L'enfant qui se trompait de mots!( un régal)

 Par Jeafari Ahmed  (?)  [msg envoyés : 326le 08-06-12 à 00:53  Lu :1471 fois
     
  
 accueil


Fabrice était un charmant garçon qui se trompait de mots en parlant. Au lieu de dire à la boulangère : « Je voudrais un pain de 4 livres », il disait « Je voudrais un sapin de 4 romans » (Forcément ! Il confondait ‘’pain ‘’et ‘’pin,’’ et il disait ‘’sapin’’ ; et il confondait ‘’livre ‘’et ‘’roman’’ !)
À l’épicerie, il demandait : « Donnez-moi deux paquets de pieds et trois souliers de poireaux. » (Forcément ! Il confondait ‘’pâte’’ et ‘’patte’’, et il disait ‘’pieds’’ ; et il confondait ‘’botte’’ et ‘’soulier’’ !)
L’épicier se trompait : « Pour les souliers », disait-il, « Il faudra que tu voies le cordonnier ! » « Mais non ! » protestait Fabrice. Et Il montrait ce qu’il voulait, ce qui simplifiait les choses. L’épicier riait. Fabrice s’en retournait chez lui, et donnait le tout à sa mère : « Tiens, maman ! » disait-il. « Les ivrognes sont dans le porte-monnaie ! »
« Quels ivrognes ? » demandait la maman, avec étonnement. (Forcément ! L’enfant voulait dire les ’’sous’’ ! Il confondait avec les ‘’saouls’’ !)
À la fin pourtant, la maman décida de faire examiner Fabrice par un médecin. Celui-ci lui fit tirer la langue. « Bon » dit-il, « Cet enfant a les amygdales en bon état ; ce n’est pas à cause de celles-ci que les mots se trompaient de chemin ! Mais voyons ! raconte une petite histoire, que je vois quelles erreurs tu fais ? »
« D’accord », dit Fabrice. « Voulez-vous que je vous raconte Le Duc de Cendrillon, ou le Duc de la belle flûte dormant ? »
Le médecin fut si surpris qu’il en lâcha son stéthoscope.
« Vous voyez, docteur ! » dit la mère.
« Mais qu’a-t-il voulu dire ? »demanda le docteur en ramassant son stéthoscope.
(Forcément ! Fabrice confondait ‘’conte’’ et ‘comte’’, et il disait ‘’Duc’’ ; Il pensait ‘’Hautbois ‘’ au lieu de ’’au bois’’, et il disait ‘’flûte’’ ! ) La mère traduisit (car elle commençait à connaitre son fils) : « Il a dit voulez-vous que je vous raconte le conte de cendrillon, ou le conte de la belle au bois dormant ! »
« Saperlipopette ! » s’écria le médecin en faisant la grimace. « Quand il veut parler », expliqua la mère, « il se trompe sur un homonyme, et il le remplace par un synonyme. »
« Saperlipopette ! » répéta le médecin. Alors il prit la tension de Fabrice, la température de Fabrice ; et lui fit répéter « trente-trois, trente-trois ». Il l’ausculta avec son stéthoscope. Fabrice riait parce que l’instrument le chatouillait : « Hi-hi-hi ! Vous me ‘’chientouillez’’! » disait-il. Le médecin rédigea une ordonnance ; il prescrivit à l’enfant du sirop vitaminé, des pastilles vitaminées, des suppositoires vitaminées : « ce garçon a besoin de vitamines ! Et vous me devez 120 francs. »
« Mais ? » dit la mère de Fabrice « qu’est-ce qu’il a donc mon petit poussin ? » (Elle l’appelait « mon poussin » parce qu’elle était « mère-poule »)
« Il a », expliqua le médecin, « qu’il manque de vitamines. Les vitamines donnent bonne mine. Cet enfant ressemble à une gare de tirage qui ne fonctionne pas, vous comprenez ? Quand les aiguillages sont bloqués, les trains partent n’importe où. Ils se trompent de voies ; votre fils, lui, se trompe de voix avec un x . Vous me devez 120 francs. »
La mère paya. Elle pensait à son fils. « S’il se trompe de voix », se disait-elle, « Je ferais peut-être bien de consulter quelqu’un des chemins de fer ! » Justement, elle avait un frère chef de gare. Elle se rendit à son bureau : « écoute, André », lui dit-elle (car il s’appela Pierre), « Mon fils a des problèmes d’aiguillage. Il se trompe de voix V-O-I-X. » « Bigre ! » dit le chef de gare. « Qu’est-ce qu’il dit ? » La mère se tourna vers Fabrice : « dis quelque chose à Toton André, mon poussin ? »
« Cageot que tu veux que je lui dise ? » demanda Fabrice.
« Quoi ? » fit l’oncle
(Forcément ! Fabrice confondait ’’qu’est-ce’’ et ‘’caisse’’, et il disait ‘’cageot’’ !)
La mère traduisit : « Il a dit : qu’est- ce que tu veux que je lui dise ? »
« Bigre ! »dit l’oncle. »Ce gamin a l’art de rendre incompréhensibles les propositions les plus claires ! Il faudra en faire un politicien ! Moi, je ne peux rien pour lui ! »
« Mais », dit la mère déçue, « je croyais que dans les chemins de fer… »
« dans les chemins de fer », corrigea fièrement le chef de gare , « les trains ne se trompent JAMAIS de voies ! JAMAIS ! » Là-dessus, il se remit au travail. La mère était ennuyée. Elle pensait au conseil de l’oncle, qu’il faudrait faire de son petit « poussin » un politicien.
Peut-être que le député pourrait l’aider ? Elle lui demanda un rendez-vous. Mais il n’était pas là quand elle y vint, car il était allé régler une affaire de la plus haute importance en prenant le thé chez une vieille comtesse ; ce fut son secrétaire qui reçut la mère et l’enfant. La mère exposa son problème. Le secrétaire prenait des notes en baillant d’ennui : « Ah, bien », disait-il. « Hâââhh ! il se trompe de mots. Bien. Hâââhh ! Il en prononce d’autres, Hâââhh ! Des synonymes, d’homonymes. Hâââhh !! Pourriez-vous me donner un exemple ? »
« Donne un exemple un exemple au monsieur, mon poussin ? » dit la mère.
« Oui », « demanda le secrétaire. « Dis-moi le temps qu’il fait, par exemple. Hâââhh ! »
Il bailla, aspira une mouche et la recracha. Fabrice réfléchissait pendant ce temps-la, pour se rappeler le temps qu’il faisait. Il déclara : « Il sorcière beau, mais les nuages sont chaussettes. » Du coup le secrétaire s’arrêta de bailler. « dans quelle langue parle donc, cet enfant ? » demanda-t-il.
(Forcément ! Fabrice confondait ‘’fait’’ et ‘’fée’’, et il disait ‘’sorcière’’ ; et il remplaçait ‘’bas’’ par ‘’chaussettes’’. )
La mère traduisit : « Il fait beau, mais les nuages sont bas. »
Le secrétaire ne dit pas un mot. Il regardait l’enfant, puis la mère, puis l’enfant. On voyait qu’il n’avait rien compris. Il bailla soudain affreusement : « Hâââhh ! Et qu’est-ce que je peux faire pour vous ? »
« J’espérais », dit la mère, « Que vous réussiriez à faire parler mon fils comme un politicien, à défaut de le faire parler comme tout le monde. »
Le secrétaire était embarrassé. IL n’avait rien compris, mais il ne voulait pas que ça se voie. Il s’éclaircit la voix, et dit, comme font les politiciens qui n’ont pas compris de quoi l’on parle, mais qui veulent tout de même donner leur avis : « et bien, heu…, donc, étant donné que, heu…, voilà. » Il se leva et reconduisit la mère à la porte du bureau. Il parlait toujours en la reconduisant : « car, voyez-vous, et bien, heu…, voilà, heu…, n’est-ce pas… »
« Que voulez-vous dire ? » demanda la maman de Fabrice.
« Je veux dire que ça s’arrangera, si ça ne s’aggrave pas. J’en suis sûr car j’en suis certain, j’en suis même convaincu. Je peux vous assurer, madame, que si l’enfant réussit un jour à parler sans se tromper, il ne commettra plus d’erreurs. Hâââhh ! »
« Merci beaucoup », dit la mère de Fabrice.
Elle prit congé du secrétaire bailleur, et se jura de ne jamais plus rien demander à un politicien. « Ces gens-la se moquent du monde ! » dit-elle. Elle décida de ne plus montrer son fils à personne. « Il parlera comme il parlera, et tant pis pour ceux qui ne comprendront pas ! »
Et Fabrice continua de se tromper de mots. À l’école, il récitait sa leçon comme ceci : « Jeanne d’Arc alla voir le « Marsouin » à Bourges. »
Et toute la classe éclatait de rire à l’entendre confondre Marsouin et Dauphin ! Mais personne ne riait méchamment car c’était de l’histoire ancienne ! 
extrait de " Impossible" de Yak rivais


  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Recueil de lettres!
  Beaucoup de personnes sont absentes
  Tous les messages de Jeafari Ahmed


 Réponse N°1 23248

ça c'est de l'humour !
  Par   Samira Yassine  (CSle 08-06-12 à 01:57



Je vous remercie M Jaafari pour ce texte comique mais intéressant. Heureusement que vous donniez, à chaque fois le mot équivalent sinon, il ne nous serait pas facile de comprendre ce qu'il voulait dire.

Merci





 Réponse N°2 23250

Je suis sontaminé
  Par   Adi Lachgar  (CSle 08-06-12 à 09:50



Miséricorde pour Marseille jolie naine géographie.





 Réponse N°3 23271

Si Adi,
  Par   Jeafari Ahmed  (CSle 08-06-12 à 15:56



je commence par le titre: "sontaminé", l'homonyme est "con" d'accord", mais il fallait chercher un synonyme de "con", si nous prenons le sens "idiot" (laissons l'autre sens): bête/ idiot... cela donnera :" bêtaminé".
Mais en réalité ,il faut chercher le synonyme de "son" donc :" bruitaminé"!

Mais expliquez-moi, please le reste: Marseille.....





 Réponse N°4 23272

Bras-veau
  Par   Dounia Azouz  (Autrele 08-06-12 à 16:43



-C'est un mort-sot qui ratouille tigrement!

-Non!

-Mère si puisse queue je souris!





 Réponse N°5 23273

Encore!
  Par   Jeafari Ahmed  (CSle 08-06-12 à 17:40



Il faut chercher les synonymes des homonymes: exemple : bras =main, donc= mainveau!





 Réponse N°6 23275

le plaisir partagé!
  Par   Jeafari Ahmed  (CSle 08-06-12 à 17:58



Ce texte , je l'avais cela fait 25 ans. Un étudiant me l'avait offert : un recueil de nouvelles. Je le relisais de temps en temps, en souriant ! Hier , je me le suis rappelé et j'ai fouillé dans une cave , et je l'ai sorti. Ma femme l'a lu en riant fort.Alors j'ai pensé à l'éditer. J'ai commencé à taper...et ce n'était pas commode. Alors , j'ai appelé mon fils pour me faire la dictée.Mais , qu'est-ce qu'on a ri, aux larmes! on criait comme des fous, en nous répétant, tous les gags!cela faisait très longtemps que je n'avais pas ri comme ça avec mon fils!

C'est pour dire que quand on est triste, on peut le rester seul, mais pour ce qui est de l'humour et du rire, il faut être au moins deux! (plus on est de fou, et plus on rit)!

PS: je n'ai rien ajouté au texte.(copyright)
Pour le jeu de André/pierre: j'ai cherché sur le net , et j'ai trouvé le nom d'une cathédrale (monument) qui porte de le nom de 3 mamelles : cathédrale  saint pierre, saint Paul et saint André!




 Réponse N°7 23278

re
  Par   Dounia Azouz  (Autrele 08-06-12 à 18:46



A partir des homonymes et des jeux qui peuvent en découler, on peut amener les élèves à réfléchir sur la langue.

Dans son livre Objectif Terre, Robert Boudet donne la parole à un extraterrestre. Celui-ci décrit les Terriens de manière amusante à travers un jeu de mots: le METRE DES COLS qui est chargé de mesurer ce que font les enfants...





 Réponse N°8 23280

Si Ahmed nagh
  Par   Adi Lachgar  (CSle 08-06-12 à 19:42



Wallah j'ai pas fait exprès le "sontaminé"

Miséricorde pour Marseille jolie naine géographie.

code:

miséricorde pour merci

marseille pour (cette)Sète

naine: petite

géographie: histoire





 Réponse N°9 23283

Ah
  Par   LOUMATINE Abderrahim  (Profle 08-06-12 à 20:19



Faut travailler avec les services secrets!!!





 Réponse N°10 23304

qui
  Par   Adi Lachgar  (CSle 08-06-12 à 22:52



vous dit que ce n'est pas déjà le cas?





 Réponse N°11 23309

Service
  Par   LOUMATINE Abderrahim  (Profle 08-06-12 à 23:12



Americano-israelo-sino-russo-nipo...franco nevralgiques. Le complot !ça sent à des kilomètres!





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +