Je m'entraine à la production écrite 2

 Par hammache lhoussaine  (?)  [msg envoyés : 17le 04-03-10 à 17:26  Lu :29740 fois
     
  
 accueil

Dans le fameux conte philosophique CANDIDE de Voltaire , on pourrait lire cet adage: Le travail éloigne de nous trois maux : l’ennui, le besoin et le vice. Qu'en pensez-vous?
INTRODUCTION
Nul ne peut nier que le bon citoyen n’est autre que celui qui se fait utile au sein de la société dans laquelle il vit. Et pour ce faire, nombreux sont les tâches qu’il doit assumer, entre autres le travail qui revêt une importance cruciale d’autant plus que le travail éloigne de nous trois maux à savoir l’ennui, le besoin et le vice.
DEVELOPPEMENT
Commençons par le dernier mal : le vice. L’adage dit que « l’oisiveté est mère des vices ». En effet c’est le manque d’activité, de travail qui est à l’origine de grand nombre de mauvaises habitudes. Une petite investigation dans le milieu des jeunes qui fument et / ou se droguent, par exemple, révèle que ce sont ceux qui n’ont aucun travail ou qui n'exercent aucune activité qui en sont victimes.
En outre, c’est en travaillant que la personne se trouve à l’abri du besoin. Le travail nous permet de gagner notre vie, de subvenir à nos besoins et à ceux de notre famille et de nos proches. De ce fait, un degré, même minime, d’indépendance est ainsi assuré.
Finalement, le travail éloigne de nous l’ennui qui est la conséquence logique du manque d’activité. L’ennui qui est une torture psychique s’éclipse devant l’activité physique ou intellectuelle permettant ainsi à l’esprit de s’épanouir et de se développer sainement.
CONCLUSION
Tout compte fait l’importance du travail, quel qu’il soit, n’est plus à démontrer. C’est le seul et unique remède susceptible de combattre l’ennui, le besoin et le vice, les ennemis jurés du progrès de toute société.

  



InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +