Le bourgeois gentilhomme: lecture de la scène d'exposition

 Par bchiyar kamilia  (Prof)  [msg envoyés : 56le 21-04-11 à 20:19  Lu :25120 fois
     
  
 accueil


Par : Kamilia Bchiyar
Académie de Souss-Massa-Draa
Délégation da Chtouka Ait Baha
Lycée Laarbi Lbnay- Massa
-Module IV : Lire une comédie classique : Le Bourgeois gentilhomme, Molière, 1670.
-Séquence : Première
-Public cible : Tronc commun
-Activité : Lecture
-Stratégie : lecture méthodique
-Durée : 2H
-Support : Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte I, scène 1.
objectifs
* Déroulement de la séance :
1- Identification :
Type : texte dramatique.
-Genre : Extrait d’une comédie.
-date de parution : 1670
2- Mise en situation :
Il s’agit de la première scène du premier acte : la scène d’exposition. Les professeurs de musique et de danse dressent le portrait moral de M. Jourdain, le personnage principal de l’œuvre. Ce portrait est péjoratif car M Jourdain est considéré comme un fou.
3- Hypothèses de lecture :
- la mise en scène d’un personnage ridicule et monomaniaque.
- Le théâtre moliéresque : une satire des hommes et des mœurs.
- La spécificité du langage théâtral.
4- Axes de lecture :
A) Monsieur Jourdain : un personnage ridicule.
La scène s’ouvre sur les répliques échangées entre le maitre de musique et le maitre à danser. Ils parlent d’un autre personnage qui ne parait pas sur scène, c’est M. Jourdain.
A travers la dialogue des deux maitres, on apprend qu’il s’agit d’un personnage stupide, fou et ridicule. Car, pour le définir, les maitres utilisent un ton ironique et moqueur : « C’est un homme à la vérité dont les lumières sont petites, qui parle à tort et à travers de toute chose et n’applaudit qu’à contre sens ». M. Jourdain apparait comme un idiot car sa philosophie de l’art est inexistante. Il se couvre de ridicule, car il invite des artistes et les paye sans connaitre la différence entre le beau et le laid. Le maitre de musique fait de l’ironie quand il dit : « il a du discernement dans sa bourse ». M. Jourdain est inculte, sot et stupide, mais il compense sa bêtise et son ignorance par son argent.
M. Jourdain est également présenté comme un personnage monomaniaque : Il est obsédé par une seule idée, celle de devenir noble : « …les visions de la noblesse et galanterie qu’il est allé se mettre en tête. ». Molière critique, dénonce et ridiculise l’orgueil et le narcissisme de M. Jourdain qui est un bourgeois se prenant pour un noble. A travers la folie de M. Jourdain, Molière s’attaque à ce qui s’appelle aujourd’hui le Snobisme : cela désigne la conduite de ceux qui veulent se faire passer pour autres qu’ils ne sont en réalité. M. Jourdain est donc un Snob qui sacrifie son être aux apparences. Tout ceci produit un effet de comique qui annonce déjà le ton de la pièce.
M. Jourdain n’apparait qu’à la deuxième scène du premier acte, afin de créer un effet de suspens, après le portrait dressé par les professeurs, on a envie de découvrir le personnage.
B) La comédie moliéresque : une satire des mœurs de l’époque
En mettant en scène un personnage prétentieux, vaniteux, ignorant, qui se prend pour ce qu’il n’est pas et qui s’attache aux apparences, Molière condamne les vices et les travers de la société française de 17e siècle. L’auteur utilise ce type dans une visée moraliste. Sa pièce aborde des phénomènes sociaux (la vanité, l’orgueil, l’hypocrisie, l’avidité,…)pour les dénoncer dans le cadre d’une satire comique qui renferme une violente critique des hommes et des mœurs.
Ainsi, malgré son ignorance et sa stupidité, M. Jourdain fut flatté par tous ceux qui l’entourent et qui s’intéressent uniquement à son argent. M. Jourdain est manipulé comme un pantin par ses professeurs corrompus et profiteurs : « ce nous est une douce rente que ce M. Jourdain. ».
Les premiers fils de l’intrigue s’annoncent alors dès la première scène, il s’agit bel et bien d’une peinture minutieuse des mœurs de l’époque.
C) Les caractéristiques du langage théâtral :
Le langage théâtral est divisé en deux parties : les paroles des personnages-acteurs et les indications scéniques (didascalies) émises par le dramaturge. Le texte théâtral est don fait de verbal et de non verbal.
Ainsi, Molière commence son texte par une longue didascalie, ou il présente le décor, l’espace, le temps, les objets et les personnages en présence sur scène. Cette didascalie remplit une fonction informative. Puis, l’auteur donne la parole aux personnages : le maitre de musique et le maitre à danser qui échangent des répliques plus ou moins longues. Chacun des deux personnages tente de convaincre son adversaire (interlocuteur) en étalant des arguments qui soutiennent leurs point de vue différents voire opposés vis-à-vis de la conception de l’art, ce qui transforme la scène en duel verbal.
Ces répliques, avant qu’elles ne soient prononcées par les personnages, elles ont été produites par l’auteur, et sont destinées à la fois aux autres comédiens et au public, ce qui mène à dire que le texte théâtral se caractérise par une double énonciation.
5- conclusion :
Au théâtre, les premières scènes correspondent à la situation initiale et sont appelées scènes d’exposition. L’exposition donne des informations sur :
- Le temps, le lieu et les personnages.
- La tonalité de la pièce.
- Des éléments de l’intrigue.
Elle a donc une fonction informative.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Projet pédagogique: le dernier jour d'un condamné
  المتاهة
  Tous les messages de bchiyar kamilia

InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +