Evaluation formative : candide

 Par hammach lhoussain  (?)  [msg envoyés : 23le 22-12-10 à 14:20  Lu :2045 fois
     
  
 accueil


La moitié des passagers, affaiblis, expirants de ces angoisses inconcevables, n’avait pas même la force de s’inquiéter du danger. L’autre moitié jetait des cris et faisait des prières ; les voiles étaient déchirées, les mâts brisés, le vaisseau entrouvert. Travaillait qui pouvait. L’anabaptiste aidait un peu à la manoeuvre ; un matelot furieux le frappe rudement et l’étend sur les planches ; mais du coup qu’il lui donna il eut lui-même une si violente secousse qu’il tomba hors du vaisseau la tête la première. Il restait suspendu et accroché à une partie de mât rompue. Le bon Jacques court à son secours, l’aide à remonter, et de l’effort qu’il fit il est précipité dans la mer à la vue du matelot, qui le laissa périr, sans daigner seulement le regarder. Candide approche, voit son bienfaiteur qui reparaît un moment et qui est englouti pour jamais. Il veut se jeter après lui dans la mer ; le philosophe Pangloss l’en empêche, en lui prouvant que la rade de Lisbonne avait été formée exprès pour que cet anabaptiste s’y noyât. Tandis qu’il le prouvait a priori, le vaisseau s’entrouvre, tout périt à la réserve de Pangloss, de Candide, et de ce brutal de matelot qui avait noyé le vertueux anabaptiste ; le coquin nagea heureusement jusqu’au rivage où Pangloss et Candide furent portés sur une planche.
Quand ils furent revenus un peu à eux, ils marchèrent vers Lisbonne ; il leur restait quelque argent, avec lequel ils espéraient se sauver de la faim après avoir échappé à la tempête.
A peine ont-ils mis le pied dans la ville en pleurant la mort de leur bienfaiteur, qu’ils sentent la terre trembler sous leurs pas [1] ; la mer s’élève en bouillonnant dans le port, et brise les vaisseaux qui sont à l’ancre. Des tourbillons de flammes et de cendres couvrent les rues et les places publiques ; les maisons s’écroulent, les toits sont renversés sur les fondements, et les fondements se dispersent ; trente mille habitants de tout âge et de tout sexe sont écrasés sous des ruines…
Quelques éclats de pierre avaient blessé Candide ; il était étendu dans la rue et couvert de débris. Il disait à Pangloss : « Hélas ! Procure-moi un peu de vin et d’huile ; je me meurs. - Ce tremblement de terre n’est pas une chose nouvelle, répondit Pangloss ; la ville de Lima éprouva les mêmes secousses en Amérique l’année passée ; même causes, même effets : il y a certainement une traînée de soufre sous terre depuis Lima jusqu’à Lisbonne. - Rien n’est plus probable, dit Candide
Le lendemain, ayant trouvé quelques provisions de bouche en se glissant à travers des décombres, ils réparèrent un peu leurs forces. Ensuite, ils travaillèrent comme les autres à soulager les habitants échappés à la mort. Quelques citoyens secourus par eux leur donnèrent un aussi bon dîner qu’on le pouvait dans un tel désastre. Il est vrai que le repas était triste ; les convives arrosaient leur pain de leurs larmes ; mais Pangloss les consola en les assurant que les choses ne pouvaient être autrement : « Car, dit-il, tout ceci est ce qu’il y a de mieux. Car, s’il y a un volcan à Lisbonne, il ne pouvait être ailleurs. Car il est impossible que les choses ne soient pas où elles sont. Car tout est bien. »
I°) – Questions relatives à l’œuvre
1 – Résumez en cinq lignes, au maximum, ce conte de Voltaire
2 – Que voulut critiquer Voltaire par le biais de son conte « Candide » ?
3 – Justifiez le choix du titre « Candide ou l’optimisme »
II°) – Questions relatives au passage
1 – Présentez en une ligne les personnages suivants : Pangloss ; Paquette ; Jacques l’anabaptiste
2 – Le passage se compose de deux parties distinctes
a – Délimitez-les
b – Donnez l’idée générale de chacune d’elles.
3 – Dans ce passage, Candide et Pangloss se trouvent dans deux lieux différents. Lesquels ?
4 – Relevez les adjectifs qui caractérisent Jacques et ceux qui définissent le matelot. Qu’en déduisez-vous ?
5 – Relevez dans le premier paragraphe 4 termes se rapportant au champ lexical de la mer.
6 – « Les voiles étaient déchirées, les mâts brisés, le vaisseau entr’ouvert » Identifiez la figure de style contenue dans cette phrase :
7 – D’après les cinq premiers chapitres, les épreuves vécues par Candide, confirment ou au contraire infirment-elles les thèses de Pangloss ? Justifiez votre réponse.
8 – Quel événement essentiel est rapporté par l’auteur ?
9 – Quel était le sort réservé à Jacques l’anabaptiste ?
NB : présentation de la copie 1 pt

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Examen blanc : antigone
   controle antigone 2
  Tous les messages de hammach lhoussain

InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +