Langue(incincipit père goriot)

 Par Hicham Hachmi  (?)  [msg envoyés : 2le 16-10-11 à 14:00  Lu :1140 fois
   
  
 accueil


Activité de langue :La description valorisante et dévalorisante
Support 1 :
« J'aime ma maison où j'ai grandi. De mes fenêtres, je vois la Seine qui coule, le long de mon jardin, derrière la route, presque chez moi, la grande et large Seine qui va de Rouen au Havre, couverte de bateaux qui passent.
A gauche, là−bas, Rouen, la vaste ville aux toits bleus, sous le peuple pointu des clochers gothiques. Ils sont innombrables, frêles ou larges, dominés par la flèche de fonte de la cathédrale, et pleins de cloches qui sonnent dans l'air bleu des belles matinées, jetant jusqu'à moi leur doux et lointain bourdonnement de fer, leur chant d'airain que la brise m'apporte, tantôt plus fort et tantôt plus affaibli, suivant qu'elle s'éveille ou s'assoupit. » « Le Horla », Guy Maupassant.
____________________________________
Support 2 :
« Les nuages viennent du Nord et courent affolés dans un ciel sombre ; le vent souffle. Les vastes filets bruns sont étendus sur le sable, couverts de débris rejetés par la vague. Et la plage semble lamentable, car les fines bottines des femmes n’y laissent plus les trous profonds de leurs hauts talons. La mer, grise et froide, avec sa frange d’écume, monte et descend sur cette grève déserte, illimitée et sinistre. » (ÉpavesG.Maupassant
_____________________________________
Support 3 :
«Dans cette rue, les rez−chaussée commerçants ne sont ni des boutiques ni des magasins, les amis du Moyen-âge y retrouveraient l'ouvrouère de nos pères en toute sa naïve simplicité. Ces salles basses, qui n'ont ni devanture, ni montre, ni vitrages, sont profondes, obscures et sans ornements extérieurs ou intérieurs, leur porte est ouverte en deux parties pleines, grossièrement ferrées, dont la supérieure se replie intérieurement, et dont l'inferieure armée d'une sonnette a ressort va et vient constamment. » « Eugénie Grandet »H .De Balzac.
_____________________________________
Application :
« Tout le reste du mobilier unissait les styles les plus divers. C'étaient ces meubles que chaque génération laisse dans la famille et qui font des anciennes maisons des sortes de musées où tout se mêle. Une commode Louis XIV superbe, cuirassée de cuivres éclatants, était flanquée de deux fauteuils Louis XV encore vêtus de leur soie à bouquets. Un secrétaire en bois de rose faisait face à la cheminée qui présentait, sous un globe rond, une pendule de l'Empire. « Une vie » G. Maupassant.
« La petite ville de Verrières peut passer pour l'une des plus jolies de la Franche−Comté. Ses maisons blanches avec leurs toits pointus de tuiles rouges s'étendent sur la pente d'une colline, dont des touffes de vigoureux châtaigniers marquent les moindres sinuosités. Le Doubs coule à quelques centaines de pieds au−dessous de ses fortifications bâties jadis par les Espagnols, et maintenant ruinées. » « Le Rouge et le Noir ».Stendhal.
_____________________________________
Prolongement :
_ le narrateur présente ici une description favorisante du phare des Sanguinaires, essayez de la rendre défavorisante :
« La maison du phare, avec sa plate-forme en maçonnerie blanche, où les gardiens se promènent de long en large, la porte verte en ogive, la petite tour de fonte, et au-dessus la grosse lanterne à facettes qui flambe au soleil et fait de la lumière même pendant le jour… Voilà l’île des Sanguinaires, comme je l’ai revue cette nuit, en entendant ronfler mes pins. C’était dans cette île enchantée qu’avant d’avoir un moulin j’allais m’enfermer quelquefois, lorsque j’avais besoin de grand air et de solitude. »
« Lettres de mon moulin ». Alphonse Daudet.

  





InfoIdentification nécessaire
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +