Examen blanc -janvier 2012-

 Par stakatak nabil  (?)  [msg envoyés : 2le 24-01-12 à 12:16  Lu :2439 fois
     
  
 accueil


Ma mère se leva, prit les bijoux sans les regarder, ouvrit son coffre et les jeta dedans avec humeur.
Nous touchâmes à peine à ce dîner plutôt improvisé. Nous nous mîmes au lit. Je me souviendrai toujours de cette nuit hantée de cauchemars. Je revois encore les scènes de violence et de sang, je revois les monstres, je revois les yeux enflammés de haine qui nous traquaient, ma mère, mon père et moi. Des masses d'hommes aux visages hideux nous poursuivaient à travers la ville pour nous dépouiller de nos richesses. Ils en voulaient particulièrement à ma Boîte à Merveilles. Mon père parut sur un cheval noir. Il avait ma boîte sous le bras. Il fendit la foule au galop. Des mains essayèrent de le retenir. Il piqua des deux. La longue crinière de son cheval se déployait comme un étendard. Ma mère et moi, nous nous trouvâmes brusquement dans une campagne déserte. Ma mère pleurait silencieusement. La lumière de l'été inondait des espaces de sable et de cailloux. La silhouette de mon père se détacha sur une colline. Il nous attendait. Il n'avait plus de cheval. Il serrait toujours sous son bras ma Boîte à Merveilles.
- Je l'ai sauvée, nous dit-il, et, s'adressant à moi, il ajouta: Elle est à toi, ouvre-la donc.
Je la posai sur la terre nue et l'ouvris avec précaution. Mes yeux furent éblouis: sur un fond de fleurs fraîchement coupées (des œillets et des roses) reposaient comme dans un écrin, des bijoux d'or rehaussés de gemmes. Je n'en avais jamais vu d'aussi beaux, je relevai la tête pour dire à mes parents: « Regardez mon trésor. »
Ils jetèrent un coup d’œil dans la Boîte. Ma mère déclara:
- Les beaux bijoux portent toujours malheur à ceux qui les possèdent.
Un grand froid m'enveloppa ; je refermai la boîte, me mis à sangloter.
- Sidi Mohammed, pourquoi pleures-tu ? Réveille-toi donc! Réveille-toi!
II faisait déjà jour. Les seaux cliquetaient dans le patio. Mon père se penchait sur moi, me tâtait le front, j'ouvris les yeux.
- Non! affirma mon père, il n'a pas de fièvre. Il a dû simplement avoir un cauchemar.
Assise dans son lit, ma mère répétait:
- Je te dis qu'il est malade. Avec toutes ces émotions d'hier soir et l'agitation du souk des bijoux où tu as cru nécessaire de l'entraîner, cela ne m'étonne pas qu'il soit tombé malade.
- Cet enfant n'a rien, proclama mon père. Un peu de fatigue sans doute. Qu'il n'aille pas à l'école.
- Mon Dieu! Punis-moi, je suis la principale fautive, mais ne me frappe pas dans mon enfant. Homme, je te dis que je ne veux en aucune façon garder ces bracelets. Avec ces bijoux, le malheur entre dans cette maison.
Mon père se dirigea vers la porte. Tout en enfilant ses babouches, il déclara:
- Je m'en vais, je sens que si je reste je manquerai de patience.
- Va, répondit ma mère, tu es un homme, il est naturel que tu aies un cœur de pierre.
Ma mère ne devait pas dire des choses pareilles. Il n'est pas du tout naturel qu'un homme ait un cœur de pierre. Un jour, je serai un homme, je n'aurai pas un cœur de pierre. Seulement, devant les événements, mon père réagit comme doit réagir un homme. Il garde sa lucidité, son sang-froid. Ma mère voudrait le voir réagir comme elle : s'agiter, crier, exagérer.
Compréhension (10 points)
1. complétez les informations suivantes : (1pt)
Auteur :
Genre :
Date de publication :
Période racontée :
Deux œuvres du même auteur :
2. Situez le passage par rapport à l’œuvre. (2pt)
3. Pourquoi ‘’ La boîte à merveilles’’ de Séfrioui est- elle une autobiographie ? (1pt)
4. Dans le texte, une phrase marque la limite entre le sommeil et la veille de l’enfant. Relevez – la. (1pt)
5. Dans son cauchemar, l’enfant a vu son père se comporter en homme valeureux et brave :
a- Quel exploit a-t’il réalisé ? (0.5 pt)
b- à quel registre littéraire appartient la scène du cauchemar : (0.5)
Lyrique – épique – pathétique ? Choisissez la bonne réponse.
6. Relevez dans le début du texte deux comportements de la mère montrant qu’elle considère les bracelets comme des bijoux de malheur. (1pt)
7. ‘’ les yeux enflammés de haine ‘’ .De quelle figure de style s’agit-il ? une hyperbole, une métaphore ou une gradation ? (1pt)
8. Relevez deux passages du texte dans lesquels le narrateur adulte assume la narration. (1pt)
9. A la fin du texte le narrateur attribue des défauts à sa mère, lesquels ? Répondez en utilisant le moyen de la nominalisation (1pt).
Production écrite (10pt)
Traitez au choix l’un des deux sujets suivants en avançant des arguments accompagnés d’exemples précis :
Sujet1: Où préférez-vous faire vos achats,dans un souk ou un supermarché?
Sujet2: L’enfance est-elle le moment le plus heureux de notre vie ?

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


 Réponse N°1 22176

merci
  Par   ELMADHI Adil  (Profle 29-05-12 à 11:23



je vous remercie infiniment pour votre contribution.

je me demande comment vous préparez vos élèves à la production écrite





 Réponse N°2 22182

Question ?
  Par   BAKKOU Mbarek  (Profle 29-05-12 à 13:24



slt, merci pour votre contribution, je veux juste des éclaircissements sur la question suivante: Pourquoi ‘’ La boîte à merveilles’’ de Séfrioui est- elle une autobiographie ? est ce qu'on peut considérer " la boîte à merveilles "comme une autobiographie. (selon la définition de Philippe Lejeune dans son pacte autobiographique)





 Réponse N°3 22193

Roman
  Par   LOUMATINE Abderrahim  (Profle 29-05-12 à 16:05



"La Boîte à Merveille" est plutôt un "roman autobiographique" vu que d'abord le genre est mentionné sur la couverture(choix de l'auteur). En plus l'auteur "Ahmed" est différent du narrateur-persunnage "Mohamed". Certes l'oeuvre pourrait être considérée comme étant une autobiographie déguisée qui mettrait en relief la difficulté de raconter avec certitude un passé lointains (dernier chapitre)





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +