évaluation: aux champs-emporta le marmot -5ssq

 Par SERHIRI LHOUCINE  (Prof)  [msg envoyés : 2le 05-03-16 à 16:50  Lu :326 fois
     
  
 accueil


LYCEE ZERKTOUNI Niveau : T.C.

Français 2015/2016 (1er semestre) Durée : 1h

Professeur : SERHIRI LHOUCINE

Nom et Prénom : . . N° : Note : . . . / 20

EVALUATION N°3

Contrôle de Compréhension



TEXTE :

Le maire et un voisin, appelé aussitôt, servirent de témoins complaisants.

Et la jeune femme, radieuse, emporta le marmot hurlant, comme on emporte un bibelot désiré d'un magasin.

Les Tuvache, sur leur porte, le regardaient partir, muets, sévères, regrettant peut-être leur refus.

On n'entendit plus du tout parler du petit Jean Vallin. Les parents, chaque mois, allaient toucher leurs cent vingt francs chez le notaire ; et ils étaient fâchés avec leurs voisins parce que la mère Tuvache les agonisait d'ignominies, répétant sans cesse de porte en porte qu'il fallait être dénaturé pour vendre son enfant, que c'était une horreur, une saleté, une corromperie.

Et parfois elle prenait en ses bras son Charlot avec ostentation, lui criant, comme s'il eût compris :

« J't'ai pas vendu, mé, j't'ai pas vendu, mon p'tiot. J'vends pas m's éfants, mé. J'sieus pas riche, mais vends pas m's'éfants. »

Et, pendant des années et encore des années, ce fut ainsi chaque jour ; chaque jour des allusions grossières qui étaient vociférées devant la porte, de façon à entrer dans la maison voisine. La mère Tuvache avait fini par se croire supérieure à toute la contrée parce qu'elle n'avait pas vendu Charlot. Et ceux qui parlaient d'elle disaient :

« J'sais ben que c'était engageant, c'est égal, elle s'a conduite comme une bonne mère. »

On la citait ; et Charlot, qui prenait dix-huit ans, élevé dans cette idée qu'on lui répétait sans répit, se jugeait lui-même supérieur à ses camarades, parce qu'on ne l'avait pas vendu.

Aux champs de Guy de MAUPASSANT

QUESTIONS :

  1. Situez le passage par rapport à ce qui précède. (3points)

...

  1. Dans cet extrait, l'enfant adopté est chosifié. Vrai ou faux ?

Cochez la bonne réponse et justifiez-la à partir du texte. (4points)

...

.

  1. Pourquoi Mme. Tuvache et son fils Charlot se croient-ils supérieurs aux autres ? (4points)

  1. Montrez que le départ de l'enfant a déclenché un conflit entre les deux voisins. (2points)

..

  1. Dans l'énoncé suivant, soulignez le verbe conjugué et donnez son infinitif et son groupe: (3points)

« Et parfois elle prenait en ses bras son Charlot ... »

C'est le verbe : ...

Ce verbe appartient au.groupe

  1. Donnez au texte un titre expressif sous forme d'une phrase nominale. (4points)

...

Barème et éléments de réponses

Support : « Le maire et un voisin ... qu'on ne l'avait pas vendu

Aux champs de Guy de MAUPASSANT p.p. 35 – 36 Ed. Folio


  1. Dans la campagne normande, deux familles voisines, les Tuvache et les Vallin, vivaient modestement. Chacune avait quatre enfants et il arrivait aux parents de les confondre.

Un jour, un couple aisé, au cours d'une de ses promenades, s'arrêta en apercevant les enfants qui jouaient dehors. La femme, Madame d'Hubières, émue, venait jouer avec eux puis prit l'habitude de leur rendre visite régulièrement. Elle décida alors d'adopter l'un d'eux (le plus jeune). Et le couple a fait sa demande aux parents Tuvache. Mais comme la mère Tuvache refusa violemment une proposition aussi alléchante qu'inhumaine à ses yeux, le couple proposa alors le contrat aux Vallin qui, après avoir marchandé, acceptèrent la rente. (3pts)


  1. Vrai. (4pts)

« Et la jeune femme, radieuse, emporta le marmot hurlant, comme on emporte un bibelot désiré d'un magasin »


  1. - « La mère Tuvache avait fini par se croire supérieure à toute la contrée parce qu'elle n'avait pas vendu Charlot. »

- « Charlot, qui prenait dix-huit ans, élevé dans cette idée qu'on lui répétait sans répit, se jugeait lui-même supérieur à ses camarades, parce qu'on ne l'avait pas vendu. » (4pts)



  1. « Et ils étaient fâchés avec leurs voisins parce que la mère Tuvache les agonisait d'ignominies, répétant sans cesse de porte en porte qu'il fallait être dénaturé pour vendre son enfant, que c'était une horreur, une saleté, une corromperie. » (2pts)


  1. « Et parfois elle prenait en ses bras son Charlot ... » (3pts)

C'est le verbe : prendre

Ce verbe appartient au troisième groupe.

  1. Une femme capricieuse - Complexe de supériorité - (4pts)



  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur


InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +