La voiture : avantages et inconvénients.

 Par Jaafari Ahmed  (Prof)  [msg envoyés : 1200le 06-11-13 à 19:30  Lu :8509 fois
   
  
 accueil

Pour ou contre la voiture
Introduction

Amener le sujet :
Les villes modernes ne cessent de s’étaler couvrant des superficies qu’il serait difficile de parcourir à pieds même pour un simple randonneur. Or, l’homme, qui travaille ou qui a des affaires urgentes à régler, ne peut se passer de moyens de transport. Ceux-ci constituent, à la fois la principale préoccupation de l’état quand il s’agit de transport public, et un marché de tout bénéfice pour les sociétés des voitures automobiles pour les transports des particuliers.
Poser la problématique :
La voiture est devenue le moyen de transport par excellence, son utilité n’est plus à démontrer, Cependant les nombreux avantages qu’elle offre, peuvent –ils occulter les inconvénients que génère son utilisation, au quotidien. Qu’en pensent alors les défenseurs de sa cause ? Et quelles sont les répliques de ceux qui la condamnent ?
Annoncer le plan :
Pour nous pencher sur cette question, nous allons adopter un plan en quatre mouvements. Nous commencerons par un historique des grandes lignes qui marquent l’évolution de cette machine. Puis nous évoquerons quelques-uns de ses avantages incontournables, ensuite nous exposerons ses inconvénients et enfin nous essayerons de voir pourquoi la voiture suscite malgré tout de plus en plus l’engouement des gens.
Développement
Historique
Parmi les difficultés qui ont suscité la créativité de l’esprit humain, la question du déplacement des personnes et des objets, était la plus urgente. L’homme y remédia d’abord en utilisant les bêtes. Plus tard, avec l’invention de la roue, les voitures tirées ou poussées par la force animale voient le jour.
L’invention de la machine au XVIII siècle provoque alors une formidable révolution industrielle et donne naissance au XIX siècle aux premières voitures automobiles.
Les premières automobiles produites et commercialisées sont à vapeur en 1873 et les premiers prototypes utilisant les nouveaux moteurs à explosion moins encombrants au milieu des années 1880 .Dans le même temps, le développement des connaissances liées à l'électricité mène à la réalisation des premières voitures électriques : on a alors trois modes de propulsion. Mais, c’est le moteur à explosion qui l'emporte sur les autres modes de propulsion.
L'histoire de la voiture a fait naître et vivre différents métiers. Et le progrès dans ce domaine ne cesse de faire des prouesses chaque jour. C’est en effet, le domaine où l’on fait le plus d’expériences, de recherches, de découvertes et d’inventions. Si les résultats ne profitent pas tous directement à la voiture, en revanche, ils servent dans d’autres secteurs de la technologie de haute pointe.
I- Les avantages de la voiture

Si la voiture, à ses débuts, était un objet de luxe réservé aux gens qui pouvaient se l’offrir, la fabrication en série, initiée par le Taylorisme et entreprise par Ford, a rendu ce joujou à la portée de la majorité des gens, et le phénomène grandissant, on comptera avec l'apparition 50 millions de voitures avant la Seconde Guerre mondiale. En 2011, la production annuelle mondiale d’automobiles aurait atteint les 76 millions d'unités. L’utilité de la voiture couvrira alors toutes les activités des déplacements.
a- Pour les longs trajets
Hors de la ville, soit pour le travail ou pour le voyage, la voiture se révèle un excellent moyen de déplacement. En effet, grâce à son autonomie, son confort, sa vitesse et sa maniabilité, la voiture offre à son propriétaire la possibilité de prendre la route à n’importe quel moment, sans vivre la contrainte des horaires imposés par les transports publics ainsi que les retards et les imprévus qui peuvent s’ensuivre.
La voiture évite aussi à son propriétaire de vivre l’encombrement des transports en commun, surtout dans les périodes des weekends, des fêtes ou simplement des heures de pointe. Ces désagréments, outre l’inconfort qu’ils génèrent, peuvent aussi être nocifs pour la santé. Car, le surpeuplement dans un espace réduit et fermé occasionne la surélévation du taux de gaz carbonique rejeté par les individus du fait de leur respiration, et conduit par le mouvement inverse à la raréfaction de l’oxygène. Il ne faut pas non plus sous-estimer le risque d’attraper des maladies contagieuses dans ces conditions-là.
Un autre avantage de la voiture personnelle réside dans la liberté de faire les haltes de son choix. En effet, le conducteur choisit les places où il veut s’arrêter, et quand il le désire. Ceci constitue une commodité qui lui permet de se reposer quand il en ressent le besoin, de se restaurer selon son appétit et son goût, et aussi de pouvoir se soulager en cas de besoins urgents. Le cas est d’autant plus important quand il est accompagné de ses enfants.
En effet, la voiture a cela de merveilleux qu’elle permet d’emmener les siens dans une ambiance conviviale, et en toute quiétude, sans avoir à subir les risques liés aux transports en commun dans pareille situation. Le fait d’emporter avec soi tout ce dont on a besoin, rend le voyage agréable et de tout repos.
b- Pour les trajets courts
À l’intérieur du périmètre de la ville, l’utilisation de la voiture peut s’avérer vitale. On peut dire que la voiture constitue souvent un atout dans la quête d’un travail. Il y même plusieurs offres d’emploi qui insistent sur le fait d’être motorisé.
Le travail se trouvant rarement près de chez soi, ou au moins pour l’un des conjoints dans l’ère où les deux partenaires de la majorité des couples travaillent, la nécessité de se déplacer en voiture s’impose. Cela permet le matin, de retarder un peu l’heure du réveil, de prendre un petit déjeuner, de s’habiller sans trop de hâte et d’arriver à l’heure à son travail. L’avantage de renter pour déjeuner entre midi et quatorze heures est capital, et enfin le fait de regagner la maison, le soir sans trop d’embarras, après une journée de travail permet de profiter de sa soirée pour se ressourcer, s’occuper des enfants, de faire le compte rendu de sa journée, de penser à des projets qui changent le train-train quotidien. Enfin, , on peut toujours sortir dîner dehors, aller voir un spectacle, faire du shopping, ou rendre visite à la famille ou les amis.
En cas d’urgence, quand arrive un accident à la maison ou quand quelqu’un est malade, la voiture permet de le sauver même en pleine nuit.
Enfin, grâce à ce moyen de transport, l’homme peut faire ses courses dans l’endroit qu’il choisit. D’abord, la quantité des marchandises ne lui pose plus problème et ainsi, il peut faire des emplettes pour le mois et pour la semaine. Cela lui reviendra moins cher, car il économise les frais du déplacement, et moins contraignant en termes de temps à gaspiller à chaque fois quand il va au marché quotidiennement. Les produits achetés sont variés et de qualité meilleure quand on va les chercher là où ils sont, au lieu de subir les aléas de la proximité.
c- Pour les femmes.
Aujourd’hui, la femme qui travaille a, plus que l’homme, besoin d’une voiture. Il y va de sa sécurité dans la ville. En effet, les rues de la cité sont de plus en plus le théâtre de vols, d’agressions et de harcèlements sexuels. La voiture constitue pour la femme un espace de sécurité qui lui permet de se mouvoir sans risquer d’être agressée ou importunée. Ceci d’une part. De l’autre, les mamans, quand elles en ont la possibilité, préfèrent emmener leur enfants à l’école en voiture, au lieu de les lâcher dans les rue de la ville, où ils risquent d’avoir un accident ou être violentés par des inconnus. Certes il y a les transports scolaires, mais ceux-ci présentent deux inconvénients. Le premier réside dans l’encombrement des enfants, d’où chaleur, et par conséquence coup de froid à l’arrivée. Le deuxième problème consiste en ce que la plupart des enfants passent beaucoup de temps dans ce transport, du fait qu’il y a un itinéraire à respecter, et comme on ne peut faire plaisir à tout le monde, les enfants qui se trouvent les premiers sur ce trajet accompagneront le chauffeur pendant toute sa tournée. Le phénomène « maman-taxi » est de plus en plus courant et arrange bien des couples.
Enfin, ou peut citer un dernier avantage pour une femme d’avoir une voiture, c’est qu’elle garde le contact avec ses parents, et ce sans avoir recours à son mari ou à un taxi. La voiture peut même constituer pour elle une certaine indépendance, et une sorte d’égalité des rapports de force dans un couple.
II- Les inconvénients
de la voiture
La voiture a conquis la quasi-totalité de tous les foyers et fait le bonheur de tous les ménages. Elle symbolise la liberté de l’homme et de la femme face aux contraintes qu’imposent les transports désormais incontournables, et ce dans la vie quotidienne.
Cependant, cette merveille de la technologie n’est pas sans poser des problèmes, à différents niveaux.
a- Pour les longs trajets
Quand il s’agit de voyage, la voiture revient plus chère que les transports en commun. Elle nécessite d’abord un entretien continu et un contrôle avant chaque départ. Le risque de tomber en panne loin de la ville peut s’avérer coûteux et dangereux. Il faut aussi être en bonne santé et bien reposé avant de prendre la route. Dans le cas contraire, des faiblesses ou l’insomnie conduisent fatalement à l’accident.
Si l’évolution de la voiture a conduit à l’amélioration des routes, celles-ci ne sont pas toujours en bon état. Le conducteur d’une voiture personnelle en fait seul les frais. En effet, s’il y a une détérioration importante dans un tronçon quelconque de la route, il risque de se retrouver bloqué ou avoir une panne sérieuse au niveau de la voiture. Ceci pose le problème d’avoir un minimum de connaissances en mécanique.
Ajoutons à cela, les intempéries. En effet, Lorsqu’il se met à pleuvoir ou à neiger ou qu’il fait très chaud, un conducteur manque de visibilité, perd le contrôle de son véhicule, ou se déshydrate. Les risques qui ont découlent sont fatals et entraînent souvent à la mort.
Quand le conducteur est accompagné de ses enfants, certes le voyage coûtera moins cher par rapport au prix de plusieurs places dans un transport en commun, mais le risque est encore plus grand et les dégâts plus importants que lorsqu’il est seul. En effet, la présence des enfants et des femmes complique la situation, en cas de panne. Les enfants se mettent à pleurer, ils veulent sortir. Leur fragilité les rend plus sensibles au froid, et à la chaleur. Les cas des décès d’enfants sur les routes, à cause des neiges ou du soleil font la Une des journaux, surtout pendant les périodes des vacances.
Enfin, il ne faut pas oublier que le banditisme existe toujours. On peut même dire qu’il s’est perfectionné. En effet, les bandits des grands chemins, sont mieux équipés. Ils profitent eux aussi de la technologie. Ils ont de belles voitures bien solides et puissantes. Ils ont des armes, des téléphones cellulaires des talkies-walkies. Ils repèrent les voitures qu’ils ciblent, les suivent, les signalent à leurs complices, et les arrêtent dans les endroits déserts. On a beau penser que ça n’arrive qu’aux autres, aux imprudents...Mais, ça arrive souvent.
b- Pour les trajets courts
En ville, à volant, les encombrements des routes sont devenus tels qu’on a parfois du mal à enclencher la « deuxième ». Les infrastructures routières sont insuffisantes malgré toutes les prévisions et les efforts fournis dans ce sens. Les citadins, répondant à un besoin, croient-ils, vital, ne cessent d’acquérir des véhicules au grand bonheur de l’industrie de l’automobile. La voiture se perfectionne, devient intelligente, s’informatise, mais le réseau routiers ne suit pas le mouvement. Les « low cast » encouragent les acquisitions des voitures, et finalement nos villes deviennent des pièges pour les conducteurs qui s’y risquent.
Les jeunes aussi se mettent de plus en plus à avoir des voitures, ou du moins à emprunter celle de la mère ou de la sœur. Passer un permis de conduire devient le premier rêve d’un adolescent dans sa quête de liberté. Mais, les conséquences en sont lourdes. Les accidents qui tuent chaque jours des dizaines de personnes ou dans le meilleur des cas les rendent infirme à vie attestent de cette irresponsabilité de prendre le volant et jouer au rallye sur les rues de la ville. L’alcool et les drogues jouent le premier rôle dans ces drames quotidiens.
La pollution provoquée par ces encombrements et ces embouteillages rend irrespirable l’air des villes. Les maladies cardiovasculaires, et les allergies respiratoires augmentent en flèches chez les habitants de la ville, qu’ils soient conducteurs ou non. Le spectacle de petits enfants sortant leurs bombes-aérosols pour soulager leur crise d’asthme, n’est que le revers de cet engouement pour la voiture.
Les dépenses aussi augmentent et les gens s’endettent de plus en plus pour avoir une voiture. En effet, d’un côté, les facilités de crédits encouragent les gens à s’y engager. Et puis, de l’autre, la possession d’une voiture entraîne des frais au quotidien. Le carburant, l’entretien, l’usure des pièces, les horodateurs sont autant d’agents qui épuisent la bourse du propriétaire d’un véhicule.
Enfin, il ne faut pas omettre de soulever le problème du stationnement en ville. Posséder une voiture, ne signifie pas pour autant avoir un garage chez soi. Donc, les rues sont prises d’assauts par les propriétaires, qui n’hésitent pas à s’accaparer les trottoirs. Le piéton se retrouve souvent en train de se faufiler entre les voitures, ou de mettre les pieds directement sur la chaussée pour pouvoir passer. Cela ne va pas sans lui faire courir le risque d’être heurté par les voitures ou les motocyclistes. Puis, le problème de trouver une place où se garer quand on arrive au travail ou devant le lieu de destination, fait faire au conducteur des détours sans fins, dans l’espoir de dénicher un coin où stationner. Il en résulte une perte considérable de temps et de carburant. Le stress engendré par cette situation entre en ligne de compte pour faire regretter au conducteur le fait d’avoir eu recourt à la voiture. Beaucoup de propriétaire de voiture préfèrent stationner assez loin, dans une zone dégagée, et prennent un taxi ou font le trajet qui reste à pieds. C’est à se demander pourquoi il n’avait pas opté pour cette solution dès le départ, sans prendre leur voiture.
c- Pour les femmes
Si le fait de posséder une voiture est un avantage pour une femme, cela constitue aussi une source de désagréments pour elle et pour les siens.
La femme subit les mêmes contraintes de la circulation que celles vécues par l’homme. Premièrement, il est doublement dangereux pour une femme de prendre les longues distances toute seule ou en compagnie des enfants ou d’autres femmes. La constitution fragile de la femme, son manque d’expérience des situations dangereuses de la vie hors de la cité, lui font courir des risques qu’elle ne peut supporter ou gérer.
En ville, la femme subit les stress de la circulation et fait souvent face à la cruauté des hommes qui la taxent d’écervelée, d’inexpérimentée, de volage, même si beaucoup de femmes conduisent mieux que les hommes. Curieusement, si les hommes respectent les femmes ou sont intimidés par elles quand elles sont à pieds, ils n’hésitent pas en revanches à les insulter, à se moquer d’elles ou à les harceler quand elles sont au volant. Cette situation exaspère les femmes et leur fait faire parfois des manœuvres qui confirment les prétentions sexistes des hommes.
Un autre point complique la tâche des femmes qui conduisent, c’est que ce sont elles qui se chargent des enfants, comme par obligation parentales, alors que le père n’a aucun problème à ce que les enfants aillent en transport public ou à pieds. Pour lui, cela fait partie de l’apprentissage de la vie, alors que pour la maman, cela constitue une source d’angoisses qu’elle préfère éviter en payant de son confort personnel, de son temps, et de son argent.
Enfin, ce sont les femmes qui s’occupent des courses, des achats des enfants, des consultations chez le médecin, de visites familiales, des sorties. À tel point qu’on peut dire qu’elles passent la majorité de leur temps au volant de leur voiture. Il n’y a qu’à voir les rues des villes pour s’apercevoir que la plupart des voitures sont conduites par des femmes. Cela les fatigue, les stresse, leur fait faire des dépenses excessives, et use rapidement leur véhicule.
III- Le règne de la voiture
La voiture ne cesse de s’améliorer et d’attirer de plus en plus d’adeptes. Depuis le rêve du petit enfant qui jubile quand il a comme jouet une voiture, jusqu’au collectionneur des voitures en miniatures ou en modèles réduits ou encore la passion des amateurs du tuning, la voiture n’a pas finit de susciter la passion des hommes et des femmes. Des champions de formule 1 comme Michael Schumacher ou Alain Prost ont enflammé le cœur des admirateurs et sont entrés dans la légende. Leurs exploits sont à la gloire de la voiture et de cette parfaite union entre l’homme et la machine devenue prolongement de son conducteur, concrétisant ainsi ce rêve mythique du Centaure.
La voiture rend à l’homme de multiples services. Elle est son auxiliaire par excellence. Il en fait un autre lui-même sur qui il peut compter dans toutes les situations de la vie. Garce à elle, il s’est rendu maître du temps et de l’espace.
Seulement, l’homme n’a pas prévu la gloire à laquelle était vouée la destinée de la voiture. Il ne s’y était pas bien préparé. Ces routes ne supportent pas tant de circulation. La consommation de l’énergie d’une part et la pollution engendrée de l’autre lui coûtent désormais plus que ce qu’il recueille comme fruit de cette invention.
Les solutions sont à portée de main. La voiture doit retrouver sa place de prestige. Il existe désormais les transports en commun. Il faut juste se mobiliser pour les rendre meilleurs. Dans les pays développés, les transports publics sont la priorité de l’état. Leur abondance, leur diversité, leur ponctualité, leur confort, et leur sécurité ne sont plus à mettre en doute, et ce depuis des décennies. Ce sont eux qui reflètent le niveau du progrès d’un pays, son modernisme et sa conscience évoluée. Les gens n’utilisent leur voiture, quand ils décident d’en avoir, que lorsqu’ils travaillent hors de la ville, ou quand ils veulent faire des courses, sortir le weekend en villégiature ou pour voyager.
C’est dans les pays sous-développés que l’utilisation de la voiture voit son accroissement. Certes il y a un début de changement de mentalités, mais c’est un effort qui demande un investissement colossal. L’aménagement des infrastructures routières et l’introduction de nouveaux moyens de transports publics trouveront irrémédiablement échos chez les citoyens. Il n’y a qu’à voir l’expérience du Tramways au Maroc. Certes, les travaux ont demandé beaucoup de temps, et ont occasionné beaucoup de dérangements dans la circulation des Rabat-Salé et Casablanca, mais le résultat est probant. Aujourd’hui, les gens les utilisent comme s’ils ont toujours fait cela. Bien sûr, les axes desservis ne favorisent pas tout le monde, mais d’autres lignes suivront.
Conclusion :
Synthèse
Certes l’essor de la voiture n’est plus à contester. Elle se développe et connaîtra encore de longs jours de gloire. C’est le moyen de transport qui permet de joindre l’utile à l’agréable. Ces côtés négatifs ne viennent pas d’elle-même mais de l’utilisation irréfléchie que l’homme en fait. On ne peut dire que le règne de la voiture va un jour vivre son déclin tant elle continue à inspirer aussi bien la créativité des constructeurs que le rêve de liberté des conducteurs.
Rappel de la problématique :
Objet de luxe, moyen de transport de première nécessité, ou simple acquisition de la société de consommation moderne. La voiture n’a pas cessé de soulever la polémique de son utilité, et ce depuis son invention. Mais le progrès qu’elle fait en si peu de temps, témoigne du génie de l’homme et de l’intérêt qu’il apporte à ce véhicule. Nous avons essayé de cerner les arguments de ceux qui proclament sa gloire, sans pour autant occulter les réponses de ceux qui anticipent son déclin
Ouverture
:
On ne sait de quoi sera fait, tant le progrès roule à une vitesse .Tout ce que nous vivons aujourd’hui faisait partie de la science fiction d’une époque qui n’est pas trop lointaine. La technologie de pointe désormais mariée aux puces électronique, et contrôlés par des ordinateurs, et par GPS, font de la voiture moderne une sorte de terminal aux commande duquel le conducteur se sont un cosmonaute pilotant un vaisseau spatial.
Comment seront les voitures de demain ? Réussiront-elles à vaincre la pesanteur ? Voleront-elles comme dans les films de sciences fiction ?
Mais en attendant ce jour-là, il y a encore tant à faire au niveau de la circulation des villes des pays en voie de développement, en matières de routes superposées, et de rails suspendus, de métros, de tramways .
Il ya aussi tant de belle idée à copier : entre autres, faire un jour par semaine sans voitures, dimanche par exemple. Au japon, les rues sont lavées et deviennent un formidable lieu de pique-nique,

  



InfoIdentification nécessaire
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +