Evaluation français 2ac

 Par Elbari Rachid  (Prof)  [msg envoyés : 20le 09-07-12 à 14:13  Lu :1435 fois
     
  
 accueil


3ème année de l’enseignement collégial
Par: R. Elbari
Texte :
Un petit morceau de verre
La narratrice, Anne, est une jeune Anglaise qui se trouve mêlée malgré elle à un crime mystérieux. Pour résoudre l’énigme, elle va en Afrique du Sud. A peine arrivée, elle est capturée, enfermée et bâillonnée dans une belle villa…
La nuit était tombée et devait même être assez avancée car la lune était haute dans le ciel et éclairait ma mansarde à travers la tabatière*poussiéreuse. Mon bâillon* m’étouffait et mes membres étaient si raides et si douloureux que c’en était insupportable.
Tout à coup, mes yeux tombèrent sur un petit morceau de verre cassé, abandonné dans un coin. Je l’avais aperçu grâce au rayon de lune qui le faisait briller. Il me vint une idée.
Je ne pouvais remuer ni les bras ni les jambes, mais je pouvais sûrement rouler… Lentement, maladroitement, je me mis en mouvement. Ce n’était pas facile. Non seulement je m’abîmais la figure car je ne pouvais pas la protéger avec mes bras, mais je ne pouvais pas non plus contrôler ma direction.
Je roulais en tous sens, sauf dans le bon. Je finis quand même par atteindre mon objectif. Je le touchais presque de mes mains liées.
Ce n’était pas gagné pour autant. Il me fallut une éternité pour pousser le bout de verre, par à-coups, jusqu’au mur et arriver à le caler, de façon à pouvoir y frotter mes liens de haut en bas. La procédure fut longue et difficile, et je faillis désespérer. Mais, à la fin, je réussis à entamer les cordes qui me lient les mains. Le reste fut une question de tempos. Après m’être vigoureusement massé les poignets, la circulation du sang fut rétablie, et je pus défaire mon bâillon. Et quand j’eus respiré une ou deux fois à pleins poumons, je me sentis mieux.
Après avoir défait le dernier nœud, je ne parviens pas tout de suite à me lever. Quand j’y parviens enfin, j’agitai les bras pour combattre l’ankylose*et n’eus bientôt plus qu’un seul désir : trouver quelque chose à me mettre sous la dent.
Je patientai environ un quart d’heure, afin de m’assurer que j’avais récupéré mes forces. Après quoi, je glissai sur la pointe des pieds jusqu’à la porte. Comme je l’avais espéré, elle n’était pas fermée à clé. Je l’ouvris et risquai un œil dehors.
Agatha Christie, L’homme au complet marron, éditions du Masque, 1992
*Une tabatière : Vitre d’une petite fenêtre dans un toit.
*Un bâillon : Ce qu’on met devant la bouche de quelqu’un pour l’empêcher de parler, de crier.
*L’ankylose : La difficulté à bouger l’articulation.
Questions :
I- COMPREHNESION DE L’ECRIT (5 points)
Lis le texte puis réponds aux questions suivantes :
1- Remplissez le tableau ci-dessous.
Titre de l’oeuvre Genre littéraire Edition Auteur Narrateur
………………….. …………………. ……………….. ………………… ………………..
2-À quel moment se déroule cette scène ? Relevez trois expressions pour justifier votre réponse.
3-Qu’est-ce qui est arrivé au protagoniste ? Pourquoi est-il dans cette situation ?
4-Pourquoi la situation dans laquelle se trouve le narrateur est-elle très difficile ?
5-Quelles qualités permettent à Anne de sortir de cette situation ?
6-Répondez par vrai ou faux.
a-Anne a commis un crime horrible.
b-Anne est détective.
c-Anne est invitée en Afrique de Sud.
II- LANGUE ET COMMUNICATION (5 points)
1-Relevez dans le troisième paragraphe trois conjonctions de coordination en précisant leur nature.
2-Relevez dans le premier paragraphe une subordonnée de conséquence.
3-Remplacez le coordonnant employé dans la phrase ci-dessous par le subordonnant « Quoique ».
- Je ne pouvais remuer ni les bras ni les jambes, mais je pouvais sûrement rouler…
4-Mettez la cause en valeur en reliant les deux propositions ci-dessous.
- Anne a réussi / Elle a déployé beaucoup d’efforts.
5-Reliez les deux phrases suivantes par le moyen donné entre parenthèses.
- La situation était difficile. / Anne a pu se sauver. (En dépit de)
- Anne se sert d’un morceau de verre. / Anne veut se sauver. (Pour)
6- Conjuguez les verbes entre parenthèses aux temps et aux modes qui conviennent.
- Si Anne était lâche, elle ne (Parvenir) jamais à s’évader.
- Anne essayait de se sauver pendant que les malfaiteurs (S’amuser) tranquillement.
7- Formulez un raisonnement à partir de l’hypothèse suivante :
- Anne serait lâche…
8- Relevez dans le deuxième paragraphe les moyens qui caractérisent les deux termes :
- Morceau.
- Rayon.
9- Relevez dans le texte trois mots ou expressions se rapportant à la souffrance physique.
10- Dans la phrase suivante, indique la nature de « ou ».
- Et quand j’eus respiré une ou deux fois à pleins poumons, je me sentis mieux.
III- PRODUCTION ECRITE (10 points)
Sujet :
Certains pensent que l’enlèvement d’un enfant d’une famille riche et un moyen efficace pour s’enrichir en exigeant une rançon.
Que pensez-vous de cette conduite ?
Rédigez un texte de 10 lignes environ dans lequel vous défendrez votre point de vue sur le sujet.

  



InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +