, élever mes garçons toute seule et sortir au monde de travail. Je ne me suis pas aménagé par amour pour mes enfants j’enchainé les contrats de travail, la nuit dans le milieu hospitalier, du travail à la chaine dans les compagnies aériennes… et.. et… multiplier les heure de travail pour que mes enfants ne manquent de rien.
Mes enfants ne se rendaient pas compte de tous ces efforts qui m’épuisaient, je les suivais de prés pour leurs études, je leur payé des activités sportives, des cadeaux très cher, des anniversaires, des vacances au Maroc chaque année et j’en passe, ils étaient ma raison de vie, j’existais à travers eux, j’étais leurs maman, mais pas moi… Je m’explique, avant j’étais la fille de.. , la sœur de.. , l’épouse de.., la maman de.., mais pas moi en tant que personne à part entière.. Je n’ai pas vu les années passé, c’est hallucinant, quand j’ai regardé derrière moi, 17 ans sont passé !!
La vie ne ma pas fait de cadeaux, mes garçons non plus, certes ils ont décroché tous leur bac, leur permis de conduite mais j’étais tout le temps sur leurs dos, je ne voulais pas d’échec, leur sors était lié au mien, c’était mon clan !! Ils ont dit que je les étouffé.
Et puis, je ne suis pas née maman, j’ai suivie mon instinct de mère tout simplement, tout ce que je voulais c’était leur réussite point.
Malheureusement ça a crée beaucoup de tentions, ils me trouvaient exigeante et sévère, c’est vrai, ils avaient raison, mais j’étais exigeante avec moi-même, donc il n’yavait pas de place à l’échec, la médiocrité, les mauvaises fréquentations et ainsi de suite. Je me sis trop investi dans leur éducations
Petit à petit, ils se révoltaient , ils ont refusé de continuer leurs études, or qu’ils avaient un bon niveau, ma méthode d’éducation ne leur plaisait pas, ils voulaient rentrer tard sans me rendre de compte comme leur copains, ils ont laissé tomber les études, la journée au lit et le soir avec leurs amis, j’étais dépassé, déçue et c’était le début des conflits, j’étais dans une impasse, ni le dialogue, ni la pression, ni l’interventions des amies a servi à quoi que se soit. Ils ont finis par quitté le domicile familiale, tous les 3 mais pas ensembles, je les ai perdu un à un en moins de 2 ans. Je dis bien je les ai perdus car mes garçons ont décidé de couper tout contact avec moi, chaqu’un était de son côté à faire tout et n’importe quoi, ils ont eu des problèmes avec la justice, aves les banques…..
Et tout ce que j’ai construis est partie en l’air comme un château de sable. Et la je suis rentrée dans une dépression chronique sous tranquillisants, sentiment de culpabilité, doutes, remises en question, suivie d’une thérapie, séjours à l’hôpital, la descente à l’enfer, c’était très dur et pénible. Heureusement, j’avais mon travail car entre temps j’ai passé un concours que j’ai eu et qui ma permis d’avoir un travail stable (gérer le standard et l’accueil d’un lycée et bénéficier d’un logement de fonction) Hamdoullah, Ina Allah ma3a sabirine. Actuellement, je n’ai pas de nouvelles de mes enfants car ils refusent tout contact avec moi, mais je sais qu’ils ont des problèmes graves qui ne me laissent pas insensible. Cette ingratitude me rend malade, plus le sentiment de honte, de doute.
Mes chers(ères) lecteurs, pardonnez moi, si j’ai raconté une petite partie de mon histoire qui me hante, peut être, je veux juste exprimer mon mal être, qui ne cesse de me torturer et m’empêche de vivre sereinement. Merci à vous tous.
Dans ce monde, je vois tellement d’égoïsme, d’égocentrisme, de jalousie autour de moi, j’ai fini par croire que ce monde est malade et me rend malade….

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
   نكت مغربية
  Zenga zenga est mort
  Tous les messages de TAYEBI FATIHA


 Réponse N°1 9304

Mère Courage
  Par   marocagreg  (Adminle 25-02-11 à 20:06



tu m'as rappelé, mutatis mutandis, Mère Courage de Brecht, tirant sa carriole au milieu des batailles, bravant les dangers et perdant, malgré toutes ses précautions, ses garçons l'un après l'autre et continuant malgré tout à tirer sa carriole jusqu'au bout.





 Réponse N°2 9306

quel courage!!!!!!!
  Par   alaouielismaili bouchra  (Autrele 25-02-11 à 20:53



une femme forte: comme ça je te vois bon courage ma chère et chapeau pour tt ce que t as fait , t as tant souffert , t as sacrifié ta vie pour tes enfants mais surement tu seras récompensée par notre Dieu le Tout puissant .





 Réponse N°3 9310

Merci marocagreg
  Par   TAYEBI FATIHA  (CSle 25-02-11 à 22:05



Oui, cette pièce de théâtre du poète Bertolt Brecht, quelle comparaison ! Mais je ne sais pas si j’ai du mérite ?? Je doute énormément je le prends pour un échec personnel. Quel gâchis, mais je te remercie pour cette allusion.





 Réponse N°4 9312

Merci Bouchra
  Par   TAYEBI FATIHA  (CSle 25-02-11 à 22:36



Forte? je l'étais pendant des années car je n'avais pas le choix, et puis pour mes enfants j'étais prête à déplacer des montagnes, maintenant je me sens vidée de toute énergie, les conflits m'ont épuisés, je n'ai plus envie de me battre, je veux seulement la paix, je m'éloigne, je prends mes distances pour me présever et je me refugie dans la lecture et dans mon travail et incha Allah, un jour je verrai une lumière au bout du tunnel .





 Réponse N°5 9313

Très touchée !
  Par   Samira Yassine  (CSle 25-02-11 à 22:45



Tu sais ma chère Fatiha,

j'ai été profondément touchée en lisant ton histoire bien que j'en aie une idée.

Sache ma mère que toi, tu as fait le nécessaire, tu n'as pas à culpabiliser , ni à regretter quoi que ce soit. Non fatiha, tu es une mère exemplaire, tes enfants ne le savent peut être pas . Mais sois sure que, tôt ou tard, ils découvriront la vérité et te suppliront de leur pardonner leur ingratitude incroyable.

Je suis heureuse de te voir sur Marocgreg, sois la bienvenue.

Sincèrement/





 Réponse N°6 9314

Merci ma douce Samira
  Par   TAYEBI FATIHA  (CSle 25-02-11 à 23:14



Merci pour ton soutien ça me touche, mais tu sais c'était pas facile de se dévoiler, mais aprés les réponses des lecteurs, j'ai senti un peu de soulagement. J'ai la foi, avec le temps, quand les blessures seront pensées je me relèverai, aprés la pluie, il ya le beau temps.

Ravie de te lire de nouveau.





 Réponse N°7 9324

Histoire vraie et sincère.
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 26-02-11 à 11:10



Je tiens énormément à remercier madame TAYEBI FATIHA pour son courage et son dévouement, en tant que femme et en tant que mère. Votre souffrance, madame, est ressentie par tout être humain qui a un coeur qui bat.

Je suis sûr que Dieu le Tout Puissant entend votre peine. Je suis sûr que grâce à Dieu vous aurez un avenir meilleur. Que Dieu le Tout Puissant vous donne la paix de l'âme. Vos enfants tôt ou tard comprendront votre amour à leur égard et viendront demander pardon à une mère qui a tant donné.

Toute ma solidarité pour une mère dévouée et humaine.

Sincèrement.





 Réponse N°8 9335

Quelle histoire!
  Par   Boulahnine Khalid  (CSle 26-02-11 à 17:13



Bonjour chère sœur Fatiha. Votre histoire est très touchante. Vous avez fait, à mon avis, ce que vous aviez à faire. Mais dans l'éducation des enfants, il y a d'autres facteurs qui entrent toujours en jeu comme l'école et la rue. En effet, les rencontres que font nos enfants à l'école ou bien dans le quartier peuvent également influer négativement sur la conduite de notre progéniture. Donc, vous devez cesser de vous tourmenter. Et j'espère qu'un jour, l'un de vos enfants découvrira votre texte sur ce site. Aussi, comprendra-t-il vos nobles intentions et votre dévouement pour eux tous. Nous, comme vous le constatez, votre sincérité et votre calvaire ne peuvent nous laisser indifférents.

Cordialement.





 Réponse N°9 9337

Mes remerciments Mr Idoubiya
  Par   TAYEBI FATIHA  (CSle 26-02-11 à 21:27



Je tiens à vous remercier Rachid pour votre solidarité, ça fait chaud au coeur, ce coeur brisé à jamais... J'ai envie de vous citer la phrase de Luc Dietrich "Mes yeux s'usent, mes forces s'usent, mais ma vie ne s'use pas parceque mes forcessont en dehors de moi"

Et je me remets à Dieu le tout puissant et je dis" A Allah nous appartenons et vers lui nous retournerons o seigneur!rèconpense moi dans cette épreuve qui me touche et fait-la suivre sur quelque chose de mieux pour moi"

Merci encore Rachid.





 Réponse N°10 9339

C'est mon histoire Mr Boulahnine
  Par   TAYEBI FATIHA  (CSle 26-02-11 à 22:04



Cesser de me tourmenter mon frère Khalid ? Mais je ne demande que ça, mais croyez moi ce n’est pas facile. Vous savez je rêve qu’un beau je me réveille avec la mémoire effacée « Amnésique »

Existe-t-il un formatage de cerveau !! Non, alors, je dois laisser au temps le temps, de toute façon je n’ai pas le choix et comme vous l’avez écris, c’est un calvaire qui fait partie de ma vie

Je termine avec cette phrase « Quand les flèches furent de partout il est difficile d’établir la provenance de la douleur »

Merci pour votre soutien.

Cordialement





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +