évaluation : le bourgeois gentilhomme-rabou

 Par zhor benkirane  (?)  [msg envoyés : 1le 28-11-12 à 09:29  Lu :9784 fois
     
  
 accueil


Année scolaire : 2011/2012

Lycée qualifiant Targuist

prof: Rafika Bouchkima
Niveau: tronc commun lettres

Contrôle continu
Cléonte: Monsieur, je n'ai voulu prendre personne pour vous faire une demande que je médite il y a longtemps. Elle me touche assez pour m'en charger moi-même; et, sans autre détour, je vous dirai que l'honneur d'être votre gendre est une faveur glorieuse que je vous prie de m'accorder.


Monsieur Jourdain
: Avant que de vous rendre réponse, Monsieur, je vous prie de me dire si vous êtes gentilhomme.

Cléonte: Monsieur, la plupart des gens sur cette question n'hésitent pas beaucoup. On tranche le mot aisément. Ce nom ne fait aucun scrupule à prendre, et l'usage aujourd'hui semble en autoriser le vol. Pour moi, je vous l'avoue, j'ai les sentiments sur cette matière un peu plus délicats: je trouve que toute imposture est indigne d'un honnête homme, et qu'il y a de la lâcheté à déguiser ce que le Ciel nous a fait naître, à se parer aux yeux du monde d'un titre dérobé, à se vouloir donner pour ce qu'on n'est pas. Je suis né de parents, sans doute, qui ont tenu des charges honorables. Je me suis acquis dans les armes l'honneur de six ans de services, et je me trouve assez de bien pour tenir dans le monde un rang assez passable. Mais, avec tout cela, je ne veux point me donner un nom où d'autres en ma place croiraient pouvoir prétendre, et je vous dirai franchement que je ne suis point gentilhomme.


Monsieur Jourdain
: Touchez là, Monsieur: ma fille n'est pas pour vous.

Cléonte: Comment?

Monsieur Jourdain: Vous n'êtes point gentilhomme, vous n'aurez pas ma fille.

Madame Jourdain: Que voulez-vous donc dire avec votre gentilhomme? Est-ce que nous sommes, nous autres, de la côte de saint Louis?

Monsieur Jourdain: Taisez-vous, ma femme: je vous vois venir.


Madame Jourdain
: Descendons-nous tous deux que de bonne bourgeoisie?


Monsieur Jourdain
: Ne Voilà pas le coup de langue?
Madame Jourdain
: Et votre père n'était-il pas marchand aussi bien que le mien?
Monsieur Jourdain: Peste soit de la femme! Elle n'y a jamais manqué. Si votre père a été marchand, tant pis pour lui; mais pour le mien, ce sont des malavisés qui disent cela. Tout ce que j'ai à vous dire, moi, c'est que je veux avoir un gendre gentilhomme.

Madame Jourdain: Il faut à votre fille un mari qui lui soit propre, et il vaut mieux pour elle un honnête homme riche et bien fait, qu'un gentilhomme gueux et mal bâti.
Acte 3 : Scène XII
I-QUESTIONS
1/Complétez le tableau suivant: (2pts)

Titre de l'oeuvre:

Le siècle de parution

Son genre:

Son auteur:

2/Relevez dans le texte deux indices qui montrent que ce texte est un dialogue. (2pts)
3/Que demande Cléante à Monsieur Jourdain ? Justifiez par un exemple du texte (3pts)
4/Répondez par Vrai ou Faux : (2pts)
•Cléante demande à M. Jourdain la main de sa fille.
•M. Jourdain accepte de marier sa fille à Cléonte.
5/combien cette scène contient-elle de tirade?justifiez votre réponse en indiquant seulement le numéro de la tirade. . (3pts)
6) Complétez le tableau suivant( 4pts)

mots

définition

Exposition

Discours d'un personnage dit à part et que seul le spectateur est censé entendre

Dramaturge

Prise de parole d'un personnage.

  1. Relevez de la scène deux mots de reprise du gentilhomme.(2pts)

  1. Classez en deux colonnes les mots de la langue familière et les mots de la langue courante(:2pts)


bouffer, bicyclette, boucan. , concierge, bécane. , manger, pipelet , bruit



  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +