évaluation- la ficelle - "sur toutes les routes autour de goderville"

 Par dahmane ahlame  (?)  [msg envoyés : 1le 05-02-14 à 09:23  Lu :1199 fois
     
  
 accueil


Sur toutes les routes autour de Goderville, les paysans et leurs femmes s'en venaient vers le bourg, car c'était jour de marché. Les mâles allaient, à pas tranquilles, tout le corps en avant à chaque mouvement de leurs longues jambes torses, déformées par les rudes travaux, par la pesée sur la charrue qui fait en même temps monter l'épaule gauche et dévier la taille, par le fauchage des blés qui fait écarter les genoux pour prendre un aplomb solide, par toutes les besognes lentes et pénibles de la campagne. Leur blouse bleue, empesée, brillante, comme vernie, ornée au col et aux poignets d'un petit dessin de fil blanc, gonflée autour de leur torse osseux, semblait un ballon prêt à s'envoler, d'où sortait une tête, deux bras et deux pieds.

Les uns tiraient au bout d'une corde une vache, un veau. Et leurs femmes, derrière l'animal, lui fouettaient les reins d'une branche encore garnie de feuilles, pour hâter sa marche. Elles portaient au bras de larges paniers d'où sortaient des têtes de poulets par-ci, des têtes de canards par-là. Et elles marchaient d'un pas plus court et plus vif que leurs hommes, la taille sèche, droite et drapée dans un petit châle étriqué, épinglé sur leur poitrine plate, la tête enveloppée d'un linge blanc collé sur les cheveux et surmontée d'un bonnet.

Puis un char à bancs passait, au trot saccadé d'un bidet, secouant étrangement deux hommes assis côte à côte et une femme dans le fond du véhicule, dont elle tenait le bord pour atténuer les durs cahots.

Sur la place de Goderville, c'était une foule, une cohue d'humains et de bêtes mélangés. Les cornes des boeufs, les hauts chapeaux à longs poils des paysans riches et les coiffes des paysannes émergeaient à la surface de l'assemblée. Et les voix criardes, aiguës, glapissantes, formaient une clameur continue et sauvage que dominait parfois un grand éclat poussé par la robuste poitrine d'un campagnard en gaieté, ou le long meuglement d'une vache attachée au mur d'une maison. Tout cela sentait l'étable, le lait et le fumier, le foin et la sueur, dégageait cette saveur aigre, affreuse, humaine et bestiale, particulière aux gens des champs.

Compréhension de texte: 10pts

1-Complétez le tableau suivant: 1pt

Titre de l'oeuvre

Date de parution

Auteur

Courant littéraire

2-Où se passe la scène? 0,50pt

3-Quel est le type de ce texte?justifiez votre réponse? 0,50 pt

4-Que décrit-il?0,50 pt

5-Ce texte correspond à quelle étape de schéma narratif? 0,50 pt

6-Comment appelle-t-on ce texte? Quels sont ses caractéristiques? 1pt

7-Relevez le champ lexical dominant dans le texte?1pt

8-Mettez ces phrases dans le tableau suivant et faites les changements nécessaires (4pts)

A-Il annonce:« je vais recevoir mes amis demain»

B-Jean affirma que son frère avait mangé son fruit

C- Il lui demande: « viens chez- moi»

D-Il a dit:«je voulais boire»

Discours direct

Discours indirect

9-Relevez deux procédés de caractérisation employés dans ce texte?1pt

Production écrite: 10pts

Sujet:

«Que pensez-vous de la vengeance ?»

Exprimez votre point de vue en vous appuyant sur des exemples précis tirés de votre entourage.

Niveau: Tronc commun

Matière: français contrôle n°2

Semestre: 1

prof: Dahmane Ahlam

Le mardi de l'autre semaine, il se rendit au marché de Goderville, uniquement poussé par le besoin de conter son cas. Malandain, debout sur sa porte, se mit à rire en le voyant passer. Pourquoi ?

Il aborda un fermier de Criquetot, qui ne le laissa pas achever et, lui jetant une tape dans le creux de son ventre, lui cria par la figure : Gros malin, va! Puis lui tourna les talons.

Maître Hauchecorne demeura interdit et de plus en plus inquiet. Pourquoi l'avait-on appelé gros malin ?

Quand il fut assis à table, dans l'auberge de Jourdain, il se remit à expliquer l'affaire. Un maquignon de Montivilliers lui cria :

- Allons, allons, vieille pratique, je la connais, ta ficelle !

Hauchecorne balbutia :

- Puisqu'on l'a retrouvé çu portafeuille ?

Mais l'autre reprit :

- Tais-toi, mon pé, y en a qui trouve et y en a un qui r'porte. Ni vu ni connu, je t'embrouille !

Le paysan resta suffoqué. Il comprenait enfin. On l'accusait d'avoir fait reporter le portefeuille par un compère, par un complice.

Il voulut protester. Toute la table se mit à rire.

Il ne put achever son dîner et s'e en alla, au milieu des moqueries. Il rentra chez lui, honteux et indigné, étranglé par la colère, par la confusion, d'autant plus atterré qu'il était capable, avec sa finauderie de

Normand, de faire ce dont on l'accusait, et même de s'en vanter comme d'un bon tour. Son innocence lui apparaissait confusément comme impossible à prouver, sa malice étant connue. Et il se sentait frappé au coeur par l'injustice du soupçon.)

Alors il recommença à conter l'aventure, en allongeant chaque jour son récit, ajoutant chaque fois des raisons nouvelles, des protestations plus énergiques, des serments plus solennels qu'il imaginait, qu'il préparait dans ses heures de solitude, l'esprit uniquement occupé par l'histoire de la ficelle; On le croyait d'autant moins que sa défense était plus compliquée et son argumentation plus subtile.

- Ca, c'est des raisons d'menteux, disait-on derrière son dos.

Il le sentait, se rongeait les sangs, s'épuisait en efforts inutiles.

Il dépérissait à vue d'oeil.

Les plaisants maintenant lui faisaient conter la Ficelle pour s'amuser, comme on fait conter sa bataille au soldat qui a fait campagne. Son esprit, atteint à fond, s'affaiblissait.

Vers la fin de décembre, il s'alita.

Il mourut dans les premiers jours de janvier et, dans le délire de l'agonie, il attestait son innocence, répétant :

- Une 'tite ficelle ...une 'tite ficelle ... t'nez, la voilà m'sieu le Maire.

Compréhension de texte:

1-Complétez le tableau suivant: 1pt

Titre de l'oeuvre

Date de parution

Auteur

Courant littéraire

2- quel est le type de ce texte?0.50 PT

3-ce texte correspond à quelle étape de schéma narratif? 0.50 PT

4-quels sont les personnages de ce texte?1PT

5- pourquoi Maître Hauchecorne était accusé?0.50PT

6-relevez le champ lexical dominat dans le texte?1PT

7-comment vous trouvez la fin de l'histoire? Attendez-vous cette fin? Comment l'appelle-t-on? 1pt

8- Mettez ces phrases dans le tableau suivant et faites les changements nécessaires (4pts)

A-Mon frère me conseilledeprendresoin de ma petite soeur.

B-Il annonce : « Le train va partir »

c- il a confirmé:« marie était là hier»

D-il lui a assuré:«je suis sincère»

Discours direct

Discours indirect

9- relevez deux procédés de caractérisation? 0.50pt

Production écrite

Sujet:

«Êtes-vous pour ou contre la vengeance?»

Justifie ta réponse par des arguments pertinents en 15 lignes

Compréhension de texte:

1-Complétez le tableau suivant: 1pt

Titre de l'oeuvre

Date de parution

Auteur

Courant littéraire

2- quel est le type de ce texte?0.50 PT

3-ce texte correspond à quelle étape de schéma narratif? 0.50 PT

4-quels sont les personnages de ce texte?1PT

5- pourquoi Maître Hauchecorne était accusé?0.50PT

6-relevez le champ lexical dominat dans le texte?1PT

7-comment vous trouvez la fin de l'histoire? Attendez-vous cette fin? Comment l'appelle-t-on? 1pt

8- Mettez ces phrases dans le tableau suivant et faites les changements nécessaires (4pts)

A-Mon frère me conseilledeprendresoin de ma petite soeur.

B-Il annonce : « Le train va partir »

c- il a confirmé:« marie était là hier»

D-il lui a assuré:«je suis sincère»

Discours direct

Discours indirect

9- relevez deux procédés de caractérisation? 0.50pt

Production écrite

Sujet:

«Êtes-vous pour ou contre la vengeance?»

Justifie ta réponse par des arguments pertinents en 15 lignes



  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +