Examen

 Par achraf ali  (?)  [msg envoyés : 1le 19-09-10 à 15:13  Lu :1912 fois
     
  
 accueil


Français/préparation au régional
Extrait A :
-Condamné à mort ! dit la foule ; et, tandis qu’on m’emmenait, tout ce peuple se rua sur mes pas avec le fracas d’un édifice qui se démolit. Moi, je marchais, ivre et stupéfait. Une révolution venait de se faire en moi. Jusqu’à l’arrêt de mort, je m’étais senti respirer, palpiter, vivre dans le même milieu que les autres hommes, maintenant, je distinguais clairement comme une clôture entre le monde et moi.
Rien ne m’apparaissait plus sous le même aspect qu’auparavant. Ces larges fenêtres lumineuses, ce beau soleil, ce ciel pur cette jolie fleur, tout cela était blanc et pâle de la couleur d’un linceul. Ces hommes, ces femmes, ces enfants qui se pressaient sur mon passage, je leur trouvais des airs de fantômes.
Au bas de l’escalier, une noire et sale voiture grillée m’attendait. Au moment d’y monter, je regardais au hasard dans la place. – Un condamné à mort ! Criaient les passant en courant vers la voiture.
A travers le nuage qui me semblait s’être interposé entre les choses et moi, je distinguais deux jeunes filles qui me suivaient avec des yeux avides. -Bon, dit la plus jeune, en battant des mains, ce sera dans six semaines.
Extrait B :
ISMENE
Ils nous hueront, ils nous prendront avec leur mille bras, leurs mille visages et leur unique regard. Ils nous cracheront à la figure. Et il faudra avancer dans leur haine sur la charrette avec leur odeur et leurs rires jusqu’au supplice. Et là, il y aura les gardes avec leurs têtes d’imbéciles, congestionnés sur leurs cols raides, leurs grosses mains lavées, leur regard de bœuf—qu’on sent qu’on pourra toujours crier, essayer de leur faire comprendre, qu’ils vont comme des nègres et qu’ils feront tout ce qu’on leur a dit scrupuleusement, sans savoir si c’est bien ou mal…Et souffrir ? Il faudra souffrir, sentir que la douleur monte, qu’elle est arrivée au point où l’on ne peut plus la supporter ; qu’il faudrait qu’elle s’arrête, mais qu’elle continue pourtant et monte encore, comme une voix aigue….Oh ! je ne peux pas, je ne peux pas…
I/COMPREHENSION :
1-Complétez le tableau suivant : 2pts (0.25x8)
Textes Titre de l’œuvre,Auteur,Genre,Siècle
Extrait A
Extrait B
2-Répondez par vrai ou faux : 1pt
a- Le condamné suscite la sympathie de la foule
b- Ismène ne craint pas la foule
3- Dans quel extrait la condamnation est déjà prononcée, et dans lequel elle seulement envisagée ? 0.50 (025x2)
4- « Ils nous hueront. Ils nous prendront avec leurs mille bras », qui le pronoms personnel « ils » remplace t-il ? 0.50
5- Relevez, dans chacun des deux extraits, deux mots exprimant la réaction de la foule. 2pt (0.50x4)
6- « je m’étais senti respirer, palpiter, vivre dans le même milieu que les autres hommes »
Quelle est la figure de style contenue dans cette phrase ? 1pt
7-Cochez la bonne réponse correspondant à la phrase suivante : Maintenant, je distinguais clairement comme une clôture entre le monde et moi. 1pt
a- Il aime le monde dans lequel il vit
b- Il s’éloigne de la réalité
c- Il se considère comme déjà mort
d- Il est aveugle
8- Réécrivez la phrase au discours indirect : « Ce sera dans six semaine », dit la plus jeune.1pt
9- Auriez vous réagi de même si vous étiez dans la foule ? Justifiez votre réponse 1pt
II/ PRODUCTION ECRITE :
Vous êtes avocat et vous prononcez un plaidoyer devant la cours pour défendre un jeune coupable qui s’est adressé à vous et pour lui éviter la peine capitale. Que direz vous ?

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +