La contrainte, quelle nécessité !

 Par marocagreg  (Admin)  [msg envoyés : 2213le 12-11-11 à 09:56  Lu :913 fois
     
  
 accueil


L'âme humaine aime la facilité, se la couler douce. Qu'il s'agisse de faire un petit effort, de remplir une tâche, d'accomplir un travail, et voilà le côté sombre (le désir) qui se met en oeuvre, qui se révolte, qui cherche des chemins de travers et des portes de sortie pour éviter l'effort. S'il n'y a pas une ferme résolution, une volonté de fer et des contraintes à respecter, on aimerait bien ajourner l'effort aux calendes grecques, glander, lézarder, flemmarder, le farniente... mais après on n'a rien de rien, qui plante, cueille dit un proverbe de chez nous. malheureusement, on n'est pas programmé au travail comme la fourmi et l'abeille, mais faut-il pour autant faire le grillon... la contrainte... le vrai courage consiste à plier l'âme humaine à la contrainte, une contrainte productive, ne pas céder à nos passions et à nos caprices.

  




 Réponse N°1 15046

Re
  Par   Nadia Mimouni  (CSle 12-11-11 à 12:04



Vous voulez dire, tout simplement, que nous sommes de bons paresseux...





 Réponse N°2 15047

Re
  Par   Samira Yassine  (CSle 12-11-11 à 12:13



Non Nadia , M marocagreg , tout comme moi et la plupart de nos collègues, voit arriver déjà le lundi 14 novembre où on sera tous contraints de reprendre nos tâches. Certes nous aimons bien notre travail, nous accomplissons bien notre mission, mais "on aimerait bien ajourner l'effort aux calendes grecques, glander, lézarder, flemmarder, le farniente... " parce que nous sommes des êtres humains, mais aussi parce que nous ne travaillons pas dans les meilleures circonstances. Il suffit de penser à cette poussière de la craie qui nous guète déjà, surtout pour les professeurs comme moi qui ne demandent pas à leurs élèves d'effacer le tableau:-)

A travers son sujet M marocagreg a la gentillesse de nous préparer à nous mettre au travail pour être prets dans 48 heures à rejoindre notre lieu de travail, pour ceux qui travaillent loin de chez eux , comme toi Nadi, il faudra se préparer dès aujourd'hui à quitter sa famille pour retrouver sa deuxième famille, ses élèves.

Merci m marocagreg de nous l'avoir rappelé.





 Réponse N°3 15048

re
  Par   marocagreg  (Adminle 12-11-11 à 12:33

Vous avez un peu tiré mon sujet avec les cheveux mais c'est pas grave... voilà ... certains revendiquent le droit à la paresse, moi je revendique le droit à la contrainte, car sans contrainte on ne fait que ce que notre système végétatif, animal veut bien faire, par contre ce que la logique, la raison, la morale revendiquent, il faut bien du courage, du coeur à l'ouvrage. par exemple :

qu'il s'agisse de manger, ou de jouer sur pc à l'un de ces jeux de dernière génération, on peux passer 3 jours à jouer sans même s'en rendre compte. le temps n'existe plus, on ne fait plus attention à notre corps qui crie de fatigue, aux torticolis, aux lombalgies, à toutes les tensions musculaires.

Mais quand il s'agit d'écrire quelques lignes de réflexion, d'un cours, d'un rapport, de faire quelques exercices, etc. Ha Ha. Là on sent subitement le poids de l'Evrest sur les épaules, on rechigne. On retarde, on tergiverse, la seconde devient une minute, la minute devient une heure et une heure devient une journée. on capitule après quelques minutes, si bien sûr il n'y a pas de contraintes réelles qui nous colle à la chaise.

Personne n'entrera au paradis sans contrainte et la contrainte cela veut dire le travail, et le travail signifie l'effort, la torture... et c'est pour cela que ces mystiques qui substituent l'ivresse et l'hypnose au travail font bougrement fausse route. wa qol i3malou...




 Réponse N°4 15054

tout à fait d'accord
  Par   Semlali Karim  (Profle 12-11-11 à 18:03



Je suis totalement d'accord avec vous M. MAROCAGREG ;-). La contrainte c'est ce qui nous oblige à faire ce qu'on doit faire avec bon gré. sauf que, pour analyser un peu cette notion de contraine, celle-ci peut prendre divers facettes. nous trouvons alors la contrainte de temps, la contrainte matérielle, l'argent, en l'occurence, la contrainte du milieu...etc. Maintenant, il faut dire que les conditions d'application de toute sortes de contraintes diffères d'une situation à une autre. Par exemple, elle peut être imposée par un supérieur dans le cadre du travail ( directeur, professeur...etc.); en tout cas la contrainte pour un adulte doit rimer avec responsabilité et provenir de nous-même. Quant aux enfants elle doit être imposée par quelqu'un qui veut s'assurer que son enfant ou quelqu'un un de la famille prend la bonne voie (études) ;-). on dit que les parents, les grands frères savent mieux où réside ce qui est bien pour nous tant qu'on est enfants, adolescents ou quand nous n'avons pas de discernement. C'est pour cela que je me permet de dire que c'est notre devoir d'imposer des contraintes à ceux qui nous entourent et plus précisément à ceux qu'on aime avec toutefois une bonne intention. En tout cas, ce que je sais moi, c'est que c'est par la contrainte qu'on peut avancer, notamment dans les études et c'est dans le même sens que va l'adage qui dit: Ne fais pas ce que tu aimes mais aime ce que tu fais...





 Réponse N°5 15060

Le travail:émancipaton et prospérité
  Par   bensaidi brahim  (CSle 12-11-11 à 23:39



Le travail, dans son acception la plus large, est la source du progrès dans une société donnée.Si le travail des animaux est purement instinctif,celui de l'Homme se fait consciemment,moyennant des projets que celui-ci tente de réaliser afin de non seulement combler ses besoins immédiats mais également exercer un changement physique ou intellectuel sur le monde.

Le travail est aussi à l'origine de la liberté des travailleurs(autrefois des esclaves à qui le travail a donné l'opportunité d'affirmer leur rôle incontournable dans la production et par là leur libération).Les ouvriers manuels ou aux cols blancs s'affranchissent et affirment leurs personnalités, en fin de compte, par le travail.

Mais, ce qui pourrait les mécontenter voire les révolter c'est quand ils voient leurs employeurs user des fruits de leurs labeurs sans aucune contrepartie équitable parce que ceux-ci en jouissent passivement.Le travail donc est le chemin de l'autonomie.(Hegel).

L'être humain a un penchant impérieux vers la paresse car l'effort qu'exige le travail entraîne la souffrance, la peine dont il a toujours horreur.Il se complaît dans l'oisiveté.L'action par contre demande une volonté de fer.Aussi doit-il transcender la contrainte qu'engendre sa volonté de réaliser par l'effort des satisfactions élémentaires et considérer la persévérance dans le travail comme l'essence de son émancipation et de la prospérité sociétal.Travailler s'acquiert par la nécessité,par l'éducation et par l'habitude.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +