évaluation, la boite à merveilles-art délicat de vendre et d'acheter

 Par Saidi mohammed  (?)  [msg envoyés : 43le 06-11-14 à 13:08  Lu :805 fois
     
  
 accueil


Mon père ne connaissait rien à l'art délicat de vendre et d'acheter. Il ignorait les subtilités du marchandage et la volupté d'obtenir un objet, un sou moins cher que ne l'a payé le voisin. Il m'emmena, après le repas du matin, faire le tour des marchands de jouets. Dans chaque rue résonnaient les tambourins, les grelots des hochets de fer-blanc, le chant des flûtiaux. Les marchands de tambourins se démenaient dans leurs échoppes devenues étroites tant il s'y entassait de marchandises. Des tambourins, des bendirs, des tambours de basque, des trompettes et des pipeaux pendaient par grappes, s'amoncelaient en tas multicolores, envahissaient les étagères. Un peuple de femmes, d'hommes mûrs, de fillettes et de garçons faisaient cercle autour de chaque magasin. Les uns essayaient un instrument, les autres les accompagnaient de battements de mains, jacassaient, réclamaient, discutaient avec le marchand qui ne savait plus où donner de la tête.

Une foule de campagnards, descendus de leurs lointains villages, s'approvisionnaient en sucre, épices, cotonnades et instruments de musique. Ils encombraient la rue de leurs paquets.

Je m'accrochais à la main de mon père, occupé à écarter les passants pour nous frayer un chemin. J'eus mon tambour en forme de sablier, un petit chariot bizarre en bois et une nouvelle trompette.

Mon père me laissait choisir, payait sans discuter. Je lui tenais de longs discours, lui posais mille questions auxquelles il répondait rarement. Il souriait à me voir si excité. Nous terminâmes nos emplettes par l'achat d'un cierge, d'une livre de pois. La rue Bab Moulay Idriss débouche dans le quartier des fabricants de ceintures brodées et des marchands de fruits secs.

SUPPORT II

Nous fîmes cinq ou six boutiques avant d'acheter trois coudées de cotonnade blanche. Elle devait servir à me faire confectionner une chemise. C'était de la cotonnade de bonne qualité, la qualité « Poisson ». Ma mère ne voulait pas d'autre marque. Le marchand nous montra, imprimé en bleu sur une assez grande longueur de la pièce, un poisson avec toutes ses écailles. Le cérémonial du marchandage dura beaucoup moins que lorsqu'il fallut payer le gilet rouge à soutaches.

Nous nous arrêtâmes devant une dizaine de magasins. Les marchands s'empressaient de nous montrer des piles de gilets de ma taille. Toutes les nuances de rouge défilaient sous nos yeux ; aucune ne correspondait au ton que désirait ma mère. Finalement elle fixa son choix sur un gilet cerise abondamment orné de serpentins et de fleurons en passementerie, légèrement plus foncée que le tissu.

Elle m'enleva la djellaba , m'essaya le gilet, me le boutonna jusqu'au cou, s'éloigna pour se rendre compte de l'effet, me fit signe de tourner à droite, puis de tourner à gauche, mit un temps infini à le déboutonner, en fit une boule qu'elle fourra brusquement entre les mains du marchand.

-Cet article te plaît-il ?

-C'est le prix qui décidera, répondit ma mère.

- Alors je te prépare le paquet ; aux clients sérieux, je consens toujours un rabais. Ce gilet vendu couramment cinq réaux, je te le laisse pour quatre réaux seulement

-Coupons court à toute discussion, je t'en offre deux réaux.

COMPREHENSION 10 pts 1* A quoi revoient les indications suivantes : lyrique La colonisation française D.Chraibi 1954 2004 R.autobiographique littérature maghrébine d’expression française 2* Situez chaque passage par rapport aux événements de l’œuvre 3*Où se déroulent les événements dans chaque support , ? Justifiez des textes. 4*Qu’est ce qui distingue le père de la mère ? 5*Où apparait la ruse du marchand des gilets ? 6* Relevez le champ lexical des « Produits alimentaires « 7* Transformez la phrase en nominalisant ce qui est souligné : « je te prépare soigneusement le paquet » - Le gilet est cher .Cela énerve ma mère 8* Identifiez les figures de style employées dans les passages soulignés. 9* Quels sont les vertus de Sidi Ali Boughaleb ? 10*Sidi Mohamed déteste Zineb .Que pensez vous des gens qui haïssent d’autres sans raison apparente PRODUCTION ECRITE 10pts SUJET : Dans « La Boite A Merveilles » l’illettrisme de la femme la pousse à occuper son temps dans des futilités .Rédigez un récit argumentatif relatant les causes de l’illettrisme, comment on comble son temps et comment réagir face à ce fléau ,en l’illustrant par des exemples précis



  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Examen blanc 1bac-plusieurs supports -français
  Proposition
  Tous les messages de Saidi mohammed

InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +