La justice et la démocratie.

 Par Idoubiya Rachid  (Prof)  [msg envoyés : 1316le 17-05-11 à 23:47  Lu :8979 fois
     
  
 accueil


La justice et la démocratie.
Dans toute vraie démocratie où le pouvoir est entre les mains du peuple, qui l'exerce par le suffrage universel, la justice est considérée comme un vrai pouvoir constitutionnel indépendant!
La justice est donc le vrai pouvoir de la démocratie car elle n'est pas la porte-parole des gouvernements mais l'expression de la volonté générale! Non de la majorité mais de tous les citoyens!Le pouvoir juridique ne repose donc pas sur le vote des citoyens, car les juges ne sont pas élus au suffrage universel.
Puisque le suffrage universel repose sur le fait majoritaire. Puisque le pouvoir juridique est reconnu par la seule constitution, celui-ce échappe donc à toute mainmise des gouvernements sur ses décisions et son fonctionnement, car le juge prononce sa sentence au nom de tous les citoyens!
La justice est le seul des pouvoirs qui dure, car il n'est jamais monopolisé par la majorité qui détient le pouvoir!
A la différence du pouvoir exécutif et du pouvoir législatif, qui sont issus du suffrage universel, ici et maintenant, le pouvoir juridique est permanent car inscrit dans la constitution, garante de la durée!
L'indépendance de la justice rend les justiciables égaux dans un État de droit! C'est pourquoi, le pouvoir judiciaire reste le vrai indice qui exprime la différence entre l'État providence, qui englobe tous les pouvoirs: judiciaire, législatif et exécutif et l' État de droit! En effet, dans l'Etat providence , la justice reste dominée par le pouvoir exécutif!
C'est pourquoi, la justice ne saurait obtenir son entier développement que dans une démocratie, qui suppose un partage entièrement égal de la Souveraineté entre les trois grands pouvoirs de l’État.
La constitutionnalisation du Conseil Supérieur de la Magistrature est le garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire: aucun membre du pouvoir exécutif ne doit y siéger! C'est ce qui garantit la protection des citoyens contre les abus.
Mais puisque l'appareil judiciaire est autonome, les personnes qui sont chargées de la faire fonctionner doivent être sévèrement soumises au principe du contrôle et de la reddition des comptes! Un corps d’inspection guidé par une vraie déontologie judiciaire doivent garantir une grande justice pour les justiciables!
Mais cette justice, garantie par un pouvoir judiciaire autonome, pourrait souffrir si le Conseil supérieur de la Justice n'est pas voté par les magistrats! Un vote, ici et maintenant, doit donc se faire par les intéressés: un vote fait sur la base de la transparence...
De plus, un pacte de confiance avec les citoyens doit être l'aboutissement d'un pouvoir judiciaire digne de ce nom. En effet, la justice est un métier qui exige beaucoup de déontologie. Si la corruption envahit ce corps, alors la société perd toute confiance en sa démocratie!
C'est pourquoi, et en dernière analyse, les tribunaux doivent avoir le statut d’établissements publics de justice, et non, comme c'est la cas aujourd'hui au Maroc, des établissements Étatiques de justice!

  




 Réponse N°1 11383

re
  Par   marocagreg  (Adminle 18-05-11 à 20:57



La justice est la vertu suprême, lorsqu'elle est absente tous les maux s'abattent sur le citoyen. le juge n'a pas plusieurs choix, selon qu'il est intègre ou véreux: soit il est le représentant de Dieu sur terre, soit il est le représentant du diable sur terre.





 Réponse N°2 11384

Le pouvoir, cher ami! Le pouvoir!
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 18-05-11 à 21:22



La justice n'est ni véreuse, ni intègre! C'est une question de pouvoir!





 Réponse N°3 11385

وَيْلٌ لِلْمُطَفِّفِينَ
  Par   marocagreg  (Adminle 18-05-11 à 21:31



je n'ai pas parlé de justice, mais de juge véreux ou intègre. La justice c'est une balance, chaque pouvoir choisit la justice qui répond à sa conception du pouvoir : soit on a une balance bien réglée, soit on a une balance truquée qui penche à vide déjà vers un côté. il y a une sourat du Coran intitulée al motafifin (ceux qui truque la balance pour donner moins et recevoir plus ou ce qu'on appelle communément : deux poids, deux mesures). je crois que tout juge, tout pouvoir qui truque la justice fait partie de ces motafifin:

وَيْلٌ لِلْمُطَفِّفِينَ (1) الَّذِينَ إِذَا اكْتَالُوا عَلَى النَّاسِ يَسْتَوْفُونَ (2) وَإِذَا كَالُوهُمْ أَوْ وَزَنُوهُمْ يُخْسِرُونَ (3) أَلَا يَظُنُّ أُولَئِكَ أَنَّهُمْ مَبْعُوثُونَ (4) لِيَوْمٍ عَظِيمٍ (5) يَوْمَ يَقُومُ النَّاسُ لِرَبِّ الْعَالَمِينَ





 Réponse N°4 11389

Le pouvoir...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 18-05-11 à 21:44



Cher ami, le pouvoir est aveugle!





 Réponse N°5 11393

re
  Par   marocagreg  (Adminle 18-05-11 à 21:53



Je crois que c'est la justice qui doit être aveugle pour ne pas faire de distinction entre le pauvre et le riche, entre le puissant et le faible, et c'est pour cela qu'elle est généralement représentée dans l'iconique occidentale comme une dame qui a un bandeau sur les yeux, une balance dans la main et un glaive dans l'autre. Par contre le pouvoir n'est pas aveugle, mais il aveugle...





 Réponse N°6 11395

La balance et le glaive...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 18-05-11 à 22:08



Pourquoi la balance dans une main et le glaive dans l'autre?





 Réponse N°7 11398

re
  Par   marocagreg  (Adminle 18-05-11 à 22:46



En fait, je rectifie, la justice n'est pas aveugle au sens de "elle ne voit pas", la preuve on ne met pas un bandeau sur des yeux aveugles, mais parce que la justice ne doit pas être trompée par les apparences, elle doit juger selon des critères objectifs et neutres. la balance dans la main et le glaive dans l'autre :

1- la double fonction de la justice : juger puis punir ceux qui méritent la punition.

2- Les deux facettes de la justice : l'équité mais aussi la sévérité dans l'application de la peine. si une justice comme celle représentée par la cour des comptes se limite à diagnostiquer et n'a pas l'autre attribut (appliquer la justice, réparer les torts), alors cette justice est boiteuse, car il ne peut fonctionner sans ses deux béquilles. Une justice qui diagnostique sans réparer, est comme le médecin qui diagnostique la maladie et reste incapable de définir le remède, inefficace.

une justice sans ces deux attributs n'en est pas une !







 Réponse N°8 11409

Chapeau.
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 19-05-11 à 14:29



Voilà! Vous avez répondu à ma question et vous avez compris son vrai sens. Chapeau cher ami.

Une justice sans pouvoir est comme un pouvoir sans justice!





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +