Etre agrégé au maroc, à quoi ça rime ?

 Par marocagreg  (Admin)  [msg envoyés : 2213le 15-07-08 à 15:21  Lu :14644 fois
     
  
 accueil

Enseignement : être agrégé au Maroc, à quoi ça rime ?
Entre des objectifs purement rhétoriques, une stratégie absurde et une perspective vague, l'enseignement ne peut déboucher que sur des profils à la limite de la fiction romanesque :
Dino Buzzati(1) dans son roman « Le désert des Tartares », nous parle de Giovani Drogo, un jeune homme studieux qui ayant réussi ses études militaires avec brio se voit affecté dans le désert (au Fort Bastiani). Alors chevauchant vers cette destinée qu'il espère être le théâtre de ses futurs exploits, il fut déçu de se voir privé de son baptême de feu : Formé pour être soldat, il n'aura jamais l'occasion de faire la guerre. Tel, malheureusement, est le sort réservé à beaucoup de diplômés marocains, un sort digne de la fiction.
Les agrégés marocains n'échappent pas à la règle, formés dans des conditions rigoureuses pour doter le système éducatif d'enseignants de haute qualité, ils sont ensuite confrontés à l'absurde qui paraphe la réalité de notre enseignement. L'agrégation, je cite à la lettre le texte fondateur, a été mise en place pour les raisons suivantes : « Dans l'esprit d'enrichir, d'améliorer la qualité et rendre notre enseignement plus performant, un accord a été conclu avec la France le 31 juillet 1984 pour la création de l'agrégation au Maroc. En l'année scolaire 1985-86, naquit notre système d'agrégation. L'agrégation est un concours difficile qui nécessite une préparation rigoureuse, les connaissances à maîtriser étant nombreuses.Par ailleurs, les objectifs assignés à cette création étaient multiples :
(1)Former des professeurs hautement qualifiés, possédant de solides connaissances théoriques et pratiques capables d'intervenir efficacement à différents niveaux de notre système d'enseignement ; (2)Assurer la relève des coopérants français exerçant dans les CPGE et les CPA ;  (3)Contribuer à la conception des documents pédagogiques, des manuels scolaires et d'outils didactiques. » (2)
Qu'en est 'il dans la réalité vingt ans après la création de cette formation ? On n'a pas besoin d'être dans le domaine pour se rendre compte que les objectifs tracés sont loin d'être atteints. Si la formation des agrégés continue à pourvoir le système scolaire d'enseignants de bonne qualité, certes avec une baisse de niveau de plus en plus évidente d'année en année, les lauréats ne sont pas encore reconnus et aucun diplôme ne leur est délivré. Quant à intervenir efficacement ou à contribuer à la conception des documents pédagogiques, il n'est même pas question d'y penser sans se confronter aux « éléphants » qui s'approprient pour l'éternité le droit de concevoir les documents pédagogiques et bien sûr les manuels scolaires dont les droits d'auteur drainent les intérêts que l'on sait et dont la médiocrité entraîne les retombées catastrophiques que personne n'ignore aujourd'hui.
En effet, en l'absence d'une stratégie claire et d'un statut bien défini pour mettre à profit les compétences des agrégés, ces derniers se retrouvent livrés aux aléas d'une gestion de ressources humaines qui régit, encore, en terme de quantité et non en terme de qualité, le souci majeur étant de « colmater les brèches » et non de mettre chacun à sa place et en fonction de ses compétences.
Alors, on s'interroge sur l'utilité de continuer à former des cadres sans statut et dont on ne sait que faire. Si c'est pour calquer le modèle français, et c'est le cas dans la forme et non dans le fond comme d'habitude, pourquoi faire donc les choses à moitié et ne pas aller jusqu'au bout et doter ces enseignants d'un statut clairement défini et selon une visée bien déterminée ? Persévérer sur cette voie est à plus d'un titre insensé et ne fera que décrédibiliser ce diplôme de renommée internationale dont pourtant d'autres pays africains, justement qui se sont inspiré de l'exemple français à bon escient, ont fait un usage utile, à l'instar de la Tunisie.
On ne peut, finalement, que s'étonner de voir que notre enseignement dont le rôle est d'initier « le sens » s'enlise de plus en plus dans le non-sens en s'acharnant à continuer de générer des diplômes qu'il ne reconnaît pas.
(1) Ecrivain italien
(2) Voir, le site du Ministère de l'Education Nationale.
Behri Abdelaaziz,professeur (Agrégé - Lycée Guenoun - Rabat)
(Article : Soir_Echo 24_06_08 )

  




 Réponse N°1 4804

Nuancer
  Par   marocagreg  (Adminle 13-06-10 à 20:18

Salut,

Je crois, M. Elomari, que la colère qui vous a animé en écrivant votre réponse a un peu voilé votre jugement. Le fait de vouloir défendre la cause des agrégés ne doit pas nous pousser à se réfugier dans une attitude extrême qui nous fait dévier de la vérité.

Il est vrai que l'agrégation est une formation rigoureuse qui demande un engagement et un effort de longue haleine et qui perturbe la vie personnelle des candidats, mais une bonne formation et l'acquisition d'un ensemble de compétences ne nous autoriseraient pas pour autant de proférer des jugements de valeur qui s'écartent de la vérité comme le fait de juger dans l'absolu nos lycéens de nuls, ou comme le fait de considérer qu'un agrégé est indigne d'enseigner dans le lycée. Ce genre de jugements extrémistes est loin de favoriser nos revendications légitimes pour un statut équitable ; au contraire, ils enveniment encore plus nos rapports avec nos autres collègues. Tout en revendiquant ses droits, l'agrégé doit avoir les pieds sur terre et ne pas se considérer comme un super prof qui regarde les autres d'en-haut avec dédain. L'agrégé ne doit pas considérer le travail au lycée comme une insulte à son égard, et surtout il doit avoir une âme modeste : ne dit-on pas que plus on apprend, plus on maîtrise son art, plus on apprend les vertus de l'humilité. Sachez donc qu'au lycée, même public, il existe de très bons éléments... ils ne sont pas très nombreux, mais ils existent. sachez aussi que c'est au lycée que les qualités d'un agrégé doivent apparaître le plus si bien sûr, et cela est valable pour tous les enseignants, agrégés ou non, on lui assure de bonnes conditions de travail.

Vous croyez peut-être qu'à la Faculté les étudiants sont très brillants, eh bien détrompez-vous. Chaque fois que je rencontre des professeurs de l'université et des écoles supérieures, la rengaine de la baisse du niveau, de la faiblesse des candidats revient dans toutes les bouches. La faiblesse du niveau au lycée n'est pas un cas exceptionnel, mais seulement une partie de la vague qui parcourt notre enseignement des pieds à la tête.

Pour finir, je comprends l'ambition légitime de chacun de nous de s'adresser à un public plus performants, de l'espoir de travailler dans un cadre plus encourageant, d'exploiter le savoir et le savoir-faire qu'on a acquis dans notre travail, mais cela ne doit pas pour autant nous faire adopter des opinions aussi extrêmes que celles que vous avez soutenues.

sans rancune !




 Réponse N°2 4805

Le rôle d'Internet! ou agrégeons Internet!
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 13-06-10 à 20:32



Salut,

Je suis heureux d'intervenir pour répondre à cet article qui date de deux ans: le 15-07-08 à 15:21, mais qui est toujours d'actualité!

Je l'ai toujours dis: plus le niveau de la classe est bas, plus je dois fournir plus d'effort! Plus le niveau des élèves est moins bon, plus je dois chercher les méthodes les plus efficaces pour être performant!

Je lis les raisons d'être d'un agrégé:

- "Contribuer à la conception des documents pédagogiques, des manuels scolaires et d'outils didactiques. »

Avec l'outil formidable que constitue Internet, on pourra faire connaître nos compétences et notre formation sera partagée avec beaucoup d'autres!

- " Former des professeurs hautement qualifiés, possédant de solides connaissances théoriques et pratiques capables d'intervenir efficacement à différents niveaux de notre système d'enseignement ; ..."

Intervenir à différents niveaux efficacement! Oui un agrégé peut aider à rehausser le niveau de notre enseignement même au lycée! Car avant tout, un agrégé est payé pour donner un service de qualité, pour aider nos élèves à se découvrir, pour contribuer à la formation des autres enseignants qui n'ont pas nécessairement les mêmes qualités d'un agrégé!

Maintenant, au niveau rémunération, je suis convaincu qu'un enseignant agrégé doit être encouragé par des primes de recherches... Il doit avoir le même statut qu'un professeur de l'université et doit être consulté pour les grandes questions débattues à l'échelle nationale, autour de notre système éducatif! Nous avons une intelligentsia! Profitons de leurs potentialités!

Cordialement.




InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +