"le couteau triangulaire", quelle figure?

 Par OMARI Abdellatif  (Prof)  [msg envoyés : 176le 04-06-12 à 15:23  Lu :1930 fois
     
  
 accueil


Le contexte d’abord
Dans le dernier jour d’un condamné, la thèse de ceux qui jugent et qui condamnent est que pour un condamné à mort il n’y a rien avant, rien après et que la mort par la guillotine, au moment de la décapitation, est une fin douce, le condamné à mort ne souffre pas. Victor Hugo, par son œuvre, voulait montrer le mal fondé de cette thèse. Il montre que pour un condamné il y a beaucoup avant et beaucoup après, et que c’est pour ce qu’ils pensent pour la guillotine et le moment de la décapitation qu’il n’y en a rie. Ignorant complétement cette vérité, ceux qui jugent et qui condamnent ne se soucient guère que du moment de la décapitation, étant fiers, par leur nouvelle invention, l’échafaud, de pouvoir tuer sans presque faire souffrir le corps. La phrase « Ils ne voient dans tout cela que la chute verticale d'un couteau triangulaire", signifie qu’ils ne se soucient que de la guillotine et du moment de la guillotine et sont dans une ignorance terrible du reste. Dans cette phrase, et selon le contexte, le groupe de mots « couteau triangulaire » semble synonyme du mot « guillotine » ou du mot « échafaud » qui signifient « plate-forme, estrade sur laquelle se pratique la décapitation ». Donc, dans la phrase, un mot est remplacé par un groupe de mots, et en ce sens nous sommes bel et bien devant une périphrase. Rappelons que la figure de la périphrase nécessite la connaissance du sujet et du contexte et qu’elle s’apparente à la métaphore et à la métonymie (en considérant la synecdoque comme une espèce de métonymie). Dans la phrase, la guillotine (le tout) est substituée par une partie, « un morceau large d’acier triangulaire » et que le locuteur compare au « couteau » qui, lui aussi, est en acier et tranchant . En effet, dans son poème intitulé «L’Echafaud», Hugo emploie plusieurs termes pour signifier l’échafaud à savoir « la faulx », « large acier », « triangle mystique », « le fatal couperet », « la hache », « bloc hideux de charpentes funèbres », « glaive », « coutelas ». Quand on répond par « périphrase », la métaphore et la métonymie s’y trouvent sous-jacentes.
Très cordialement

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  A propos de la description réaliste
  Bac - examen régional de français-2012 -grand casablanca
  Tous les messages de OMARI Abdellatif


 Réponse N°1 22656

re
  Par   marocagreg  (Adminle 04-06-12 à 17:08



dire le roi des animaux à la place du lion, ou la capitale du Maroc à la place de Rabat, ce sont des péri - phrases, c'est-à-dire des phrases qui ne désignent pas la chose directement, mais tournent autour comme une route péri - phérique tourne autour de la cité. Mais "la chute verticale d'un couteau triangulaire" désigne-elle précisément la guillotine ? ou l'échafaud ? Je pense que Non. La phrase désigne plutôt un moment précis : le moment de la mise à mort. S'il y a périphrase, c'est donc pour dire que la seule chose qui intéresse le peuple, c'est bien ce moment crucial de la mise à mort, c'est-à-dire le côté spectaculaire. C'est donc penser que ce peuple habitué aux exécutions, est un peuple insensible, indifférent à la mort. Ce peuple fait fi du reste, de la justice, de la vie.





 Réponse N°2 22659

re
  Par   marocagreg  (Adminle 04-06-12 à 17:22



Non, ce n'est pas un euphémisme, M. Dkhissi. L’euphémisme qui repose sur la litote notamment suppose l'intention de celui qui parle d'atténuer l'expression d'une idée insupportable : exemple : "Abdellah n'est plus" au lieu de dire Abdellah est mort. Ici le peuple ne désigne pas le fonctionnement de la guillotine de cette façon parce qu'il a peur de la mise à mort. C'est même le contraire. ce peuple est tellement habitué aux exécutions que couper la tête d'un homme devient pour lui comme comme couper une pomme de terre.La mort est devenue tellement banale que la guillotine devient un simple couteau.




 Réponse N°3 22662

je voudrais bien,
  Par   Jeafari Ahmed  (CSle 04-06-12 à 17:26



Ces deux points, mais on ne peut considérer cela comme euphémisme: ça n'a pas l'air d'atténuer , mais plutôt d'expliciter autrement.

Il faut croire que c'est une périphrase: j'ai essayé de me documenter pour répondre à Si Omari mais je ne trouve que ce qu'il a judicieusement expliqué! preuve à l'appui! Il a fait le tour de la question, et c'est bel est bien une périphrase, avec son rapport avec la métonymie etc...elle vise généralement une amplification ( à l'inverse de l'euphémisme).

Donnez-moi un point si Dkhissi, svp?!





 Réponse N°4 22670

re
  Par   marocagreg  (Adminle 04-06-12 à 18:00



L'euphémisme ne peut être associé qu'à la parole (dire de manière atténuée) alors que la phrase ici est associée au VOIR. On ne peut concevoir un euphémisme de la vision ! d'ailleurs l'euphémisme et l'ironie sont à mon sens deux figures contradictoires qui ne peuvent pas s'associer dans un même contexte.





 Réponse N°5 22675

re
  Par   marocagreg  (Adminle 04-06-12 à 18:33

dans le passage de candide, s'agit-il d'un euphémisme ou d'une périphrase ironique ? est-ce que tu peux nous donner ta définition de l'euphémisme ?

pourquoi je dis que l'euphémisme et l'ironie sont deux figures contradictoires ?

Parce que, si l'on considère que l'euphémisme est une:"Expression atténuée d'une notion dont l'expression directe est évitée (comme déplaisante, brutale, vulgaire)" (Robert)

et que

l'ironie est une "Manière de railler, de se moquer (de qqn ou de qqch.) en disant le contraire de ce qu'on veut faire entendre" (Robert)

on voit bien que l'euphémisme témoigne d'une intention bonne du locuteur qui cherche à épargner à ses auditeurs la violence ou la vulgarité d'une expression ou d'une idée. En revanche, l'ironie est une figure acide, une pointe qui pique et écorche l'auditeur lui-même, comment donc associer deux figures qui cherchent deux effets opposés.




 Réponse N°6 22677

Où est l'image de l'auteur?
  Par   Adi Lachgar  (CSle 04-06-12 à 18:37



Entendons-nous bien : la figure de style est une sorte de « gymnastique » imagée qui permet à l’auteur de représenter, de faire voir, de faire ressentir au lecteur ce qu’il ne peut lui dire simplement. Pour identifier une figure de style, il faut se poser les questions :

• Qu’a voulu dire l’auteur, d’indicible autrement, à travers cette image ?

• Quel est le principe fondateur de l’image ?

Dans l’exemple« Ils ne voient dans tout cela que la chute verticale d'un couteau triangulaire", nous ne pouvons retenir ni la périphrase, ni l’euphémisme ni la synecdoque pour la bonne raison que ce n’est pas ce qu’à voulu dire l’auteur ou, si vous voulez, ce n’est pas à ce niveau que se situe la production de l’image. L’image à proprement parler, porte sur toute la phrase. L’auteur essaie de traduire l’insensibilité froide de ceux qui ne voient dans un acte aussi grave que la décapitation qu’un événement mécanique : la chute d’un couteau triangulaire. Si la guillotine implique pour nous un événement macabre, pour eux, c’est d’abord et surtout un objet, une machine. De la pure forme. J’avais dit que c’est compliqué parce qu’on peut y voir une litote, une sorte d’atténuation qui doit amplifier le dégoût du lecteur. On trouve la même chose chez Voltaire avec des faux euphémismes comme « brûlés à petit feu» par lesquels il traduit la cruauté des inquisiteurs. Le plus important à retenir c’est l’effet de distanciation.





 Réponse N°7 22756

Re
  Par   OMARI Abdellatif  (Profle 05-06-12 à 00:11



     Vos analyses , chers messieurs Marocagreg et Adi Lagare, sont on ne peut plus acceptables mais une nuance :

    

D’une part, une périphrase n'est pas toujours stéréotype ou cliché (le roi des animaux, la capitale économique, le billet vert, l'île de beauté, les lions de l'Atlas, etc). Une périphrase est une figure macrostructurale comme celle de l'ironie, et quand elle n'est pas stéréotypée ou cliché, elle a besoin du contexte ou de tout l'environnement culturel pour traduire sa signification. La grande majorité des périphrases ont pour fonction de remplacer des noms, et Fontanier les appelle des pronominations, et il donne un exemple tiré de la fable de La Fontaine Le Chêne et le roseau:

Le vent redouble ses efforts

Et fait c’est bien qu’il déracine

Celui de qui la tête au ciel était voisine

Et dont les pieds touchaient à l’empire des morts


    

Les deux derniers vers constituent une pronomination pour désigner le Chêne. Mais sans contexte, difficile de penser à « chêne ». Cependant, le fragment « L’empire des morts » est une périphrase stéréotypée, manière de désigner la terre (ou l’enfer).

    

Mais lorsque la périphrase ne consiste pas en une pronomination, elle est une manière d’exprimer une idée plus longue. Fontanier donne un exemple tiré d’une tragédie de Voltaire Mérope :

« Sous ses rustiques toits, mon père vertueux

Fait le bien, suit les lois, et ne craint que les dieux »


    

Les deux vers rendent l’idée de l’énoncé et qui est « mon père est un honnête villageois », mais dans le contexte, exprimer l’idée de la sorte apparaît trop prosaïque

   

D’autre part, le but de la périphrase est l’ennoblissement de l’expression, mais cet ennoblissement peut revêtir une touche ironique. Parmi les expressions qu’emploie Victor Hugo, pour désigner la guillotine est « le triangle mystique », le mot « triangle », qu’on retrouve également dans l’expression « le couteau triangulaire », est un symbole qui peut signifier plusieurs approches : la triade volonté spirituelle, l’amour-intuition et l’intelligence supérieure ; la triade lumière, ténèbres, temps ; la triade bien penser, bien dire, bien faire ; la triade Liberté, Egalité, Fraternité, la triade Passé, Présent, Avenir, la triade Sagesse, Force, Beauté; la triade Naissance, Vie et Mort.    

    Sans aucun doute, par le mot « triangle » ou « triangulaire », l’auteur ne viserait pas à désigner la forme du morceau de l’acier mais à lui imputer ironiquement une certaine noblesse. Cette idée se voit confirmée dans les sept premiers vers du poème « L’Echafaud » :

C'était fini, splendide, étincelant, superbe

Luisant sur la cité comme la faux sur l'herbe,

Large acier dont le jour faisait une clarté,

Ayant je ne sais quoi dans sa tranquillité

De l'éblouissement du triangle mystique,

Pareil à la lueur au fond d'un temple antique,

Le fatal couperet relevé triomphait

    

Si les termes suivants, employés dans le poème pour désigner l’échafaud, à savoir « la faulx », « la hache », « glaive » et « coutelas » étaient des métaphores, les expressions « large acier », « triangle mystique », « fatal couperet », « bloc hideux de charpentes funèbres », employés également dans le poème, et « couteau triangulaire » ne seraient-elles pas des périphrases dans leur contexte ? Si non, quoi alors ?





 Réponse N°8 22773

EXEMPLE DE VOLTAIRE
  Par   Benlahmar Mohammed  (Agrégatif(ive)le 05-06-12 à 08:45



"logés dans des appartements dans lesquels ils n'étaient jamais incommodés du soleil ": C'est une périphrase pour désigner " cachots". L'analyse de M. Marocagreg. est convaincante.





 Réponse N°9 22810

Cherchant le principe fondateur de cette image
  Par   ESSALHI Fatimazahra  (CSle 05-06-12 à 13:56



A mettre le point sur la conception de l'auteur et l'objectif du narrateur, cette phrase qui représente une image "la chute verticale d'un couteau triangulaire" ne peut renvoyer au sens propre qu'à l'acte fondamental de l’ « exécution » ; c'est un mot qui est substitué par toute une expression, oui, mais encore elle ne représente que la partie de cet acte pour le condamné : Cette expression remplace un mot dans l'intention de restreindre toute la procédure en cette partie mécanique ; c'est, donc, une synecdoque contenant une périphrase qui cherche à amplifier l'expression de "la partie" pour "la mettre en valeur" car ce que voit la foule en la peine capitale n'est justement que l'exécution (rien avant et rien après) et elle lui donne une telle importance. Alors il fallait restreindre la peine de mort en ce fait (synecdoque) et l’exprimer de la sorte pour mettre en valeur ce moment seul (périphrase)

Dès lors, on voit que cette figure de style consiste en une synecdoque qui quitte à remplacer l'opération de condamner à la mort - qui est l'acte de mettre fin au passé, faire souffrir dans le présent et puis priver de l'avenir pour sanctionner - par le fait de lancer le couteau ( la foule ne voit pas ceux qui condamnent pour une raison et par un raisonnement mais le bourreau qui tue spontanément, c'est de lui qu'on attend exécuter la justice)





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +