l'argent de zola (analyse de l'incipit) : splendeurs et misères de saccard et du second empire

 Par marocagreg  (Admin)  [msg envoyés : 2213le 11-08-09 à 11:17  Lu :11655 fois
     
  
 accueil

Voici notre texte support extrait du chapitre 1, pp.16-17 (l’incipit)


Je vous dis que tout va mal ! affirma désespérément Moser.

Eh ! fichez-nous la paix, tout va bien ! »

Salmon les regardait l’un après l’autre, en souriant de son air profond. Et Saccard, qui les avait écoutés, ramenait aux difficultés de sa situation personnelle cette crise où l’empire semblait entrer. Lui, une fois encore, était par terre est-ce que cet empire, qui l’avait fait, allait comme lui culbuter, croulant tout d’un coup de la destinée la plus haute à la plus misérable ? Ah ! depuis douze ans, qu’il l’avait aimé et défendu, ce régime où il s’était senti vivre, pousser, se gorger de sève, ainsi que l’arbre dont les racines plongent dans le terreau qui lui convient. Mais, si son frère voulait l’en arracher, si on le retranchait de ceux qui épuisaient le sol gras des jouissances, que tout fût donc emporté, dans la grande débâcle finale des nuits de fête !

Maintenant, il attendait ses asperges, absent de la salle où l’agitation croissait sans cesse, envahi par des souvenirs. Dans une large glace, en face, il venait d’apercevoir son image ; et elle l’avait surpris. L’âge ne mordait pas sur sa petite personne, ses cinquante ans n’en paraissaient guère que trente-huit, il gardait une maigreur, une vivacité de jeune homme. Même, avec les années, son visage noir et creusé de marionnette, au nez pointu, aux minces yeux luisants, s’était comme arrangé, avait pris le charme de cette jeunesse persistante, si souple, si active, les cheveux touffus encore, sans un fil blanc. Et, invinciblement, il se rappelait son arrivée à Paris, au lendemain du coup d’État, le soir d’hiver où il était tombé sur le pavé, les poches vides, affamé, ayant toute une rage d’appétits à satisfaire. Ah ! cette première course à travers les rues, lorsque, avant même de défaire sa malle, il avait eu le besoin de se lancer par la ville, avec ses bottes éculées, son paletot graisseux, pour la conquérir ! Depuis cette soirée, il était souvent monté très haut, un fleuve de millions avait coulé entre ses mains, sans que jamais il eût possédé la fortune en esclave, ainsi qu’une chose à soi, dont on dispose, qu’on tient sous clef, vivante, matérielle. Toujours le mensonge, la fiction avait habité ses caisses, que des trous inconnus semblaient vider de leur or. Puis, voilà qu’il se retrouvait sur le pavé, comme à l’époque lointaine du départ, aussi jeune, aussi affamé, inassouvi toujours, torturé du même besoin de jouissances et de conquêtes. Il avait goûté à tout, et il ne s’était pas rassasié, n’ayant pas eu l’occasion ni le temps, croyait-il, de mordre assez profondément dans les personnes et dans les choses. A cette heure, il se sentait cette misère d’être, sur le pavé, moins qu’un débutant, qu’auraient soutenu l’illusion et l’espoir. Et une fièvre le prenait de tout recommencer pour tout reconquérir, de monter plus haut qu’il n’était jamais monté, de poser enfin le pied sur la cité conquise. Non plus la richesse menteuse de la façade, mais l’édifice solide de la fortune, la vraie royauté de l’or trônant sur des sacs pleins !

Ch1, pp.16-17 éd.GF

Avant de donner ma propre lecture de ce passage je préfère laisser le temps aux taupins et taupines pour donner la leur.


  




 Réponse N°1 1619

Ma lecture ... annalyse rapide et peu profonde
  Par   Prepas Taupine  (CSle 11-08-09 à 20:17

Salam !

Voici mon essai ^^ , j'ai procédé de la meme maniere que nous avons utilisé dans notre classe (en sup : problématique , axes , synthese/conclusion ) :

=> Problématique : Il s'agit de voir comment l'argent constitue-t-il la source du bonheur passé et de la misere acctuelle de Saccard.

=> Axes :

- L'argent source de bonheur :

° Souvenirs du bonheur passé ("un fleuve de million avait coulé entre ses mains")

° L'espoir de tout reconquérir par l'argent (" une fievre le prenait de tout recommencer pour tout reconquérir")

- L'argent source de la misère :

° Sans l'argent point de satisfaction ( "le soir d'hiver où il était tombé sur le pavé les poches vides , affamé , ayant toute une rage d'appétits à satisfaire")

° Le manque d'argent et la misère d'etre .

- Saccard et la crise du second empire ( 1er paragraphe)

=> Conclusion :

Dans ce texte extrait du chaptitre I , Zola expose la misere de Saccard privé de l'argent, grace auquel il a pu autrefois gouter à tout , et son désir de retrouver son bonheur dans la "vrai royauté de l'or trônant sur des sacs pleins".

Merci d'avance pour vos remarques !





 Réponse N°2 1621

feedback
  Par   marocagreg  (Adminle 11-08-09 à 22:09

Salut taupine,

Merci d'être aussi présente et aussi active sur le forum. Permettez-moi de vous faire quelques remarques à propos de votre plan :

* Vous restez à la surface du texte proposé (plan plutôt descriptif et non vraiment argumentatif).

* Vos trois parties ne s'enchaînent pas logiquement. Chaque partie doit être un aboutissement logique et normal de la précédente. La problématique doit être plus travaillée. est-ce l'argent qui constitue réellement d'après le passage la source du bonheur et du malheur d'Aristide Saccard.

*Il est nécessaire de faire plus attention aux détails du texte qui permettent de construire son sens (le lexique utilisé : lexique financier, lexique guerrier, etc / la signification des métaphores et des analogies employées / le type de discours utilisé / la posture du personnage et ses traits de caractère : remémoration, nostalgie, mais aussi ambition effrénée déchiré entre un passé glorieux, un présent décevant et un futur de gloire désiré / contexte historique évoqué : curée - métamorphoses de Paris -luttes politiques, premiers signes de l'essoufflement de l'Empire, etc.)

* Tenir en considération aussi la situation du texte. Se situant à l'ouverture du roman, ce texte incipital a une dimension programmatique : il annonce et prépare l'intrigue...

* Puis, ne pas oublier que ce texte s'inscrit dans un corpus : quelques notions importantes définies par Simmel apparaissent déjà dans ce texte, notamment les notions de la convoitise, de la prodigalité, de la jouissance.) Chaque lecture doit préparer normalement une réflexion plus générale sur les trois oeuvres.




 Réponse N°3 1624

merci
  Par   Prepas Taupine  (CSle 13-08-09 à 16:49

Merci Monsieur pour vos remarques precieuses , j'essayerai de les suivre pour mes prochaines lectures inchaallah !




 Réponse N°4 1865

votre lecture
  Par   Prepas Taupine  (CSle 03-10-09 à 16:38

Bonjour Monsieur Marocagreg

Pouvez vous poster votre lecture s'il vous plait ^^

Merci infiniment




 Réponse N°5 1867

re
  Par   marocagreg  (Adminle 03-10-09 à 18:16

je le ferai bientôt.




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +