Le dernier jour d'un condamné (ch.48)

 Par MAHFODI AHMED  (?)  [msg envoyés : 117le 23-05-13 à 01:16  Lu :13755 fois
     
  
 accueil


Module : Le roman à thèse.
Œuvre : Le Dernier Jour d’un Condamné.
Auteur : Victor HUGO.
Activité : Lecture.
Public visé : 2ème année du bac.
Phase pré-pédagogique :

Objectifs spécifiques : L’apprenant doit être capable de :
- découvrir les passages descriptifs et narratifs à visée argumentative.
Contrainte :
-Demander au préalable aux apprenants de lire le passage chez eux et de chercher l’explication des mots jugés difficiles.
Support :
Extrait du chapitre XLVIII.
« Dès le début du chapitre, jusqu’à J’ai compris que cela serait demain dans le journal.»
Phase pédagogique :
Présentation- Appréhension globale :

Lecture silencieuse des apprenants.
Identification du passage :

→De quelle œuvre a-t-on extrait ce passage ? Le Dernier jour d’un condamné.
→Quel en est l’auteur ? Victor HUGO
→De quel genre il s’agit ? Le roman à thèse.
→De quel chapitre est-il extrait ? XLVIII
Situation du passage :
→ Demander aux apprenants de situer le passage (l’extrait) dans l’œuvre.
→ En cas de blocage, les guider et les orienter :
-Quel est le numéro du chapitre qui vient juste avant cet extrait ? XLVII.
- Quel est son titre ? Mon hostoire.
- C’est l’histoire de qui ? Du condamné.
- Est-ce qu’il a raconté ? Non.
- Qu’est-ce qu’on trouve dans ce chapitre ? Une note de l’éditeur.
- Quelle information apporte cette note ? Que les pages en relation avec ce chapitre n’ont pas été retrouvées.
→ Cet extrait du chapitre XLVIII vient juste après le chapitre XLVII ou le condamné voulait conter son histoire. L’éditeur note que les pages y attachées n’ont pas été retrouvées.
Focalisation et interprétation :
Étude des axes de lecture :
1er axe de lecture : Horreur des derniers instants avant l’exécution.

→ Relevez les lieux évoqués dans ce passage ? Hôtel de ville, corridor, escaliers, salle, au milieu de la salle.
→ Qu’est-ce que vous constatez concernant ces espaces ? Comparez-en la surface.
- Rétrécissement de l’espace qui mène vers la guillotine. (L’issue fatale)
→ A partir des comparaisons et des métaphores, relevez la description que le narrateur fait du peuple, du bourreau et du journaliste ?
- peuple : horrible, aboie (métaphore), rit, attend, un grand bruit comme un frémissement, à des rires qui éclataient.
- bourreau : le plus grand, le plus vieux (le superlatif absolu), gras, la face rouge, une redingote et un chapeau à trois cornes déformé, sa main grosse, le valet de la guillotine (périphrase).
- journaliste : « comment s’appelait ce qu’on faisait là. » (Utilisation d’un verbe passe-partout « faire ») → Indifférence.
→ Description dévalorisante. Le narrateur blâme violemment ces personnages.
→ À qui renvoient les pronoms sujets « je », « on » et « ils » ? – je le narrateur, on et ils les gendarmes, le bourreau et ses serviteurs (La loi)
→ Relevez les verbes d’action qu’exercent ces personnages sur le condamné.
- fait traverser, descendre, m’ont poussé, on m’a déposé.
→ Quel rapport marque ses différents verbes entre ces personnages et le condamné ? – Un rapport de force.
→ Relevez dans la scène de toilette les verbes en relation avec les sensations tactile et auditive ? – tactile : j’ai senti un froid d’acier dans mes cheveux ; époussetait doucement – auditive : les ciseaux ont grincé à mes oreilles (on rappelle la scène de la circoncision de Sidi Mohamed dans le roman autobiographique de La boîte à merveilles).
Il s’agit d’une focalisation interne.
2ème axe de lecture : État d’âme du condamné.
→Relevez les sentiments du narrateur tout au long du passage.
La haine du peuple : aboie
Description de la salle : sombre, étroite, voûtée, à peine éclairée d’un jour de pluie et de brouillard.
La description dévalorisante de cette salle reflète l’état d’âme du condamné.
Sa description des bourreaux marque leur brutalité.
Sa description du trajet (par l’adjectif qualificatif : exécrable) qui l’a mené à l’hôtel de ville marque sa révolte.
Le champ lexical de la souffrance : le cœur m’a failli (2fois), j’ai tremblé.
Synthèse :

Par la participation des apprenants, on rédige sur le tableau une synthèse générale sur ce qu’on a vu dans l’analyse des axes de lecture.
Hugo, par la focalisation interne, dénonce la barbarie de la peine de mort, par la description animée et frappante (hypotypose)
N.B. Ce passage nous rappelle la scène de la préparation de lapeine de Jean-Baptiste Grenouille, héros du roman intitulé Le parfum de Patrick Süskind

  




 Réponse N°1 31580

1ère année...
  Par   berbara abderrezak  (Profle 31-05-13 à 11:35



Bonjour,

le public visé est la 1ère année du bac pas la 2ème année.

On ne parle plus d'objectifs mais de compétences.

Je crois qu'après la situation il faut prévoir une hypothèse.

Entre la mise en situation et les axes, il faut qu'il y ait un lien: ici c'est complétement détaché.

Cordialement.





 Réponse N°2 31589

Le dernier jour d'un condamné
  Par   mounzil hakim  (CSle 01-06-13 à 00:28



Synthèse :

« Le dernier jour d’un condamné » est un plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort.

L’auteur a utilisé des arguments et un ensemble de moyens pour persuader et convaincre.





 Réponse N°3 31593

Salam.
  Par   MAHFODI AHMED  (CSle 01-06-13 à 13:35



- Le niveau, c'est une erreur d'inattention.

- Vous croyez qu'on peut rendre l'élève compétent à l'issue d'une seule séance?

- Dans cette séance, j'ai demandé aux apprenants de situer le passage par événement précédent.

- Pour les hypothèses de lecture, je pense que cela se fait lors de la lecture méthodique.

- En outre, j'ai proposé une approche perfectible et non aux contours définis et j'ai procédé par éclectisme, c'est-à-dire que j'ai choisi ce qu'il y a de bon dans toutes les deux approches analytique et méthodique.

Mes amitiés.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +