La relation entre la photographie et la littérature

 Par hammoumi rachid  (?)  [msg envoyés : 12le 17-04-12 à 11:06  Lu :2320 fois
     
  
 accueil


Dissertation : autour de la relation entre la photographie et la littérature

Par HAMMOUMI Rachid



L'impact de la photographie sur la littérature parait comme un sujet-bateau difficilement cernable. Il s'agit particulièrement d'une histoire commune, prenant comme point de départ l'invention des premières machines visant à capter la lumière, à l'instar de la lanterne magique, du Daguerréotype et d'autres machines qui allaient bouleverser la conception du monde au XIXème siècle. Peut-être qu'avant même une telle datation, y avait-t-il sinon une volonté, du moins un désir de trouver un moyen capable de contribuer à l'amélioration de notre faculté mémorative et souvenante que peut accaparer notre appareille naturelle, l'oeil, en laissant des traces parfois claires, parfois floues, dans la mémoire visuelle.

Tout d'abord, on veut commencer cette dissertation par une acception personnelle de la littérature, sans vérifier son degré de véracité. La littérature, dans un sens qu'on peut trouver dans le dictionnaire, est l'ensemble de ce qui est publié sur un sujet, voire sur une discipline précise. De telle sorte, on trouve la littérature de la médecine, la littérature de la science, etc. comme pour dire une écriture autour d'un tel ou tel domaine. De ce fait, on comprend ce qu'on appelle Littérature, une écriture globalisante et totalisante de tout autre type de littérature, sans attachement ni encerclement autour d'une quelconque discipline. Ce qui lui donne une ouverture sur tous les domaines de représentation de la vie toute entière. Ainsi s'explique - pour moi au moins, et cela peut être une conception erronée - sa relation avec la science, avec la psychologie, avec la sociologie…, et avec, en ce qui nous concerne, la photographie. Une telle conception de la littérature l'approche d'une abeille qui se nourrit du nectar de plusieurs types de végétation dans tous les champs qui se présentent à elle. En effet, la photographie n'est qu'une discipline parmi d'autres qui ont influencé cette dernière. Cela dit, son influence a été déterminante depuis le XIXème siècle et jusqu'à nos jours.

Ensuite, il ne faut pas oublier que toute invention quelle qu'elle soit, joue un rôle prépondérant dans la modulation de notre conception du monde. Ainsi, en partant de son imagination et d'un désir intelligent de rivaliser la nature, l'homme réalise des créations et des inventions, puis vient leur tour de réorganiser et de réorienter sa conception de son être et en conséquent, sa conception du monde.

Partant de ces postulats du départ, essayons de clarifier l'impact de la photographie sur la littérature.

Dans un premier moment, on essaie de monter la relation entre l'apparition de la photographie et la crise de la mimesis. Puis on traitera la collusion de l'art et de la technique. Par la suite, on tentera de révéler que le XIXème n'est qu'une conquête optique du monde.

La plupart des écrits d'hommes de lettres sur la photographie laissent transparaitre un rejet et un ressentiment envers elle, ne serait-ce que Charles Baudelaire qui la condamne affreusement, dans son article Le public moderne et la photographie, en la considérant comme l'appauvrissement du génie artistique. Mais cela n'empêche pas une grande fascination exprimée par d'autres, à l'instar de Victor Hugo qui fait du cerveau une véritable caméra obscura.

La photographie explique le jaillissement d'un nouvel imaginaire littéraire, où il est à constater la diminution de l'imitation de la nature, par réaction contre ce nouveau médium ou par complémentarité avec lui.

Concernant le premier cas, on peut donner l'exemple d'une écriture littéraire essayant de transcender une réalité apparente et sensible à même les sens. Pour chercher à transcrire les abysses de l'âme, à entrer dans le for intérieur de l'être afin de faire jour à cette réalité cachée et que les techniques photographiques ne peuvent rendre l'image. Dans cette catégorie on peut trouver le romantisme avec sa force lyrique et le symbolisme avec son imagination très développée.

Pour le second cas, les exemples illustratifs sont le réalisme et le naturalisme qui, tout en concurrençant la technique, ils semblent présenter une réalité photographiée plus qu'une mimesis, dans un sens classique.

La matrice créatrice en littérature s'est bifurquée. Ce n'est plus une représentation de la nature pure et simple, mais c'est une re-présentation d'autres productions artistiques, photographiques ou picturales.

Ainsi un objet photographié peut devenir le sujet d'une production littéraire, ou alors même lorsqu'on veut simuler la réalité du monde, c'est par une médiation, même inconsciente, des techniques photographiques. C'est justement une rivalité entre deux ordres symboliques: le Verbe et la technique. Tous deux se trouvent dans une compétition aveugle pour savoir celui qui peut mieux représenter le monde. Ce qui explique la fréquence excessive des hypotyposes dans les textes littéraires, à tel point de mettre sous les yeux en faisant du récit et de la description, une image, un tableau ou même une scène vivante.

Peut-être encore que le poème en prose soit une forme de l'écriture poétique qui a vu sa naissance pour rejeter des procédés semblables à ceux de la photographie. Ainsi les techniques de versification semblent constituer un cadrage assimilable au cadre de la caméra. Du coup, cette destruction formelle du texte poétique est, en quelque sorte, une négation de la photographie comme technique. Mais on est toujours celui qu'on refuse de l'être, de ce fait, tout en rejetant la photographie comme technique, la littérature se nourrit d'une imagination qui s'approche des méthodes photographiques, l'imaginaire littéraire n'est alors qu'une chambre noire qui accumule des images plein de lumière.

Petit-à-petit est né une inter-médialité dépassant la simple intertextualité que connait la littérature avant, toutes deux alors vont s'entraider en se familiarisant l'une avec l'autre.

Enfin on peut dire que la photographie a joué un rôle crucial dans le changement de l'imaginaire littéraire, dans la métamorphose de son objet d'étude, ce n'est plus de mimesis qu'il s'agit, ce n'est plus d'une imitation aveugle de la nature, mais il s'agit plus précisément d'un dépassement de l'apparent vers l'ineffable, l'invisible qui échappe à tout calque de la réalité. Ce qui va contribuer au développement de la littérature moderne, qui, tel un bateau ivre elle atteindra des rivages sombres avec le nouveau roman qui stipule la non représentation totale de ce qui est hors elle-même.

Mais également, il ne faut pas nier une influence inverse, avec l'aide sans aucun doute de la peinture. Du fait la photographie à son tour tentera de représenter une réalité autre que celle naturelle. Alors c'est d'une influence mutuelle qu'il s'agit.



  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 19976

l'ekphrasis
  Par   Laouadi Ahmed  (CSle 17-04-12 à 12:27



C'est interessant votre approche. Merci. Essayez du coté des influences réciproques entre peinture et littérature; ce qu'on appelle en termes de rhétorique la figure de l'ekphrasis. Bon vent





 Réponse N°2 20320

Remerciement
  Par   hammoumi rachid  (CSle 25-04-12 à 12:28



Merci si Ahmed pour votre participation, j'essaierai d'analyser ce que vous venez de présenter. cela serait d'un intérêt crucial.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +