Evaluation le dernier jour d'un condamné

 Par ziani mohammed  (Prof)  [msg envoyés : 73le 21-05-10 à 13:56  Lu :8610 fois
     
  
 accueil

Avant de m'ensevelir dans cette tombe à deux roues, j'ai jeté un regard dans la cour, un de ces regards désespérés devant lesquels il semble que les murs devraient crouler. La cour, espèce de petite place plantée d'arbres, était plus encombrée encore de spectateurs que pour les galériens. Déjà la foule !
Comme le jour du départ de la chaîne, il tombait une pluie de la saison, une pluie fine et glacée qui tombe encore à l'heure où j'écris, qui tombera sans doute toute la journée qui durera plus que moi.
Les chemins étaient effondrés, la cour pleine de fange et d'eau. J'ai eu plaisir à voir cette foule dans la boue.
Nous sommes montés, l'huissier et un gendarme, dans le compartiment de devant ; le prêtre, moi et un gendarme dans l'autre. Quatre gendarmes à cheval autour de la voiture. Ainsi, sans le postillon, huit hommes
pour un homme.
Pendant que je montais, il y avait une vieille aux yeux gris qui disait :-J'aime encore mieux cela que la chaîne
Je conçois. C'est un spectacle qu'en embrasse plus aisément d'un coup d'œil, c'est plutôt vu. C'est tout aussi beau et plus commode. Rien ne vous distrait. Il n'y a qu'un homme, et sur cet homme seul autant de misère que sur les forçats à la fois. Seulement cela est moins éparpillé ; c'est une liqueur concentrée, bien plus savoureuse.
La voiture s'est ébranlée. Elle a fait un bruit sourd en passant sous la voûte de la grande porte, puis a débouché dans l'avenue, et les lourds battants de Bicêtre se sont refermés derrière elle. Je me sentais emporté avec stupeur, comme un homme tombé en léthargie qui ne peut ni remuer ni crier et qui entend qu'on l'enterre.
J'écoutais vaguement les paquets de sonnettes pendus au cou des chevaux de poste sonner en cadence et comme
par hoquets, les roues ferrées bruire sur le pavé ou cogner la caisse en changeant d'ornière, le galop sonore des
gendarmes autour de la carriole, le fouet claquant du postillon. Tout cela me semblait comme un tourbillon qui
m'emportait
I-Compréhension de l'écrit.
1-complétez :
Titre de l'œuvre........................................... ..........
Année de publication....................................... Genre de l'œuvre.................................................
Nom de l'auteur.......................................... ..........
Un autre ouvrage du même auteur.................................... ....
2-Situez le passage par rapport aux événements de l'histoire.
3-combien de personnages accompagnent le narrateur ? Qui sont-ils ?
4-Paradoxalement, le prisonnier est joyeux, pourquoi ?
5-Relevez dans le texte une expression qui traduit que sa vie est d'une courte durée. comme un homme tombé en léthargie qui ne peut ni remuer ni crier et qui entend qu'on l'enterre./ il tombait une pluie de la saison, une pluie fine et glacée qui tombe encore à l'heure où j'écris, qui tombera sans doute toute la journée qui durera plus que moi.
6-Soulignez dans l'expression suivante une figure de style et dites laquelle
Avant de m'ensevelir dans cette tombe à deux roues ...une métaphore sens figuré pour La voiture
7-Transformez la phrase suivante au discours indirect :
- II y avait une vieille (...) qui disait : « J'aime encore mieux cela que la chaîne. »
8-Dans la phrase complexe suivante, déterminez ce qui est souligné.
C’est un spectacle qu’on embrasse plus aisément d'un coup d'œil.
II-Production de l'écrit :
Sujet : « Vous êtes membre d'une association, quelles aides pouvez-vous suggérer pour réintégrer les prisonniers dans la vie sociale ? »
correction
1Le Dernier Jour d'un Condamné 1829 Roman à thèse Victor Hugo
Les Misérables
2-Ce passage est situé juste après les deux visites, effectuées respectivement par le prêtre et l’huissier. Ce dernier avait annoncé au condamné le rejet de son pourvoi et la date de son exécution qui aura lieu le jour même place de Grève. Le prisonnier nous conte ici son voyage (transfert) de la prison de Bicêtre à la Conciergerie.
3-Le nombre de personnages est huit. Il s’agit de l’huissier, six gendarmes et le prêtre.
4-Il a eu plaisir à voir cette foule dans la boue. C'est tout aussi beau et plus commode. Rien ne vous distrait. Il n'y a qu'un homme, et sur cet homme seul autant de misère que sur les forçats à la fois. Seulement cela est moins éparpillé ; c'est une liqueur concentrée, bien plus savoureuse.
Le condamné éprouve un plaisir à voir la foule qu’il déteste dans la boue. Il est le seul (par opposition aux forçats qui étaient nombreux) sur la sellette à être suivi des regards de la foule ; cela lui procure une distraction
5-comme un homme tombé en léthargie qui ne peut ni remuer ni crier et qui entend qu'on l'enterre./ il tombait une pluie de la saison, une pluie fine et glacée qui tombe encore à l'heure où j'écris, qui tombera sans doute toute la journée qui durera plus que moi.
6-Avant de m'ensevelir dans cette tombe à deux roues ...une métaphore sens figuré pour La voiture
7- II y avait une vieille (...) qui disait qu’elle aimait encore mieux cela que la chaîne.
8--C’est un spectacle qu’on embrasse plus aisément d'un coup d'œil. Qu’=pronom relatif qui remplace ce spectacle

  




 Réponse N°1 4225

salut ziani
  Par   khoutaibi ahmed  (CSle 21-05-10 à 20:29



Salut ziani

J'ai connu un ami du même nom que vous à l'ENS de Mèknes (1991-1993)^. Etes vous la même personne ( de Tétouan)?





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +