La cour des comptes, de la transparence à la bonne gouvernance.

 Par Idoubiya Rachid  (Prof)  [msg envoyés : 1316le 09-05-11 à 22:56  Lu :4797 fois
     
  
 accueil


La cour des comptes, de la transparence à la bonne gouvernance.
La Cour des comptes est une institution constitutionnelle. Sa mission est le contrôle d'exécution des lois de finances. C'est-à-dire d'enquêter sur la manière avec laquelle est dépensé l'argent du contribuable. La transparence absolue et l'amélioration de l'action des services publics sont donc les premiers objectifs visés.
Ce que dit la Constitution:
Article 96 : « La Cour des comptes est chargée d'assurer le contrôle supérieur de l'exécution des lois de finances… ».
Article 97 : « La Cour des comptes assiste le Parlement et le Gouvernement dans les domaines relevant de sa compétence en vertu de la loi. Elle rend compte au ROI de l'ensemble de ses activités ».
Article 98 : « Les Cours régionales des comptes sont chargées d'assurer le contrôle des comptes et de la gestion des Collectivités Locales et de leurs groupements ».
La cour des comptes contrôle donc entre autre la gestion des collectivités locales et de leurs groupements. Cela depuis l'ordonnateur, le contrôleur, jusqu'à le comptable public. C'est le fameux contrôle-suivi-reddition des comptes!
Il s'agit de vérifier si les résultats atteints par les entités publiques/ les responsables élus et les hauts fonctionnaires de l'Etat ont travaillé de façon efficace, efficiente, économe, éthique et respectueuse de l'environnement ou pas! Il s'agit de voir sur quoi l'argent du contribuable est dépensé! Et comment est-il dépensé!
La cour des comptes vise la moralisation de la vie dans la cité, en veillant à contrôler : partis politiques, gouvernement, compagnes électorales, impôts sur la fortune et sur le patrimoine, pour dégager et révéler les dysfonctionnements.Si la cour des comptes est une institution de contrôle, via des missions de contrôle de gestion, elle est aussi une force de propositions d'amélioration de la gestion des finances publiques ainsi que celles des services et organismes ayant fait l'objet de contrôle.
Ceci dit, où réside le problème?
Le rapport évoque à chaque fois et "essentiellement une quasi-absence des cultures de la performance, des ressources humaines, du contrôle des coûts et des risques, et surtout des salaires que d’anciens directeurs d’entreprises publiques continuent à percevoir sans justification."
Gestion frivole/ performance en carence!
"“ Le Crédit Immobilier et Hôtelier” (CIH) est un cas révélateur de la gestion des entreprises publiques au Maroc, qui reste toujours dépendante du seul marché de l’immobilier."
" Le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts", Il existe une forte insuffisance en ressources humaines.
" La Société d’Exploitation des Ports". Délai de séjour trop long des conteneurs au port, insuffisances en termes de contrôle de stockage, de coût, de suivi, de livraison de visas...
" L’Agence Nationale de la Réglementation des Télécommunications (ANRT). Dispose actuellement de plusieurs comptes bancaires privés et publics sans autorisation du ministère des Finances.”les prix des télécommunications sont de 60% PLUS CHER QU'EN TUNISIE."
" La société Amendis", en charge des services d’assainissement liquide et de distribution d’eau potable et d’électricité à Tanger et Tétouan. ne respecte pas les clauses contractuelles concernant le paiement des frais de branchement et emploie des facturations et des encaissements de frais fictifs."
" L’Institut Pasteur du Maroc: Nombreuses défaillances techniques et de gestion. Des négligences de sécurité inquiétantes compte tenu de la nature de l’activité..."
Attardons-nous aussi sur un petit grand point! Celui "des salaires que d’anciens directeurs d’entreprises publiques continuent à percevoir sans justification."
Voilà déjà une idée sur les grands salaires au Maroc:
1- HOLDINGS
Mustapha Bakkoury Caisse de Dépôts et de Gestion 130 000 DH nets /mois
.
Driss Benhima Royal Air Maroc 130 000 DH nets /mois.
Anas Alami Barid Al-Maghrib 80 000 DH nets /mois.
Najib Laâraïchi Holding d’Aménagement Al Omrane 60 000 DH nets /mois
.
Othmane Fassi Fihri Autoroutes du Maroc 60 000 DH nets /mois.
Mohamed Abdeljalil MARSA Maroc 50 000 DH nets /mois.
Mostafa Terrab Office Chérifien des Phosphates 300 000 DH nets /mois.
Ali Fassi Fihri Office National de l’Electricité ET ONEP 100 000 DH nets /mois.
Mohamed Rabie Khlie Office National des Chemins de Fer 75 000 DH nets /mois.
Abdelhanine Benallou Office national des Aéroports 60 000 DH nets /mois.
2- FINANCES
Abdellatif Jouahri Bank Al-Maghrib 250 000 DH nets /mois.
Mohamed Benchaâboun Banque Centrale Populaire 120 000 DH nets /mois.
Ali Harraj Crédit Immobilier et Hôtelier 120 000 DH nets /mois.
Hassan Boulaknadel Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières 75 000 DH nets /mois.
Noureddine Bensouda Direction générale des impôts 70 000 DH nets /mois.
Tarik Sijilmassi Crédit Agricole du Maroc 65 000 DH nets /mois.
Saïd Ibrahimi Trésorerie Générale du royaume 50 000 DH nets /mois.
3- MEDIAS
Fayçal Lâraïchi Société Nationale de Radio et Télévision 95 000 DH nets /mois.
Salim Cheikh Soread - 2M 70 000 DH nets /mois.
Ahmed Ghazali Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle 60 000 DH nets /mois.
Ali Bouzerda Maghreb Arabe Presse 50 000 DH nets /mois.
4- AGENCES
Saïd El Hadi Agence Spéciale Tanger Méditerranée 80 000 DH nets /mois.
Azzedine El MountassirBillah Agence Nationale de Réglementation des Télécoms 50 000 DH nets /mois
.Mohamed Lambarki Agence de l’Oriental 50 000 DH nets /mois.
Mohamed Jamal Benjelloun Agence Nationale des Ports 50 000 DH nets /mois.
5- MINISTRES
Abbas El Fassi est aujourd’hui payé 70 000 dirhams nets par mois, 100 000 si l’on compte ses primes.
Les ministres, eux, sont à 60 000 dirhams,
les secrétaires d’Etat à 50 000.
Mais l’Etat prend en charge le loyer, paie les factures d’eau et d’électricité, et met à leur disposition deux voitures (et paie l’essence), en plus de trois employés de maison.
+ prime d’investiture 10 000 dirhams par ministre.
+ prime d’investiture 20 000 dirhams pour le chef du gouvernement.
Tous ces salaires, ce sont les contribuables qui les payent. C'est bien! Le rôle des hauts dignitaires de l'Etat est de travailler bien pour le bien de tous les citoyens marocains! Mais le rapport de la cour des comptes: l'institut supérieur de contrôles des finances publiques au Maroc, note plusieurs "dysfonctionnements" au niveau de la gestion de la chose publique. Il donne même des recommandations très détaillées dans ce sens!
Mon rêve d'enfant et d'adulte:
J'aimerai que mon pays soit aussi performant, au niveau de la gestion politique, économique, sociale, que les pays développés! Est-ce c'est possible? J'ai confiance en la future nouvelle constitution! J'ai aussi confiance en les hommes de bonne foi!

  




 Réponse N°1 10878

re
  Par   marocagreg  (Adminle 10-05-11 à 08:52



Tu peux toujours rêver cher Rachid !





 Réponse N°2 10886

Re
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 10-05-11 à 12:30



Rêvons ensemble cher marocagreg! Au moins nous serons deux à rêver!

De plus, comme je l'ai déjà dis à maintes reprises: la démocratie ne se décrète pas! La démocratie, ça se pratique via des citoyens responsables! via des citoyens qui participent à la vie dans la société, en ne trichant pas, en aidant les autres, chacun en fonction de ses responsabilité, chacun en fonction de ses possibilités! La révolution culturelle est une autre façon d'agir!

C'est pourquoi, l'éducation à la citoyenneté est l'affaire de monsieur tout le monde!

Je trouve que c'est un devoir que d'être optimiste et de voir devant soi! Changeons à aider les autres! Changeons à être altruiste et à donner!

Je suis convaincu que les enseignants ont un devoir sacré au niveau du changement! Je suis aussi convaincu que le changement n'est ni une question de constitution ni une simple question de volonté politique!

Le changement vient avec l'instruction et la conscience de la volonté citoyenne qui rêve du changement!

Comprendre déjà est un point de départ vers le changement!

Cela s'appelle prêcher dans le désert! Mais il faut toujours rêver!





 Réponse N°3 10887

re
  Par   marocagreg  (Adminle 10-05-11 à 12:49



la cour des comptes a révélé l'énorme désastre causé par Al fara3 dans la cnss (115 milliards évaporés) : le tribunal à condamné al fara3 à une amende de 5000 dh. la cour des comptes à souligné la corruption qui régnait au CIH du temps de Alioua , la corruption dans les comptes de 2M, de la RAM, et plein d'autres sociétés ... personne n'inquiète ces Messieurs et dames.

Le Maroc restera au fond du trou tant qu'il reste attaché à ce gros boulet, à cette ancre qui pèse des milliards de tonnes nommé la justice, une justice inique qui jette en prison ceux qui dénoncent les corrompus et qui devient aveugle, sourde et muette quand il est question des deniers publiques qu'on dilapide.





 Réponse N°4 10888

e que j'écris n'est pas de la philosophie!
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 10-05-11 à 13:07



A votre avis, pourquoi écrire, rappeler, dénoncer cette réalité? L'écriture, l'information et la sensibilisation sont une façon de lutter contre cette réalité sordide!

Déjà lorsqu'on écrit autour de certains sujets, on attend de rendre le lecteur conscient de quelque chose qui est là, mais dont on ne ressent que les conséquences!

Les choses changeront par NOUS!

L'écriture engagée est une façon de faire réfléchir! Peut-être agir!?

Il faut laisser le temps au temps, mais il ne faut plus faire éterniser le temps!

NB- Ce que j'écris n'est pas de la philosophie!





 Réponse N°5 10889

re
  Par   marocagreg  (Adminle 10-05-11 à 13:26



au contraire, c'est bien la philosophie qui peut nous aider à comprendre l'absurdité où l'on se trouve empêtrés aujourd'hui : on connaît le voleur mais le voleur vole de ses ailes librement comme une mouette !

voilà une question existentielle : à quoi bon ces rapports de la cour des comptes, si la cour pénale n'en tient pas compte ?





 Réponse N°6 10898

Mais!
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 10-05-11 à 18:16



Mais! C'est exactement!

Si nous avons une vraie volonté pour que ça change, alors ça changera! Mais si on n'a pas cette volonté, alors on devrait attendre! Tout dépend de chacun de nous!

NB- La raison qui me pousse à écrire autour de ce genre de sujet, c'est pour rendre conscient des problèmes qui se posent avec acuité au citoyen marocain, qui doit lui-même se qualifier citoyen! Personne d'autre ne s'en chargera!

Ce qui est peut-être intéressant, c'est d'approfondir encore la réflexion autour des différents handicaps qui paralysent notre démocratie embryonnaire!

Vous avez déjà, il y'a un mois, poser la question suivante: "pourquoi on a peur de discuter politique," en plein jour et traiter de façon lucide des sujets, qui nous interpellent tous...

Ce qui est à même d'engendrer des citoyens conscients de leurs devoirs et de leurs droits!

Chaque jour donc je me suis promis de réfléchir sur une problématique qui me pousse à comprendre de plus prêt les différents obstacles qui empêchent la marche de notre démocratie naissante! Mais au lieu de rester à un stade primaire de réflexion , j'essaie d'approfondir les questions que je me pose et de faire "profiter" mes semblables de mes découvertes "redécouvertes"!

Parmi les problématiques que j'approfondis aujourd'hui sont:

- Quel rapport y'a-t-il entre la cour des comptes et le haut conseil de la juridiction?

- Quelle est le rôle des commissions parlementaires et pourquoi les parlementaires doivent-ils avoir un niveau d'étude supérieur pour pouvoir légiférer, représenter et enquêter!

- Quel rôle aura l'internet comme moyen d’accès à l'information et comment le youtube va-t-il contrer tout monopole empêchant l'accès à l'information? ( étude du phénomène sniper de Tirguist comme modèle...)

Une dernière chose: beaucoup de citoyens crient fort et haut: il faut boycotter Mawazine! Moi je dis: puisque l'organisation de ce festival n'est pas du sort du ministère de la culture, qu'il est du sort d'une association: Maroc des cultures, cette association à but lucratif doit payer ses impôts comme toute société qui veut gagner de l'argent! Elle ne doit bénéficier d'aucun centime de la part du contribuable!

Mais avant de continuer, je dois faire un tour dans le net pour m'assurer de ce que je dis!





 Réponse N°7 10907

re
  Par   marocagreg  (Adminle 10-05-11 à 18:59



je suis d'accord avec toi qu'on doit soulever ces questions. mais la conscience devient douloureuse quand elle n'entraîne pas la solution, mais fait durer le statu quo.

Il y a une chose importante, très très très importante qu'on omet de dire quand on parle de Mawazine !

devinez laquelle ! Cette chose m'a fait comprendre qu'il est vain de combattre ce festival et que la seule attitude à observer reste le boycott individuel, chacun selon ses convictions.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +