Etude de texte/ ma méthode à moi.

 Par Samira Yassine  (?)  [msg envoyés : 2089le 28-10-10 à 17:02  Lu :2370 fois
     
  
 accueil

Je ne cherche aucunement un travail de théoricien. Mais au bout d’un certain nombre d’années, ne serons-nous pas capables d’inventer notre méthode à nous ?
Pour ce qui est de ma méthode du travail d’une étude de texte, un extrait des œuvres au programme et vu le niveau qui laisse à désirer de la plupart de élèves, ma méthode est la suivante :
1/ Le premier souci est la situation. :
L’élève confond en général situation et compte rendu de texte alors je lui déconseille la lecture du texte, sinon il risque de m’en faire un compte rendu ; je lui demande de commencer à lire juste le nombre de lignes ou même de mots nécessaires au repérage de l’événement antérieur ayant donné naissance à ce texte.
2/ Le deuxième point consiste en la lecture des questions :
Oui l’élève est tenu par la suite de lire attentivement les questions, quitte à en répondre à certaines, d’ordre général, avant de lire le texte. Pourquoi ?
Notre élève n’aime pas lire, il ne sait pas lire sinon il a déjà une idée d’après le compte –rendu que lui fait le professeur de l’histoire afin de pouvoir démarrer le travail au début de l’année.
Ainsi, en lisant les questions, le champ de concentration et de recherche à travers sa lecture est restreint à certains points. On ne veut pas faire de lui un bon lecteur, ni lui faire maitriser la langue, on cherche à lui faire passer un examen où il tient à avoir un bon résultat. Eh bien il l’aura en procédant de la sorte, et il gagnera beaucoup de temps.
3/ Viendra en dernier lieu la lecture du texte. Il répondra au fur et à mesure, le crayon à la main, à certaines questions . On gagnera du temps puisque dès la première lecture on a déjà certaines réponses. Le reste, on le trouvera au bout d’une deuxième lecture, ainsi on laissera plus de temps à la production écrite.
C’était ma méthode de travailler avec mes élèves l’étude de texte .
Qu’en pensez-vous M Idoubiya, M Elomari et tous mes collègues du secondaire.
Merci de bien vouloir répondre.

  




 Réponse N°1 6969

Ma réponse...
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 28-10-10 à 17:39



Voilà ce que j'étais entrain d'écrire au moment même où vous étiez en train de partager votre expérience d'étude de texte!

- NB- Ces deux dernières années, j'ai fais exprès de me spécialiser dans les deux niveaux 2BAC L et TC S pour la seule raison que les deux niveaux n'ont pas d'examen régional! J'ai pris ces deux classes pour enfin leur apprendre la base de la langue française!

Voilà juste ce que je viens d'envoyer en réponse à l'article "ennui" que vous venez d'éditer...

____________________

NB- Je suis entrain d'expérimenter une pédagogie qui ne date pas d'hier: la pédagogie de maîtrise: ( en dix points!)

Voilà de quoi il s'agit:

1- Les élèves entrent dans la classe;

2- Je leur demande d'ouvrir leurs cahiers et de commencer à réviser;

3- S'il ont une séance d'une heure: ils auront droit à un quart d'heure de révision silencieuse; s'ils ont une séance de deux heures: ils auront droit à vingt cinq minutes de révisions silencieuses...

NB- Cela s'appelle: le moment d'apprentissage! ( c'est un moment consacré à la révision et à la mémorisation des règles de grammaire, de conjugaison et du vocabulaire...= déjà vues en classe...)

4- Après le moment d'apprentissage, vient le moment de l'enseignement: vingt cinq minutes. Cette période est consacrée à la lecture et la transformation ( réécriture) d'un texte - d'une dizaine de lignes: pas plus- au programme que j'ai déjà - entre temps- écrit sur le tableau...Les élèves vont lire le texte et question- réponse, les élèves vont découvrir certains faits de langue et certaines expressions qu'ils vont étudier et consigner dans leur cahier...

5- Le cahier est devisé en deux parties: l'une est consacrée aux leçons ( le programme) , l'autre pour le vocabulaire et le soutien scolaire: les règles de base de la langue française...découvertes dans le même texte.)

6- Après la période de l'enseignement, vient la phase finale de la séance: la révision autonome de ce que nous venons d'étudier ensemble en classe...

7- Une règle générale: pas d'exercice ni de préparation en dehors de la classe: les élèves apprennent ici et maintenant!

8- Les élèves ont apprécié cette méthode et jugent qu'ils commencent à apprendre vraiment le français!

9- Les élèves travaillent dans un calme éducatif favorable à l'apprentissage;

10- Si Samira Yassine, elomari mustapha, vous trouvez cette méthode bénéfique pour vos élèves: faites comme moi! ( AJIOU DIRO BHALI!) = rirrrrrrrrreeeeeeeesss!!!




 Réponse N°2 6971

ok!
  Par   Samira Yassine  (CSle 28-10-10 à 17:48

Je viens de vous répondre et je vais l'essayer dès la semaine prochaine. Ôn a quand même assez d'expérience pour les échanger et devenirs nos propres pédagogues d'ailleurs "اهل مكة ادرى بشعابها" et ce n'est pas ces pédagogues canadiens ou autres qui vont nous apprendre à enseigner nos élèves. j'ai le plus d'expériences parce que je suis la plus vieille et je répète la leçon 8fois. Vous avez compris , pas de commentaires. :)

Mes amitiés.




 Réponse N°3 6973

la situation.
  Par   brahim el harfi  (Profle 28-10-10 à 23:09

salut

tout à fait d'accord : la lecture des questions orientent les hypothèses de lecture vers un seul centre d’intérêt;

aussi des réponses sont elles dissimulées parmi les questions pour qui sait lire entre les lignes ( les lignes d'abord!!).

Le type de texte se révèle un moyen efficace pour présenter le passage en question, le passage qu'a l'élève sous ses yeux

.............................le narrateur relate le départ de son père

.............................Le narrateur décrit la fête d Achoura

Bien entendu, la priorité est accordée à la dominante: narrative ou descriptive, sur la quelle vient se greffer l’évènementiel, sans oublier le cadre spatio-temporel

Cordialement




 Réponse N°4 6984

La situation.
  Par   Samira Yassine  (CSle 30-10-10 à 19:01

Oui M brahim el harfi , situer un passage dans l'oeuvre est un travail colossal à demander à l'élève. Mais il est très important dans la mesure où il reflète son niveau , sa façon de concevoir les choses, s'il a , au moins, lu ou non l'oeuvre.

Merci pour le partage.

Cordialement/




 Réponse N°5 7050

moi aussi
  Par   daki mohamed  (CSle 06-11-10 à 21:44

il n'ya pas mieux que cette methode fondée sur le tatonnemt et la decouverte progressive du texte

il faut adapter ses methodes aux réalités de la classe marocaine.quite à styliser

malheureusement cette lniltiatlve n'ast souvent pas la bienvenue chez certains

a mon avis il faut duser avec l'eleve pour l'amener à s'interesser à vos trucs




 Réponse N°6 7088

d'accord
  Par   mortada majid  (Profle 09-11-10 à 22:50

le prof est maître de sa classe et c'est lui qui doit s'y adapter

on rencontre bcp de problème, mais on essaie de faire de notre mieux (faciliter les choses) pour amener nos élèves à concevoir les différents trucs...





 Réponse N°7 7393

d'accord mais...
  Par   landri mohammed  (CSle 05-12-10 à 15:05

Aucun enseignant ne peut remettre en cause cette affirmation : chaque professeur est maitre de sa classe . cependant comment pourrait-t-on adapter nos méthodes à la réalité de la classe marocaine ? En outre , comment pourrait-t-on concilier le genre de pédagogie préconisée par Mr Rachid Idoubiya avec les contraintes pédagogiques préconisées par les instructions officielles ?




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +