Le mal dans la profession de foi du vicaire savoyard

 Par Marouane Hammouch  (?)  [msg envoyés : 2le 27-11-10 à 09:51  Lu :2924 fois
     
  
 accueil

LE MAL DANS LA PROFESSION DE FOI DU VICAIRE SAVOYARD
* La source du mal :
Ici il faut avouer que les débats autour du Dieu rebondissent . Un Dieu bon peut-il avoir été la cause du mal ? un Dieu bon peut-il vouloir pour le bien de l'Homme ? Rousseau répond à toutes ces questions en disant : Dieu bon ordonne une nature bonne mais les hommes révélant de leur seule liberté peuvent faire le mal .
Sur le plan de la réflexion sur le mal , le propos de Rousseau tient donc d'une anthropologie ( étude de l'Homme ) d'une morale et d'une politique . Son anthropologie fondée sur la description de l'homme " à l'état nature " fait comprendre que l'état d'une société seul est à l'origine du mal sur terre .
Alors le mal est social par excellence , ce mal se présente quotidiennement à nos yeux sous espèces de la misère , la violence et de l'oppression . le mal n'est pas une abjection ou une erreur du Dieu , le mal provient de l'action humaine , cela dit dans l'homme , la méchanceté ne vient pas non plus totalement d'un " mauvais fond " elle provient du rapport complexe entre le sens et la volonté ? Dès lors que la volonté cède aux sens et prend l'habitude de mal faire elle se rend incapable de résister . Ce ne sont ni les sens seuls i la volonté seule qui font le mal mais l'habitude de céder l'un ou l'autre sans équilibre pour mieux satisfaire des intérêts sociaux .
On peut en déduire que l'homme est né bon et libre et si on veut faire une certaine analogue avec le Cogito descartien on peut dire que Rousseau dit : " Je Sens Donc Je Suis " .
* L'Homme actif et libre :
l'examen pointilleux dans les pages 74 ==>76 portant le mal particulier , le mal effet de l'action de l'homme donne une très grande ampleur à la thèse . le point de départ : l'Homme est " actif et libre " point de départ décisif donc puisque la question est d'un coup focalisé sur l'humain . l'Homme seul porte la responsabilité de ses maux . Tout se joue du côté des principes d'organisation de l'homme et de la vie de l'homme .
Dans la page 74 : la liberté et la nature . ce passage réorganise les acquis . Rousseau y utilise 3 arguments , l'un consiste à poser la liberté contre la providence , l'autre renvoie le mal de l'homme à l'homme . Le troisième pose la question des limites de l'action .
Dans la page 75 : " c'est l'abus ... méchant " . Rousseau revient sur la question des handicaps ( physique donc lié à la nature ) . le handicap ne serait rien si nos vices sociaux ne lui donnent pas des significations désastreuses . car c'est dans ce point de vue que le physique peut être mal entretenue et mal considéré voire mal vécu et mal subi .
* le Mal comme étant une épreuve humaine :
Parlons un peu de ce point si intéressant .
Du point de vue morale , le mal momentané qui peut être supprimé contribue à définir une épreuve humaine . à voire le fait que le vicaire remarque chez le jeune homme que son penchant naturel a été flétri et qu'il a été pris dans le mépris et ne croit plus à rien parce que corrompu par une société capable de faire prendre le mal pour le bien
PS : C'est un travail personnel . Vos appréciations , Merci .
Marouane Hammouch
Etudiant CPGE MOULAY YOUSSEF
Rabat

Conclusion : la nature n'est pas responsable du mal , elle ne peut être punie , elle a ses lois qui ne déploient aucune malveillance . Dieu n'est pas responsable non plus car les actes d'un être libre ne peuvent lui être imputés .Il n y a du mal qu'au niveau humain , c'est qui est la cause de ses vices . Ainsi le méchant est le produit d'un déséquilibre entre sentiment et volonté .

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +