Hallucinations de stage

 Par Semlali Karim  (Prof)  [msg envoyés : 55le 26-09-11 à 13:32  Lu :1132 fois
     
  
 accueil


Un jour le gardien du lycée voulait nettoyer les classes comme il le faisait habituellement chaque dimanche ; Il commença par celles qui se trouvaient au rez-de-chaussée puis celles du premier et du deuxième étage. Quand il eut fini, il découvre qu’il avait oublié une classe dont la réputation était aussi sombre que celle des élèves qui y étudiaient. Elle était, en quelque sorte, l’atelier d’écriture que les élèves n’avaient pas dans leur lycée : Ils y transcrivirent tous leurs malheurs et toutes leurs préoccupations. Toutes les couleurs y figuraient composant ainsi un tableau surréaliste ; des crânes par-ci des slogans sanglants par-là accompagnées de commentaires scatologiques. C’était évident qu’ils exprimaient un mal de vivre exorbitant dont la perfection des dessins et l’expressivité « des phrases » rendaient compte. Un dessinateur professionnel et dont la renommée va au-delà des océans aurait été choqué par une telle créativité. Quand le gardien, nommé Mouhcine, entra dans la salle qui s’apparente à une prison plus qu’à une classe, il se figea plusieurs minutes devant le chef-d’œuvre avant qu’il n’entame sa besogne. Au court du nettoyage, il se tournait plusieurs fois pour regarder le tableau, qui n’a pas été épargné, et dit d’un ton moqueur, en secouant la tête : « dorénavant je vais donner aux profs du charbon pour écrire afin que les élèves y voient clair ! ». La partie droite du tableau n’était plus là. La classe était entièrement submergée de morceaux de papiers de différentes couleurs. On dirait qu’une compagne électorale vient de passer par ce quartier. Mouhcine aperçut alors une enveloppe posée sur une table sur laquelle est écrit : « très important ». Il était curieux à mourir et il se foutait de qui l’enveloppe pourrait appartenir comme de sa première chaussette. Il l’ouvrit sans penser à hésiter et lut, alors, le message suivant : « tuer prof oujourdwi ». Sa surprise était énorme et tous les visages des profs défilèrent devant ses yeux ainsi que les traits de ceux qui pourraient commettre le crime. « Je dois prévenir l’administration » pensa-t-il, mais sa couardise l’en empêcha il croyait qu’ils allaient l’assassiner lui aussi s’il venait à déjouer leur plan. Il se décida donc de garder le secret ; « peut-être que ce n’est qu’une blague après tout »dit-il en essayant de s’en persuader.
Le matin du lundi deux stagiaires (S.K. et B.H.), viennent au lycée et prennent en charge les classes sinistres où le gardien avait mis la main sur le document du complot. Au début, il les a pris pour des élèves. Les jours passèrent et Mouhcine était devenu très proche des deux stagiaires. Un matin de vendredi il ne supportait plus le fardeau qu’il portait sur sa conscience et raconta à B.H. sa découverte. Celui-ci en fait part à son collègue. Ils décidèrent, donc, de mener une enquête secrète. Ils se donnèrent comme noms «le feu et la glace ». Ils étaient très contents de vivre une histoire pareille.
B.H. : Je crois que je reconnaitrais celui qui a écrit la lettre d’après la typographie de son écriture.
S.K. : Tu te prends pour Sherlock Holmes mon vieux ?
Ils s’éclatèrent de rire.
S.K. : Je crois que je sais comment les reconnaitre.
B.H. : Et comment donc ?
S.K. : On va leur proposer de rédiger un texte narratif où ils raconteront comment ils s’y prendraient s’ils avaient à tuer quelqu’un. Qu’est ce que tu en dis ?
B.H. : C’est une brillante idée. Je crois qu’on va avoir une piste si on procède ainsi.
S.K. : On verra bien.
Vers la fin de la séance tant attendue, B.H. demanda aux deux élèves, qui étaient assis sur la table sur laquelle Mouhcine avait trouvé l’enveloppe, de lire ce qu’ils avaient préparé. A leur grande surprise les deux propositions commençaient par : « tuer prof oujourdwi ». Sans se donner une seconde de réflexion, les deux stagiaires s’étaient jetés sur les deux élèves et les ont battus. La prof d’application les sépara et lança un déluge d’injures aux deux stagiaires et quand elle finit elle leur demanda de voir les autres copies.
S.K. et B.H. étaient ébahis lorsqu’ils constatèrent que toutes les copies commençaient par cette phrase maudite…

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Examen régional bac-fr-marrakech-safi - 2016
  Les noces des loups
  Tous les messages de Semlali Karim


 Réponse N°1 14383

Belle histoire
  Par   Samira Yassine  (CSle 26-09-11 à 23:53



Soyez le bienvenu sur le site M Semlali.

J'ai beaucoup aimé votre histoire.

Ce serit un grand bonheur de vous lire encore.

Merci





 Réponse N°2 14385

Pur et dur !
  Par   HAMDANI Youness  (Profle 27-09-11 à 00:07



Un style d'écriture aussi simpliste qu'efficace.





 Réponse N°3 14396

Rhinoceros!!!!
  Par   Semlali Karim  (Profle 27-09-11 à 23:16

c'est une nouvelle que j'ai écrite il y a maintenant plus de deux ans. Bien-sûr je pouvais très bien, vu qu'un regard éloigné voit les choses différemment, changer quelque partie mais j'ai tenu à la garder dans sa version original parce qu'elle me rappelle de bons souvenirs....je salut de ce fait mes camarades de la promotion d'agrégation 2010 et spécialement Bagdid Hafid, l'un des personnages de l'histoire...




 Réponse N°4 14858

LA SUITE SVP
  Par   slassi hassan  (Profle 28-10-11 à 22:54



où est la suite? c'est intriguant!





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +