Hommage à ma belle-famille

 Par Jaafari Ahmed  (Prof)  [msg envoyés : 943le 08-07-12 à 18:46  Lu :914 fois
     
  
 accueil


Quand un jeune homme est sur le point d’épouser, une jeune fille (jeune femme, femme) qu’elle a choisie, que son cœur a choisi, ou qui l’a choisi, c’est rare qu’il prenne en considération, qu’il épousera aussi une famille, sa future belle-famille.
Il s’imagine qu’il va s’envoler avec cette princesse, loin des yeux du monde, dans un univers paradisiaque, où :
Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.
Et, souvent, c’est delà que naissent les malentendus, les mésententes, la discorde et le malheur, surtout de la fleur déracinée. Mais Dieu a promis « Taybouna li tayibate ». Quand on est bon, Dieu guidera les cœurs vers la lumière du choix conscient ou inconscient. Quand on dit bon, ce n’est pas surtout, être pratiquant, mais être bon de nature, même si on n’est pas assez pieux. Car celui qui est bon, finira irrévocablement par trouver la voie de Dieu. Parfois, la clémence de Dieu, fait que si l’un des deux époux est le seul vraiment bon, l’autre s’en trouve enveloppé par la grâce divine. Il pourra aussi constituer une sorte d’épreuve supplémentaire qui confirmera la pureté de celui qui est bon, et lui permettra d’accéder à davantage de valeur.
En ce qui me concerne, je ne sais si j’étais bon ou si j'avais ne serait-ce qu'un soupçon de bonté, mais ma femme l’était, et elle l’est devenue davantage, parce qu’elle n’a cessé de travailler sur moi, pour me corriger.
D’où tient-elle sa bonté ? De Dieu assurément, et de tous les membres de sa famille. Il a vécu dans un milieu sain, où le père (que Dieu l’ait en sa sainte miséricorde)et la mère ayant émigré à la métropole, et n’ayant point de famille, s’étaient constitué une famille avec leurs enfants. Une famille nombreuse, où les frères et les sœurs s’aiment d’un amour fraternel, et amical, à la fois. Ils ont vite appris à développer une solidarité, une sincérité, une franchise, une intercompréhension à toute épreuve. Que dire de moi, pauvre bougre venu d’une famille où il y a eu très peu de communication ? Dans les premiers élans de l’attachement, j’étais prêt, moi ,à abandonner père et mère, si cela se présenterait. Et ceci sans arrières pensées. Tout simplement parce que je n’avais aucune expérience de la vie conjugale, ni des rapport familiaux. Je n’étais pas très sociable, et étant célibataire, cela ne posait aucun problème. Mais, quand je me suis présenté à ma future belle-famille, et j’ai commencé à leur rendre de fréquentes visites, j’ai été peu à peu ébloui par la présence de la famille. Et cela m’avait posé beaucoup de difficultés à accepter que ma femme se sente attachée à sa famille. Mais peu à peu, j’ai commencé à apprécier l’esprit ouvert, la candeur, et la sympathie de ces gens-là, à tel point que je venais de plus en plus pour les rencontrer eux, plus que pour rencontrer ma future femme. Je passais les nuits avec eux, les frères et sœurs, à jouer les jeux de société, scrabble, échecs, Cluédo , les cartes, les dames, à raconter des blagues, à  les écouter raconter et partager leurs souvenirs, qu’ils connaissaient déjà, mais c’était pour le bonheur de faire revivre et faire durer encore ce bonheur : ensemble heureux au moment du fait, heureux ensemble au moment de le raconter et encore heureux de se le rappeler à chaque fois. Ils en avaient toute une collection, puisqu’ils ont presque vécu tout le temps ensemble. Et moi, et moi, qui n’étais que moi( comme dirait Brel) , je n’avais point de souvenir, et surtout pas avec mes frères et sœurs. Alors tout en me sentant un peu triste, je m’abreuvais de ces moments de joies et qu’à la longue je finis par avoir moi aussi des souvenirs, ceux de ma belle-famille ; et si ce ne sont pas mes vrais souvenirs, ce sont mes souvenirs de leurs souvenirs : car je me souviens de ce dont il se souviennent !
Leur bonté a fini peu à peu par déteindre sur moi. Ils m’ont appris à rire, à dire ce que je pense, à être sincère, à opérer un retour sur ma propre famille, à la considérer avec un regard neuf, à essayer de rétablir une communication avec les miens, longtemps coupée.
Aujourd’hui, j’ai une deuxième famille qui m’aime me respecte, me soutient, me procure toutes les joies du monde, et je ne peux demeurer loin de « ces » mes frères et sœurs plus d’une journée !Qu’aurait-il advenu de moi, si je ne les avais pas rencontrés !
Je me rappelle encore ce que Mon défunt beau-père, avait dit à mon père qui avait soulevé la question de la dot : « si ces deux « enfants » s’aiment et se comprennent, c’est ça leur dot ! Concernant la dot en argent, il est conseillé de donner un dirham ! Et puis, l’argent que votre fils voudra engager dans la dot, c’est leur argent, ils en feront ce qu’ils voudront. Ce n’est pas à nous d’en juger ! »et jusqu’à aujourd’hui, je n’ai jamais vu l’argent faire objet de convoitise, ou de discorde entre les frères et sœurs. Même étant mariés, ils considèrent toujours qu’ils ont un argent en commun. Quand quelqu’un se trouve dans un besoin quelconque, c’est tout naturellement que les autres, celui, qui en a à ce moment-là dépense sans compter, et sans en parler après !

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Djc: chapitre xiii!
  Mettre la production écrite à l'esprit du temps
  Tous les messages de Jaafari Ahmed


 Réponse N°1 24940

Vous êtes unique, M jaafari !
  Par   Samira Yassine  (CSle 09-07-12 à 00:07



Oui! Plus je vous connais , plus je vous respecte, je vous admire.

Vous êtes sincère, vous dites ce que d'autres ne peuvent dire même s'il ne s'agit que de la vérité, qu'ils ne disent que la vérité, ils n'osent pas le faire.

J'ai aimé les Loumatine à travers votre description de cette bonne famille aux membres unis, sincères, solidaires... Vous vous méritez. Que Dieu vous protège.

C'est rare de voir un homme dire du bien de sa famille ! J'exagère, peut être. Mais, même lorsqu'il n'a rien à dire de mal tellement cette famille n'a rien à se reprocher, on n'ose pas l'avouer devant les autres, devant la belle-famille même et bien sûr jamais devant sa propre famille:)

Oui ! C'est bizarre, mais une certaine relation un peu tendue se tisse entre les deux familles dès le départ, on nous vole notre fils, ils n'aiment pas notre fille. ça a toujours été ainsi dans toutes les familles avec bien sûr quelques exceptions, mais rares.

Je vous dois des remerciements, vous savez pourquoi?

On était de retour de Casa, et je lisais le contenu de votre post à mon mari. Il a beaucoup aimé ce que vous avez dit et m'a dit" J'éprouve exactement le même sentiment envers ta famille, je te le jure" et alors que je l'en remerciais , vous savez ce qu'il m'a dit" 3lach ana sabar m3ak hhh ri 3la wjah hom"

Eh bien , en voilà un aveu qui en dit long sur ma relation avec mon mari hhhhhhh

Mes respects à vous à M Loumatine et sa famille.





 Réponse N°2 24941

l'ange du site
  Par   Jaafari Ahmed  (Profle 09-07-12 à 00:56



est de retour!

Vous êtes, vous et votre honorable famille un exemple à méditer, pour croire en la bonté des humains! que Dieu vous protège!





 Réponse N°3 24944

L` ange gardien du site
  Par   Samira Yassine  (CSle 09-07-12 à 02:06



c` est vous M Jaafari.

On n` a qu` à vérifier.

La personne la plus présente, ces derniers jours, voire semaines, c` est vous M Jaafari.

Merci.





 Réponse N°4 24948

re
  Par   marocagreg  (Adminle 09-07-12 à 09:34



Très beau M. Jaafari. C'est vrai que quand on rencontre une femme bonne qui nous supporte, et surtout une deuxième famille qui nous adopte, on se dit qu'on a certainement beaucoup de chance et que Dieu nous a donné une véritable offrande.





 Réponse N°5 24949

vous méritez ,monsieur
  Par   amina ossoule  (CSle 09-07-12 à 09:59



oui, vous etes grand d'esprit, un homme qui mérite tout le bonheur du monde...





 Réponse N°6 24953

Merci
  Par   LOUMATINE Abderrahim  (Profle 09-07-12 à 12:50



Cher frère,

Je ne voulais pas répondre à ton message, il donne plus de valeur à ma famille qu'il ne faut. C'était un honneur pour nous de faire partie d'une famille comme la votre.Une mère telle un ange, un père si instruit que chaque fois que le rencontrais , je m'abreuvais de ses paroles plein de sens, des frères et soeurs si sympathiques, , pleins de vie...

Lorsque je me suis marié,Feu mon père qui me connaissait le mieux, me dit:" lorsque tu fais partie d'une famille , tu dois aimer ses membres non pas pour leurs qualités mais surtout avec leurs défauts et tu en a beaucoup toi"

Si Ahmed supporte les défauts de tout le monde.





 Réponse N°7 24954

cher ami
  Par   ISLI HAMID  (CSle 09-07-12 à 13:23



Je vous l'ai dit lors de notre première rencontre sur le site.Votre franchise et votre spontanéité sont exceptionnelles.

Merci pour ce beau texte contenant tant de vérités que beaucoup de gens refusent d'admettre et qui font leur malheur.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +