L'oralité et l'écriture

 Par benhmad abdelouahed  (?)  [msg envoyés : 11le 28-06-11 à 14:51  Lu :2179 fois
     
  
 accueil


L’écriture et l’oralité
Si l’écriture s’inscrit dans la durée, l’oralité est éphémère.
La spontanéité de l’oralité révèle sa sincérité. J’imagine la poésie orale du berbère ou de l’arabe avant l’intervention de l’écriture. Les créations orales se perdent dans le vide, meurent avec leur créateur. On dirait une bougie consumée par sa lumière. La particularité de « l’orature » est dans sa fugacité.
On peut ainsi assigner à l’oralité, grâce à sa spontanéité, un caractère sincère. Le poète, conscient de l’hégémonie de l’oubli au détriment de la mémoire, vit son acte créateur comme un moment singulier. Je l’imagine tel un dessinateur sur le sable ou ces artistes-peintres détruisant leurs tableaux une fois achevés pour souligner que la création (processus) importe et non l’objet crée.
De même, la création qui veut répondre aux exigences de l’instant est marquée par des lacunes, des balbutiements et l’inachèvement. Toutefois ses imperfections lui confèrent un aspect humain.
L’oralité est, aussi, d’autant plus révélatrice de la profondeur humaine que l’écriture en est la dissimulatrice. Avoir le temps pour choisir les mots, prévoir les attentes des lecteurs, prévenir les débordements éthiques font de l’écriture une fabrication forcée du sens, un mensonge consenti par les lecteurs.
La dictature de l’écriture, sa pérennité lui ôtent le charme de l’instant. L’oralité est un retour aux sources, à la création (poétique) à l’état pur, une création irréductible à l’artificiel. C’est pourquoi la parole poétique spontanée ne cesse de nous émouvoir et de nous charmer.
Abdelouahed oumaki/

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +