La réforme de la caisse de compensation au maroc: des solutions concrètes.

 Par Idoubiya Rachid  (Prof)  [msg envoyés : 1316le 23-04-11 à 21:57  Lu :6606 fois
     
  
 accueil


La réforme de la caisse de compensation au Maroc: des solutions concrètes.
Mon credo: la politique n'est pas un tabou.
Tout le monde reconnait que cette caisse qui subventionne les produits de consommation de première nécessité profite aux riches et à la classe moyenne pour maintenir son pouvoir d'achat. Les pauvres n'ont pas de la monnaie pour acheter les produits de consommation de base! Ils n'ont pas un revenu stable!
La somme allouée à la caisse de compensation est colossale: 32 milliard de dhs. Ce qui équivaux à +ou- 4% de notre produit intérieur brut (PIB)
Si on finit par abolir les privilèges et la politique de l’économie de la rente, si les produits pétroliers ne sont pas subventionnés à l'avantage des industriels, si des aides sont accordées directement à la catégorie sociale visée: la classe des pauvres, qui constitue 5 millions de personnes, la somme de 24 milliards de dhs est largement suffisante !
A condition qu’elle soit redistribuée de la façon suivante:
1500 dhs/ mois dirigée exclusivement à la consommation des ménages pauvres: pour les aider à acheter les aliments de première nécessité.
Dix modalités seront utilisées pour faire parvenir les fonds - qu'on pourrait nommer: fonds pour le développement durable à long terme-.
Modalité 1
Une bourse d’étude est accordée directement aux élèves issus de familles pauvres: ce ne sont pas les enfants qui sont pauvres, mais leurs familles! Les sommes accordées sont en fonction du niveau d'étude de chaque élève/étudiant.
- Cet argent, précisons-le, n'est pas de l'aumône mais un financement des études et un moyen pour maintenir la scolarité obligatoire nationale, et pourquoi pas, une manière et une aide pour encourager les plus méritants de nos élèves à finir leurs études supérieures.
Cela va contrer le travail des enfants et va encourager les patrons à embaucher les adultes!
200 dhs/mois pour l’élève au primaire ;
300 dhs/mois pour l’élève au lycée collégial ;
400 dhs/mois pour l’élève au lycée qualifiant ;
500 dhs/mois pour l’étudiant au supérieur ;
600 dhs/mois pour l’étudiant doctorant : jusqu’à ce qu’il ait du travail.
- Cet argent doit être considéré comme un prêt à long terme pour ses élèves/étudiants.
- Cet argent doit être accordé directement, via les établissements scolaires sous forme donc de bourse d'étude: un redoublement, un arrêt des études causés par la volonté propre de l'élève ou de sa famille, équivaut à un arrêt définitif de l'allocation. Quatre des premiers enfants bénéficieront de cette aide pour décourager la procréation des enfants...
Modalité 2
Une carte solidarité doit être attribuée aux mêmes familles nécessiteuses pour bénéficier d'une aide directe aux produits de première nécessité:
- Un approvisionnement mensuel direct donc, en fonction des membres de la famille en charge. Un seul lieu intermédiaire, - comme celui des grandes surfaces de consommation: (pour ne pas faire de la publicité gratuite)- jouera ce rôle dans chaque préfecture.
- Les associations bénévoles se chargeront de la bonne gouvernance, au niveau de l'organisation et de la distribution des aides.
- Il sera tenu compte de la carte de la pauvreté.
Modalité 3
Une politique des cantines touchant les établissements scolaires: dans les cartiers populaires et dans le milieu rural.
Deux repas par jour, avec les produits subventionnés est un autre moyen pour décourager la déperdition scolaire!
- Cette bonne vieille méthode a fait ses preuves auparavant, pourquoi ne pas la généraliser aujourd'hui sur les enfants issus de familles pauvres.
Modalité 4
Travailler directement avec les associations caritatives pour mettre la main sur les personnes les plus en précarité. Les aider avec le plan: aliments subventionnés pour une population nécessiteuse!
- Ce sont les associations à but non lucratif qu’il faut aider afin de lutter efficacement contre la précarité !
Modalité 5
Augmenter le salaire des fonctionnaires, en fonction de leur besoin/ consommation mensuelle en produit alimentaire de première nécessité: l’augmentation des salaires ne sera par en fonction de l’ échelle, mais en fonction du membre des personnes qui sont en charge: les enfants et les parents.
L’augmentation des salaires des fonctionnaires ne peut que dynamiser la consommation: favorable à la croissance économique de notre pays.
Modalité 6
Une carte santé est octroyée aux familles la classe nécessiteuse, avec des contrôles hebdomadaires au sein des établissements scolaires: la santé pour tous doit être une priorité dans ce sens;
- Les riches ont les moyens d'avoir accès aux soins et à la santé, les pauvres doivent bénéficier des mêmes soins: une assurance maladie doit être accordée aux pauvres.
Modalité 7
Les subventions ne doivent pas excéder 1500 dhs, quel que soit le nombre de la famille: le but, c'est aider les familles par un minimum pour pouvoir "bouger"!
- En aucun cas, il sera question de tout attendre de l'Etat! L'argent donné est issu du contribuable. Il doit devenir rentable à moyen et à long terme, en fonction de:
* L'augmentation du taux d'alphabétisation des citoyens;
* L'augmentation de leur degré de culture pour participer à la vie dans la cité: ce n'est pas du rêve!
* La création de nouvelles ressources générée par une nouvelle génération très bien instruite, donc capable de participer à la croissance économique et au développement social et culturel de notre pays;
Modalité 8
Pas de subvention du pétrole/essence pour les usagers, et surtout aux industriels: laissons le secteur face à la loi de l'offre et de la demande: les marocains savent négocier!
Modalité 9
Pas de subvention de sucre, de l'huile, pour les industriels de l'agroalimentaire: pâtisseries, sociétés spécialisées, et autres! Pas d'économie de la rente: les marocains savent négocier!
Modalité 10
Subventionner d'urgence les travailleurs qui risquent de tomber dans le filet de la pauvreté à cause du chômage! Une caisse doit être allouée pour payer les avocats spécialisés dans ce genre de dossiers: rapprocher la justice vis-à-vis du citoyen!
- La justice pour qu'elle soit juste, elle doit accorder une large place à l’équité au sein de la société.
Notez ce chiffre: 24 milliards de dhs sont aujourd’hui alloués à la rente!
Seulement 2,5 milliards de dhs sont accordés aux pauvres.
Le reste des milliards: 5.5 milliards de dhs sont octroyés à la classe riche et à la classe moyenne!
Question: doit-on laisser les choses comme elles sont?

  



InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +