La présemption d'innocence!

 Par Idoubiya Rachid  (Prof)  [msg envoyés : 1316le 18-05-11 à 21:32  Lu :1956 fois
     
  
 accueil


La justice, la corruption, la démocratie, le bonheur et la bonne gouvernance! Quels rapports!
0- Problématiques:
Le Maroc manque-t-il de justice? Je veux dire devant les tribunaux? Je veux dire au niveau sociale? Je veux dire au niveau de l'équilibre entre les devoirs et les droits? Je veux dire un droit à un enseignement "vraiment" de qualité ou à l'enseignement tout court?! Pour répondre à ces questions, il suffit de s’asseoir dans les cafés ou de lire les commentaires fleuves dans le forums! C'est ce qu'on appelle l'opinion publique!
Qu'en est-il de la corruption? Qu'en est-il de ses indices latents et patents! Le Maroc n'est-il pas l'un de ses champions? Codifier et réglementer par des lois sévères n'est-il pas manipuler et déjouer par l'illicite et les passe-droits?
Une maladie chronique sévit au Maroc! Celle de l'amour de l'exécutif!
Dans cet état de démocratie pathologique, ceux qui se croient tout permis prospèrent face à deux lois: la loi du silence et la loi administrative et pénale, qui restent incapables d'agir, car la justice reste à un état mineur! En claire: un sous-pouvoir!
Abus de pouvoir, malversations, dilapidations des deniers publics sont donc monnaie courante au Maroc...
Et pourtant le Maroc est l'"Etat des institutions"!
1- La preuve : Pour combattre la corruption, le Maroc des institutions a :
- L'instance centrale de prévention de la corruption (ICPC);
- L’Instance nationale de protection des biens publics (INPBPM);
- L’Inspection générale des Finances;
- L' observatoire de la corruption dans les services douaniers;
- La Cour des comptes;
- L' inspection des finances;
- Le site web Stop corruption;
- La Journée nationale de la protection des biens publics: le 24 mars de chaque année...
Toutes ces institutions pour que le Maroc fasse une figure de prou dans le classement au niveau de la lutte contre la corruption!!!
2- La contre preuve: ( diagnostic de la corruption au Maroc...: le choc connu et reconnu! )
* Global Integrity sur la corruption dans le monde arabe " fait état d’une hausse importante du fléau de la corruption au Maroc"!
* Le Magazine britannique "The Economist", " classe le Maroc au 116 ème place sur 167 pays dans un classement sur la démocratie dans le monde"!
* Transparency International " classe le Maroc à la 85ème place avec une note de 3,4/10 dans le classement mondial sur la corruption: rang qu’il détient depuis 8 ans"!
* La Banque Mondiale " donnant un rapport sur le climat des affaires dans le monde, classe le Maroc à la 114ème position sur un total de 183 pays, pour l’année 2011"!
* Doing Business 2011 affirme que "la bureaucratie administrative et la justice constituent toujours l’un des principaux freins au développement des investissements étrangers au Maroc"!
3- La prescription anti-corruption à la marocaine:
+ Le Maroc prévoit "d’accueillir la quatrième session de la "conférence des Etats membres de la Convention des Nations Unies contre la corruption."
+ Le Maroc " adopte un plan anti-corruption pour la période 2010-2012. Composé de 36 mesures anti-corruption."
+ Le Maroc " installe un plan Maroc Numeric 2013 et un centre d’évaluation des politiques publiques! Ce nouveau programme comprend entre autres l’installation de bornes électroniques de tickets pour gérer les fils d’attentes dans les administrations, la suppression des portiers, l’installation d’un système de pointage et la généralisation des concours d’accès à la fonction publique!!!
++++ Toutes ces mesures ajoutées à celles déjà là vont-elles rendre les marocains heureux?
4- Le Maroc, ce pays heureux...ou mal..........x
Le Maroc a été classé à la 41ème sur 60 pays, au classement du bimestriel français Globeco, sur l’indice du bonheur mondial (IBM).
Le Maroc, qui arrive après la Tunisie (36ème) mais avant l’Algérie (46ème), obtient 755 points à l’indice du bonheur mondial.
Le classement se base sur 40 éléments pour le bonheur mondial et 20 pour le bonheur par pays. Ces critères comprennent entre autre la paix, la démocratie, la sécurité, la culture ou encore la corruption!!!
5- Synthèse: entre la corruption et l'anti-corruption...
Le Maroc a vraiment un rendez-vous avec l'Histoire! Celle-ci - tout le monde doit y participer: chaque, via sa propre volonté!
Pour la première fois, on entend parler de justice comme pouvoir autonome! Allons-nous faire comme la Jordanie, dont le système judiciaire est totalement indépendant de l’exécutif ? Allons-nous avoir une vraie "Agence nationale de lutte contre la corruption", présidée par "un procureur", est composée de "magistrats" et a toutes "les prérogatives" en matière de prévention, d’investigation et de sanction? Au lieu d'une simple Instance centrale pour la prévention de la corruption? Car la première est exécutive alors que la seconde est consultative! Car la première peut arrêter, condamner et juger, alors que l'autre ne peut que "prévenir"! C'est en tout cas, ce nous que révèle Abdesselam Aboudrar, qui dirige l’Instance Centrale pour la Prévention de la Corruption (ICPC): une instance ad hoc! Ce monsieur, respectable par son passé de probité et de militantisme, avance lors d'une question qui lui a avait été posée par "Jeune Afrique":
" Pourquoi l’action de l’ICPC se limite-t-elle à la prévention ?
- C’est un choix du gouvernement. Après avoir ratifié, en 2005, la convention pertinente de l’ONU, il était tenu de mettre en place une agence de lutte ou de prévention contre la corruption. L’essentiel était de manifester la volonté du gouvernement de s’attaquer au mal sur les deux plans. Il ( le gouvernement) a préféré laisser la sanction à la justice et confier la prévention à une instance ad hoc."
NB- La bonne gouvernance se trouve quelque part dans cet article!
A méditer!

  



InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +