La lettre du condamné à sa fille

 Par ziani mohammed  (Prof)  [msg envoyés : 73le 01-05-11 à 13:02  Lu :9226 fois
     
  
 accueil


(exemple)la lettre du condamné à sa fille(
Paris le…/…./.1829 Chère Marie,
Ma lettre va te causer une grande peine, mais je t’ai vu si pleine de tendresse que tu voudras encore le garder, ne serait-ce que par amour pour moi.
Tu ne peux savoir ce que moralement j'ai souffert dans ma cellule, ce que j'ai souffert de ne plus te voir, de ne plus sentir peser sur moi ta tendre sollicitude que de loin. Pendant ces 42 jours de cellule, ton amour m'a manqué, et souvent je t’ai demandé de me pardonner tout le mal que je t’ai causé.
Tu ne peux douter de ce que je t’aime .je t’aime d’un vrai amour d’un amour paternel véritable. Remerciez toutes les personnes qui se sont intéressées à moi, et particulièrement nos plus proches parents et amis .Je te lègue ma petite bibliothèque, mes livres à ma chère petite Marie. Je meurs pour avoir versé du sang non pas par préméditation mais par légitime de défense. Pour moi, ne te fais pas de soucis. je garde mon courage et ma belle humeur jusqu'au bout. Sois tendre. Travaille bien. N'admets pas de négligence. Les gendarmes viennent me chercher. Je me hâte. Mon écriture est peut-être tremblée ; mais c'est parce que j'ai un petit crayon. Je n'ai pas peur de la mort ; j'ai la conscience tellement tranquille. Marie, je t'en supplie, prie. Nous nous retrouverons tous les quatre, bientôt au Ciel." Qu'est-ce que cent ans ? "Adieu, la mort m'appelle. Je vous embrasse tous. C'est dur quand même de mourir. Mille baisers. Excusez les fautes d'orthographes, pas le temps de relire.
Ton papa qui qui t'aime beaucoup.

  



InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +