L'analyse conversationnelle: ac

 Par Jaafari Ahmed  (Prof)  [msg envoyés : 943le 18-04-13 à 11:52  Lu :2207 fois
     
  
 accueil


Compte rendu d'un article de Erving Goffman
I- - Qu’est-ce que la conversation ?
- C’est une forme fondamentale de communication et d’interaction sociale.
- Elle établit et maintient les liens entre les personnes
- C’est aussi une activité ‘’politique’’ dans laquelle il existe des relations de pouvoir , comme celles fondées sur le genre(homme VS femme) et dont l’AC pourrait rendre compte.

Les caractéristiques de la conversation :

- L’accomplissement : l’ordre et la signification d’une conversation ne sont pas pré-établis mais créés localement, hic et nunc.
- Le caractère interactif : les participants constituent une conversation en collaboration interactive de façon structurée, ordonnée et méthodique ; c’est une coconstruction ; c’est une activité réciproque.
- L’ordre : n’existe pas préalablement à la conversation. La conversation est accomplie de façon ordonnée par les efforts inconscients des participants. C’est une contrainte qui leur facilite la résolution des tâches interactives de l’interaction leur permettant de poursuivre un objectif communicatif.
- La négociation conversationnelle : le moindre détail d’organisation est négocié à travers les activités réciproques des participants.

Qu’est-ce que l’AC ?

- L’objet de l’AC est l’observation de l’individu dans une dynamique d’échange.
- Elle rend compte de la conversation en tant qu’activité structurée et structurante.
- C’est l’analyse des échanges langagiers ou du discours en action.
- C’est la description de l’ensemble des procédés dont on dispose pour agir socialement.
- Elle permet d’établir par quels procédures (procédés, méthodes, ethnométhodes) les membres d’une société, dans une situation donnée, donnent du sens à leurs interactions, interprètent des situations à des fins pratiques.
- L’objectif des conversationnalistes est de modéliser des activités sociales dont les propriétés sont à la fois observables et ordonnées .
- La conversation est une activité mettant en scène des acteurs qui doivent défendre la légitimité de leurs rôles.
- L’AC est d’inspiration ethnométhodologique.
Le terme d'ethnométhodologie désigne une discipline qui étudie la façon dont un groupe résout ses problèmes concrets. Elle s'intéresse de l'intérieur à la manière dont le groupe construit et négocie ses propres notions de l'activité qu'il est en train de mener. Là où les disciplines conventionnelles rangent le monde social dans des cases appropriées, l'ethnométhodologie cherche à décrire les cases qu'un groupe se donne à lui-même pour ranger les activités du monde social.

II- Les composantes de l’AC :


1- L’organisation des tours de parole et leur enchaînement :

C’est ce qu’on appelle aussi l’alternance des tours de paroles. Ils sont régis par des règles implicites plus ou moins respectées par les participants.
Le tour de parole est l’unité fondamentale qui sert à construire une conversation ; ce n’est pas une unité linguistique, c’est une unité interactionnelle.
La règle de dépendance séquentielle assure un principe fondamental, c’est l’organisation des tours.
Cette règle veut que tout acte de langage reçoit en réaction un type d’acte spécifique (ex : question/réponse…)
Les participants construisent des interactions qui respectent cette attente de solidarité sur les plans sémantique, pragmatique, émotionnel, interactionnel et social.
C’est ce qui assure la cohérence.
Donc la solidarité des actes de langage est un élément important pour assurer la cohérence des enchaînements des tours de parole (c’est ce qu’on fait quand on répond à une question ou qu’on signale qu’on a saisi une requête mais on peut ne pas répondre ou refuser d’exécuter le requête) et par conséquent assurer la dépendance séquentielle.
Cette organisation des tours de parole est aussi connue sous le nom de « machinerie » ; c’est-à-dire un ordre basé sur l’alternance des tours.
- La garantie de cette alternance découle de l’activité constante des locuteurs dans l’analyse et l’interprétation du comportement des interlocuteurs lors de la conversation et de la façon dont ils se coordonnent et s’orientent mutuellement.

Il y a deux composantes dans cette machinerie :

a- Les unités de construction des tours qui projettent des places de transition pertinentes : dans la conversation, il existe des énoncés, phrases, unités lexicales etc… qui permettent une projection du type d’unité en cours et de ce qu’il faut à une unité pour qu’elle soit complétée. La première complétude possible constitue une place de transition pertinente
b- Les techniques d’allocation des tours : permettent aux tours de parole de se succéder, donc rendent compte du changement de locuteur. Elles sont en rapport direct avec l’identification des places de transition.
Une fois les places de transition pertinentes identifiées, l’alternance peut se faire par un des trois procédés suivants :
- hétéro-sélection (X donne la parole à Y)
- auto-sélection (Y prend la parole)
- auto-sélection du même locuteur (X continue, souvent après un silence si les deux premiers procédés n’ont pas eu lieu)

2- La protection des faces :

La conversation est considérée comme une activité qui met en jeu des relations fragiles et tendues entre individus qui ont momentanément des visées convergentes.
Interagir avec autrui constitue un double risque :
- Donner une image négative de soi
- Envoyer à l’autre une image négative de lui-même
Il faut tenir compte de cette double contrainte qui donne lieu, dans le discours, à la mise en place de techniques défensives (pour protéger ses propres projections) et de techniques de protection (pour sauvegarder la définition de la situation projetée par les autres).
Ne pas menacer l’autre ou ne pas l’envahir, ne pas se laisser menacer ou envahir, et ne pas se placer en position de faiblesse, bref rester ‘’poli’’, sont des tâches aussi accaparantes que le décodage ou production d’énoncés syntaxiquement et sémantiquement corrects.
Généralement on perd ou on fait perdre la face sans le vouloir, dans des moments d’inattention. Ce qui nécessite réparation dès prise de conscience.
On peut également menacer sa propre face ou celle de l’autre de façon stratégique.

3- Les préalables, les précautions et les anticipations :

Les marques explicites qui servent à signaler une intention ou à diriger une interprétation jouent à la fois sur les principes de protection des faces et de co-construction des interventions.
L’anticipation d’un jugement négatif et la réparation d’un acte offensant sont l’expression de tensions subies par tout locuteur pour construire à la fois un discours cohérent avec son univers de référence et une relation acceptable avec son interlocuteur.
Ce sont des stratégies de protection de la face ; les ‘’pré-‘’.
Ils relèvent, en plus, des croyances, des valeurs ou des principes que le locuteur reconnaît comme nécessitant une rectification lorsqu’elles sont mises en jeu.
Le recours à ces stratégies permet aussi au locuteur de signaler son insertion dans le monde et sa reconnaissance des valeurs qui sont privilégiées par sa communauté.

L’échange réparateur:

Les réserves de type territorial constituent la revendication principale des individus en interaction. La notion de «territoire du moi » est prise en un sens relativement large. Celle-ci désigne à la fois :
- l’espace personnel (la portion d’espace qui entoure un individu) ;
- la place (espace bien délimité auquel l’individu peut avoir droit temporairement et dont la possession est basée sur le principe du « tout ou rien ») ;
- le territoire de la possession (tout ensemble d’objets identifiables au moi) ;
- les réserves d’information (l’ensemble de faits qui concernent l’individu et dont celui-ci entend contrôler l’accès lorsqu’il se trouve en présence d’autrui) ;
- les domaines réservés de la conversation (le droit qu’a l’individu d’exercer un certain contrôle sur qui peut lui adresser la parole et quand).
Pendant le déroulement d’une interaction, les participants sont amenés à accomplir un certain nombre d’actes, qui (pour la plupart) constituent des menaces d’intrusion (ou offense) territorial.
Telle est la fonction de l’échange réparateur, que d’en neutraliser les effets négatifs survenus dans l’interaction. L’activité réparatrice, revêt trois formes principales : la justification ; l’excuse ; la prière.

III- Interprétations et transcriptions:


Les activités de catégorisation sociale :

les procédés de production des catégories d’appartenance « qui opèrent une scène » sociale aident à étudier les raisonnements pratiques par lesquels les locuteurs structurent leurs activités.
Le langage étant l’une des modalités de l’action, les pratiques langagières interviennent publiquement sur la réalité :
C’est-à-dire qu’on établit des relations intersubjectives et sociales, on produit des versions du monde et on s’oriente vers tel ou tel cours d’action. Et cela collectivement, de façon intelligible et descriptible.
Ce sont des mécanismes de contrôle social dont font partie les dispositifs de catégorisation.
Les catégories d’appartenance (telles que ‘’jeune’’, ‘’noir’’, ‘’médecin’’, ‘’femme’’, ‘’homme’’, ….) sont organisées dans des groupements naturels ; les collections de catégories (âge, sexe, profession…). Ces collections et leurs règles d’utilisation forment des dispositifs catégoriels.

La règle d’économie
rend compte du fait que, pour catégoriser quelqu’un, les participants en choisissent un seul trait, rendant pertinent un élément plutôt qu’un autre ;

la règle de cohérence
rend compte du fait qu’une fois ce trait choisi et une certaine catégorie appliquée, les autres catégorisations s’orientent vers la même collection.

Le sens des mots
dépend, non seulement, de la situation d’énonciation mais aussi de ce qui précède ou suit un tour de parole, de la dimension séquentielle et temporelle des échanges.
C’est pour préserver cette séquentialité (hésitations, chevauchements, pauses, débit, …) qu’on transcrit les enregistrements.

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Djc: chapitre xiii!
  Mettre la production écrite à l'esprit du temps
  Tous les messages de Jaafari Ahmed

InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +