évaluation, la boite à merveilles- le maître du msid souriant

 Par benhamou adnane  (?)  [msg envoyés : 18le 25-11-14 à 19:26  Lu :1062 fois
     
  
 accueil


Contrôle n :1

Texte :

Je n'avais jamais vu le maître du Msid aussi souriant que ce mercredi. Pas un élève ne reçut la bastonnade. La verge de cognassier devenait un accessoire de fantaisie, un de ces objets inutiles que l'on tient pour occuper les doigts.

Je récitai ma leçon comme de coutume. Le maître me félicita :

- C'est bien, mon fils, me dit-il, tu seras, s'il plait à Dieu, un taleb mendiant de la science. Qu'Allah t'ouvre les portes du savoir !

Avant d'aller déjeuner, le fqih nous fit signe de nous taire. Dans le silence général, il nous parla de la Achoura, la fête du Nouvel An. …… Tous les élèves viendraient pour inaugurer la nouvelle année dans la joie et dans le travail. Nous avions quinze jours pour préparer la fête. ……Le fqih nous recommanda de mettre nos parents au courant de ces dispositions. Il comptait sur leur générosité.

Enfin, à notre grande joie, nous eûmes congé pour le reste de la journée, Quel bonheur ! Je courus à la maison en faire part à ma mère. Fatma Bziouya m'apprit qu'elle était absente. Lalla Aicha, son amie, était venue la chercher, il y avait de cela une heure environ. Ma joie se transforma en appréhension, bientôt en inquiétude. Cette sortie avait certainement une relation quelconque avec l'affaire Moulay Larbi, le mari de Lalla Aicha. Peut-être un nouveau différend l'opposait-il encore à ce démon d'Abdelkader ….

Ma mère avait laissé la clef sur la porte de la chambre. J'entrai. Les objets ne me reconnaissaient plus, ils m'opposaient un visage hostile. Ils s'amusèrent à m'effrayer, ils se transformaient en monstres, redevenaient objets familiers, empruntaient de nouveaux masques de bêtes d'apocalypse. Je me tenais sur un matelas, terrifié, la gorge sèche, attendant le retour de ma mère, seule personne capable de me délivrer de ces sortilèges.

Compréhension

1)- Recopiez le tableau suivant et complétez-le :

Source du texte

Genre de l’œuvre

Date de parution

Nom de l’auteur

2)a)- Où était la mère du narrateur ?

b)- D’où rentrait l’enfant ?

c)- Quel sentiment éprouve-t-il quand il ne trouve pas sa mère?

3) a)-Quel événement important annonce le fqih ?

b)- Relevez du texte une phrase qui montre le fqih compte sur la générosité des gens ?

4) Recopiez et complétez à partir du texte :

Personnages

Prénoms correspondants

Le narrateur

Son père

Sa mère

5) « Cette sortie avait certainement une relation quelconque avec l'affaire Moulay Larbi, le mari de Lalla Aicha. »

- De quelle affaire le narrateur parle -t-il ?

6) Classez les mots suivants dans le tableau :

- souriant – appréhension - félicita- inquiétude - la fête - terrifié - bonheur - effrayer -

Champ lexical de la joie

Champ lexical de la peur

7) Identifiez les deux modes énonciatifs des deux énoncés suivants ?

a)- Je récitai ma leçon comme de coutume. Le maître me félicita.

b)- « - C'est bien, mon fils, me dit-il, tu seras, s'il plait à Dieu, un taleb mendiant de la science. »

8)- Identifiez les figures de style suivantes :

a)- Je n'avais jamais vu le maître du Msid aussi souriant que ce mercredi.

b)- Les objets ne me reconnaissaient plus, ils m'opposaient un visage hostile.

9) Soulignez la modalité appréciative dans les deux phrases suivantes :

- Je me tenais sur un matelas, terrifié.

- Peut-être un nouveau différend l'opposait-il encore à ce démon d'Abdelkader ….

10) D’après votre lecture du dernier paragraphe, quelle idée faites-vous du narrateur ?



  



InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +