La mort entre tradition et religion

 Par Samira Yassine  (?)  [msg envoyés : 2089le 13-03-12 à 17:48  Lu :1594 fois
     
  
 accueil

Je sais qu'on n'est pas là pour faire de ce forum un lieu funèbre, mais vu les circonstances que je viens de vivre, j'ai pu, Dieu merci dépasser certaines traditions et ne faire recours à aucune BID3A .
Ma question est la suivante: Sommes-nous responsables de ce genre de traditions enracinées dans notre vie sociale?
Je citerai quelques traditions que j'ai évité" le 3ème jour" "le 40ème jour", je ne le célèbrerai pas. mais je viens d'apprendre que des amies et voisines chères à moi, prévoient une cérémonie qu'on appelle " tzawal lahzane" enlever le deuil en passant sa main dans le héné , je n'y pensais même pas puisque je sais que chez nous ,les musulmans, le deuil ne doit pas dépasser 3 jours. J'ai essayé d'expliquer celà à une chère amie, mais j'ai bien peur de les vexer par mon refus. Si jamais j'accepte pour leur faire plaisir , ne serai-je pas en train de désobéir à Dieu et son prophète ?
Merci de bien vouloir donner votre avis là-dessus.

  




 Réponse N°1 18475

re
  Par   marocagreg  (Adminle 13-03-12 à 19:31



Il faut faire la différence entre la bid3a (inventer qqch en religion) et la coutume sociale qui exige quelques fois des choses. Mais bien sûr, tu n'es pas obligée de suivre une coutume, surtout si cela te semble aller à l'encontre de la religion.

voici une vidéo sans rapport avec ce qui précède.







 Réponse N°2 18506

tradition et dogmatisme
  Par   Adi Lachgar  (CSle 14-03-12 à 10:03

Je rejoins M. Alomari elalaoui Abderahman dans son analyse. Nous ne pouvons rejeter des traditions au nom d'un dogme quelconque. En tous les cas, il faut pouvoir assumer ses choix. Vous remarquerez que la religion, quand elle ne peut pas mettre fin à certaines traditions "païennes", elle les contourne ou les détourne. L'Islam, qui est une religion assez humaniste et relativement ouverte, a su s'accommoder de beaucoup de traditions. Au Maroc, l'Islam populaire, pour reprendre une expression cher à M. Arkoun, a gardé des survivances mythologiques qui sont fondatrices de l'identité marocaine. Les rejeter est un acte politique lourd de conséquences.

Les rituels de deuil, qui peuvent être extrêmement violents, ont une fonction cathartique indéniable. Ils permettent de vivre la mort, de la rendre présente et de mettre en scène le départ définitif de l'être cher. Cette tradition permet aux "cris" du coeur de sortir, de dégager l'âme. Pour les comprimer, il faut avoir une force de caractère herculéenne et même avec une telle force on n'est pas à l'abri d'un retour de bâton. Si la religion veut nous faire accepter la mort comme un destin, le retour à Dieu de ce qui n'a été que prêté, nous ne sommes pas toujours capables d'adhérer sans rechigner à cette vision. Nous continuons à vivre la mort comme une terrible injustice. Seul peut nous consoler l'entourage social et, en l'absence d'un vrai soutien psychologique, seul ce mélange de religieux et de traditionnel peut nous aider à nous en sortir. Alors, même si ne suis pas du tout un fervent défenseurs des traditions, je vous dis: ne coupez pas le fil de l'amitié au nom de je ne sais quelle connaissance qui vient d'en ne sais où. Souvent, ces amies "bêtes", "incultes", "traditionnelles et 3roubiates" sont de meilleurs soutiens que certaines constipées de la pensarde qui, esclaves des dogmes qui n'arrangent que leurs barbus de maris, sont, dans le privé, d'une immoralité sidérante. Suivez votre coeur et faites passer votre Marocanité avant La saoudité ou l'iranité.





 Réponse N°3 18512

Le soutien
  Par   Samira Yassine  (CSle 14-03-12 à 13:47



je vous remercie mes chers collègues, M Lagare et M Elomari, d'avoir évoqué ce sujet de la solidarité.

Je ne pourrai vous décrire combien mes voisines mes amies m'ont soutenue, en cette douloureuse occasion, du décès de ma mère. Du jamais vu , dans ma ville natale. J'habite une ville pas aussi grande que ma ville natale, mais il faut voir comment ces gens ont agi , on dirait que c'étaient eux les premiers concernés. Je ne devais penser à rien; ils s'occupaient de tout, mais incroyable. Je me permettrai de parler du côté manger, ils se sont chargé de tout le monde, depuis le petit déjeuner jusqu'au gouter et si je n'avais pas prévu une veillée pour ma mère le soir même, celà aurait duré 3 jours. les membres de ma famille ont été surpris, émerveillés de voir ces voisines courir dans toutes les sens étant à leur service en tout.

Vraiment un tel soutien soulage énormément. On est bien épauulé. Différemment aux grandes villes où les habitants du même batiment ne se saluent même pas, chez nous , ici au gharb, à sidi slimane, une voisine qui met le pied chez vous pour la première fois, ne quitte pas la cuisine et travaille dur comme si elle était chez elle.

Jamais je ne remercierai assez leur soutien et je vous remercie de m'avoir donné l'occasion d'en parler.





 Réponse N°4 18525

Oui....mais ......
  Par   Samira Yassine  (CSle 14-03-12 à 22:43



Du point de vue religieux aussi bien que rationnel , je trouve certaines traditions insensées, mettre la main dans le héné pour mettre fin au deuil n'a aucun sens à mon avis. Mais je reconnais que le geste de mes amies est très touchant et je ne les juge pas mais moi je ne peux pas faire une chose pareille parce que je n'y vois aucun intérêt qui puisse m'encourager à suivre cette "BID3A" sachant que le prophète a dit "koulou bid3atin dalal wa koulou dalalin fi annah"

Je respecte votre position, on n'a pas les mêmes convictions alors je ne vous demande même pas de discuter ce sujet parce que je sais bien que celà ne nous mènera nulle part et vous êtes un collègue que je respecte beaucoup malgré nos différentes convictions dans le domaine religieux.





 Réponse N°5 18558

re-re
  Par   marocagreg  (Adminle 15-03-12 à 16:00

je suis très attentif au contraire, et il est nécessaire de connaitre la référence idéologique d'une personne pour dialoguer avec elle. parce que, franchement, j'ai une difficulté à vous situer, car quelques questions que vous posez sont scandaleuses pour un musulman. Rassurez-vous, je n'ai aucune prétention de vous "convertir"... Que chacun se charge de son âme !

Personne ne conteste qu'on n'a pas besoin d'être musulman pour respecter l'autre, mais le respect de l'autre passe aussi par le respect de ses croyances. On ne peut pas dire, je vous respecte, mais je méprise votre croyance. Or, vous remettez en question les fondements mêmes de la religion de cet autre (il n'y a pas de mal à boire le vin, à manger le porc de temps en temps, etc.) et le haj (un pilier de l'islam) est un gaspillage d'argent. Si la charité et le refus de l'adultère, du vol sont des devoirs moraux, ses devoirs sont pour le musulman indissociables du reste, d'ailleurs qu'est-ce que la morale et l'éthique sinon la moelle de la religion (addin almo3amala).

Moi je dirai plutôt à Madame Samira de suivre son intuition et de faire ce qui laisse son âme et sa conscience en paix. Je ne vois pas en quoi les voisines se fâcheraient si elle refuse de suivre la coutume, après tout c'est d'elle et de sa défunte mère qu'il s'agit et non d'autre chose.




 Réponse N°6 18559

Mes amis.....
  Par   Samira Yassine  (CSle 15-03-12 à 16:45



Rassurez-vous au sujet de mes voisines qui sont à la fois collègues et voisines: des amies.

Je ne les décevrai bien sûr pas vu leur soutien que je n'oublierai jamais et parce que dans notre religion "addinou almo3amala" je ne vais tout de même pas leur claquer la porte au visage. J'ai essayé de leur expliquer mon avis, si elles l'acceptent, j'en serai ravie, si je vois qu'elles l'ont mal pris, je ne m'accrocherai pas à mon idée pour la simple raison qu'elles ne me demandent pas de désobéir à dieu en faisant quelque chose de vraiment illicite, je suis quand même très tolérante, je vais leur faire plaisir en exauçant leur veu, parce que franchement , la plus part de nos actes sont des bida3 que dieu nous pardonne.

Notre Dieu est le plus Clément, le plus miséricordieux, j'adore mon Dieu et j'espère qu'il nous pardonne tous nos actes. Aaaaamine !





 Réponse N°7 18576

paix intérieure
  Par   bouhanch med  (CSle 15-03-12 à 22:16



malheureusement on a hérité des traditions qui n'ont rien à voir ni avec la religion ni avec la morale...je vois que vous êtes indécise alors qu'il ne faut surtout l'être. si j'étais à votre place je n'hésiterai pas un instant de refuser ce que l'amie demande. D'abord, cette pratique n'a aucun sens, ensuite, pourquoi je dois faire plaisir à mon amie et rester en conflit intérieur avec moi même.

je crois qu'il suffirait de dire "non" gentillement et de rester en paix avec vous même au lieu de faire un acte susceptible de vous hanter ultérieurement...





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +