L’histoire de lhaj saleh.

 Par ouhti soumeya  (Prof)  [msg envoyés : 44le 29-09-10 à 13:51  Lu :1233 fois
     
  
 accueil

Je vais vous raconter l’histoire du père d’une de mes amies, il a rendu la vie insupportable aux membres de sa famille, presque une vie semblable à un enfer. On disait que chaque fille est toujours fière de son père, mais ce n’était pas le cas de mon amie Chama. Car elle détestait son père à cause de son cœur dur, elle me racontait qu’il ne lui donnait aucunement rien,.. Il ne fait jamais la moindre dépense. Et s'il est obligé à des dépenses (un petit quelque chose) peu volontiers se serait en petite quantité. Le père Grandet en est le meilleur exemple selon elle. Il avait toujours depuis son enfance un désir excessif d'accumuler. Sa conduite est dirigée par cette passion, il n'accorde pas, et ne prodigue pas. Il n’était pas pauvre, il avait de l'argent et pourtant il ne le dépense pas, même quand c'est nécessaire, parce qu’il a une envie immodérée de richesses. Ou plutôt un amour excessif pour l'argent, un désir excessif de l'entasser. Chama avait toujours l’impression que les yeux de son père brillent d'un jaune or, à force de compter son argent jour et nuit. Parfois Chama souriait sans le vouloir en me disant que Molière a consacré toute une pièce à son père, mais il a dû changer le nom du héros Harpagon par celui de Saleh. Et ce n’était pas tout. En plus, il est très attaché à ses idées; insensible aux arguments. Il suit ses idées sans en démordre, de façon excessive, obstiné à ne pas changer d'avis. Il exprime une farouche détermination. Et il ne se laisse pas arrêter par les obstacles. Par conséquent, il refuse d'obéir. On le compare à une mule, on le traite même de tête de mule. Il dit toujours non. Il force toute la famille à suivre son point de vue même s’il a tort, car il veut toujours avoir raison, et avoir le dernier mot. Le seul trait que Chama admire chez son père, c’est qu’il envisage et recherche une réussite marquante dans le domaine des affaires, un domaine plein d’aventures. Son père lui rappelle Julien Sorel, ce Julien de Stendhal en était le modèle. Recherche d’honneurs, de gloire, d’élévation sociale, de distinction; voilà ses motivations pour améliorer sa situation initiale. Il n'a d'yeux que pour le désir de gloire, de réussite sociale. Il veut évoluer dans sa vie, déployer des efforts au quotidien pour se surpasser. Mal perçue par l'entourage et la société, elle voyait parfois en son père l’image d’un arriviste, intéressé, égoïste. Il est incapable de se satisfaire de ce qu'il a. Il doit sans cesse gravir les degrés pour atteindre un sommet qui peut être parfois inaccessible, met tous les moyens en œuvre pour atteindre ses désirs de gloire. C'est l’histoire de lhaj Saleh.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Le sommaire du collège
  La réception critique des mille et une nuits chez kilito 1er chapitre
  Tous les messages de ouhti soumeya

InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +