évaluation, la boite à merveilles-ch3-54ds

 Par karim Rachid  (?)  [msg envoyés : 1le 25-12-14 à 19:54  Lu :545 fois
     
  
 accueil


Devoir surveillé N°1

Texte : Extrait du Chapitre 3, La boite à merveilles

Rahma, la femme du fabricant de charrues, qui était sortie ce matin accompagnée de sa fille Zineb, dans l'intention de se rendre au quartier Kalklyine pour assister à un baptême, revint tout en pleurs. Elle se mit à se lamenter depuis l'entrée de la maison, à s'administrer des claques sonores sur les joues.

- Malheur! Malheur à moi! Je suis la plus misérable des mères ; je ne pourrai jamais survivre à cette douleur. Personne ne pourra soulager ma peine.

Les questions fusaient de toutes les fenêtres. Les femmes avaient interrompu leur besogne. Elles la suppliaient de les mettre au courant de la nature de cette catastrophe qui l'avait frappée. Ma mère oublia que Rahma n'était qu'une pouilleuse, une mendiante d'entre les mendiantes. Tout émue, elle se précipita au premier étage en criant :- Ma soeur! Ma pauvre soeur! Que t'est-il arrivé?

- Nous pouvons peut-être te venir-en aide. Cesse de pleurer, tu nous déchires le coeur.Toutes les femmes entourèrent Rahma la malheureuse. Elle réussit enfin à les renseigner: Zineb avait disparu, perdue dans la foule. En vain, sa mère avait essayé de la retrouver dans les petites rues latérales, Zineb s'était volatilisée, le sol l'avait engloutie et il n'en restait pas la moindre trace.La nouvelle de cette disparition se propagea instantanément dans le quartier. Des femmes inconnues traversèrent les terrasses pour venir prendre part à la douleur de Rahma et l'exhorter à la patience. Tout le monde se mit à pleurer bruyamment. Chacune des assistantes gémissait, se lamentait, se rappelait les moments particulièrement pénibles de sa vie, s'attendrissait sur son propre sort.Je m'étais mêlé au groupe des pleureuses et j'éclatai en sanglots. Personne ne s'occupait de moi. Je n'aimais pas Zineb, sa disparition me réjouissait plutôt, je pleurais pour bien d'autres raisons. D'abord, je pleurais pour faire comme tout le monde, il me semblait que la bienséance l'exigeait; je pleurais aussi parce que ma mère pleurait et parce que Rahma, qui m'avait fait cadeau d'un beau cabochon de verre, avait du chagrin ; mais la raison profonde peut-être, c'était celle que je donnai à ma mère lorsqu'elle s'arrêta, épuisée. Toutes les femmes s'arrêtèrent, s'essuyèrent le visage, qui avec un mouchoir, qui avec le bas de sa chemise. Je continuais à pousser des cris prolongés. Elles essayèrent de me consoler. Ma mère me dit:

- Arrête! Sidi Mohammed, on retrouvera Zineb, arrête ! Tu vas te faire mal aux yeux avec toutes ces larmes.Hoquetant, je lui répondis:

- Cela m'est égal qu'on ne retrouve pas Zineb, je pleure parce que j'ai faim!

  1. I. Compréhension :

1-Complétez le tableau suivant

L'auteur

Le titre de l'oeuvre

L'époque

Le genre littéraire

2-Quels sont les locataires de Dar chouafa ?

3-Ou est ce que Rahma était elle allée pour quelle raison ?

4-Que lui est -il arrivé ?

5-L'événement a-t-il attristé le narrateur ou plutôt il l'a plu.?Justifiez votre réponse du texte .

6-Relever la principale cause qui a poussé Sidi Mohammed à pleurer ?

7-Donnez deux synonymes aux mots en gras ?

8-Donnez aux deux figures de style suivantes les noms qui leurs conviennent ?

« Zineb s'était volatilisée, » (Comparaison/Métaphore/Hyperbole)

« Le sol l'avait engloutie » (énumération/Personnification/anaphore)

II .Production écrite :

Les souvenirs d'enfance restent gravés dans la mémoire. Rédigez un texte où vous évoquez vos premiers souvenirs à l'école, vos sentiments et vos commentaires.



  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +