Et si elle avait appuyé sur la gâchette?

 Par azelarab qorchi  (?)  [msg envoyés : 27le 20-09-10 à 00:01  Lu :1948 fois
     
  
 accueil

Et si elle avait appuyé sur la gâchette ?
Le petit enfant âgé de trois ans se pencha de la fenêtre grillagée du salon donnant sur le jardin, attiré par le ramage des oiseaux. Il tendit l’oreille, voulant saisir quelques bribes de ces gazouillements, mais il ne savait pas encore que seul Salomon comprenait un tel langage. Suspendu aux barreaux de fer il admirait de ses petits yeux marron la houppelande verte dont la nature s’était drapée. Le printemps agissait sur le ciel et la terre, sur l’Homme et l’animal, sur le corps et l’âme. La fête printanière n’avait pas besoin d’artifices humains. Le soleil rayonnait, les bourgeons éclataient, les papillons dansaient, les abeilles et les oiseaux chantaient l’hymne de la régénération. Bien qu’il ne comprît rien à cette orchestration divine, il resta médusé devant tant de synergie malgré tant de différence. Sa maman était occupée à nourrir et à changer les langes de ses deux frères cadets. Elle ne se rendit pas compte de son silence inhabituel et de sa méditation infantile. Une fois les bambins endormis, elle vint s’asseoir à côté de lui, l’entoura de son bras et guetta avec lui les moindres mouvements dans le jardin. Elle n’avait rien de mieux à faire. A part les travaux ménagers et l’entretien des enfants, les longues journées sans distractions étaient monotones. En se caressant les cheveux, elle rejeta sa tête en arrière. Elle aperçut, accrochée au mur, la carabine 9 mm de son mari. Ce dernier était un amateur de la chasse sans en être un professionnel. Son meilleur trophée était un tout petit chacal, qu’il avait tué beaucoup plus par maladresse que par dextérité. Ce chacal fit la une de toute la famille, nourrit les veillées et les fêtes pendant des années comme les deux bartavelles abattues d’un seul coup par le père de Marcel Pagnol. Elle la saisit, la soupesa de ses mains fébriles et la trouva assez légère. Elle appela son fils pour lui montrer l’arme anodine, d’aspect banal. Le joujou produisit un effet incroyable sur le marmot. Il abandonna son observatoire et se rua vers sa mère. En lui demandant de se calmer pour ne pas réveiller ses frères, elle lui montra les trois parties du fusil : la crosse, le canon et la gâchette. Après avoir donné avec plaisir une leçon théorique sur les armes et sur la balistique en répétant les mêmes explications que son époux lui avait fournies, elle passa à la pratique. Il fallait mettre la crosse sur l’épaule. Et joignant le geste à la parole elle épaula. Ensuite placer une main au dessous du canon et l’autre à hauteur de la gâchette. Comme ça. Enfin fermer un œil, viser la cible avec l’autre, retenir la respiration et de l’index appuyer.
Le canon était orienté vers la tête de l’enfant qui ne comprenait pas un traître mot de ce que racontait la pseudo-experte en armement. Il s’impatientait de plus en plus. Il voulait prendre ce grand jouet, le manipuler, le retourner dans tous les sens, le décortiquer, découvrir son mécanisme…Il n’avait que faire de l’érudition de sa mère. Mais pour le moment il n’avait mis la main que sur ce long bâton de couleur noir qui se terminait par un trou obscur auquel il avait collé l’œil sans rien voir.
Et de l’index appuyer. La femme hésita un instant. Elle savait que le fusil n’était pas chargé car son mari le nettoyait régulièrement, avant et après ses parties de chasse et s’assurait de sa viduité. Pourtant son cœur se serra. Même avec un fusil vide, elle répugnait à tirer sur son petit. Pour taire ses craintes infondées qu’elle attribuait à l’amour et à la prudence excessifs dont elle entourait sa progéniture, elle déplaça le canon vers la poitrine du garçonnet, hésita encore, visa sa jambe droite, puis sa jambe gauche, remonta vers son visage, recula d’un pas. Elle était certaine d’entendre seulement le petit déclic sec qui suit le départ à vide du coup, qui était en plus amusant et qu’on trouvait beaucoup de plaisir à répéter. Pourtant quelque chose la retenait de tirer.
L’enfant s’agrippa fermement au canon et la mère à la crosse. Elle faisait semblant d’être emportée par sa force. Et hop ! Elle le ramenait à elle en le taquinant. Le fusil devint l’attraction du jour qui brisa le farniente des après-midi interminables et ennuyeux. Elle le cachait derrière son dos ou sous sa jupe, le soulevait, le mettait en équilibre sur sa tête, le tournoyait à la manière des cavaliers de la fantasia. Amusé, le gamin riait, battait des mains, escaladait les canapés dans l’espoir d’attraper la bandoulière.
L’enfant et la mère roulèrent sur le tapis usé, le fusil au milieu d’eux collé à leurs corps. Rien ne pouvait arrêter ce jeu improvisé. Le mioche s’empara de la carabine qui lui fut cédée par sa maman de bon cœur. C’était à son tour de faire son numéro bien qu’il ne pût supporter le poids de l’arme. Sa mère l’aida à placer le canon sur son propre ventre et lui montra une seconde fois où mettre le doigt et comment tirer. Elle se mit à genoux, leva les mains et l’implorait de lui épargner la vie. Elle était la condamnée, il était le bourreau. Elle était la gazelle, il était le chasseur. Elle était la criminelle, il était le policier. Pour s’amuser, ils imaginèrent toutes les situations possibles et à chaque fois qu’il voulait appuyer, la gâchette résistait. Elle était trop dure pour un index si fragile.
Un oiseau se posa à la fenêtre et émit un sifflement tout en se frottant les ailes contre ses flancs. L’enfant abandonna le jeu et courut, mains devant, croyant qu’il était facile d’attraper un volatile. L’oiseau se volatilisa, laissant derrière lui une boulette de chiure et quelques plumes éparses. Dépité, le petit se sentit trahi par cette ridicule créature. La maman le repéra sur la branche d’un figuier. Elle allait abattre ce fuyard, sans merci, pour lui apprendre dorénavant à vexer les gentils petiots. Elle épaula, glissa le canon entre deux barreaux, jeta un clin d’œil à l’enfant qui suivait attentivement la manœuvre, visa l’oiseau, suspendit la respiration, et, en se mordillant la lèvre inférieure pour se donner de la contenance déclencha la gâchette avec force.
Le coup partit, assourdissant, propageant son fracas dans les quatre coins du jardin. L’oiseau tomba au pied de l’arbre, raide mort. Est-ce qu’elle rêvait ou bien ses oreilles lui jouaient un mauvais tour ? La femme mit un temps pour réaliser qu’il y avait dans le fusil cette petite balle allongée, dorée, qui faisait mouche en éclatant en mille billes minuscules. Elle blêmit, lâcha l’arme qui resta suspendue à la fenêtre, regarda son fils en l’imaginant à la place de l’oiseau, s’écroula par terre, inerte, et sombra dans un abime profond. L’enfant, encore sous le choc de la détonation, contemplait, l’air innocent, sa maman effondrée. Comment pouvait-il savoir qu’il venait d’échapper de justesse à un infanticide ?
Ce petit enfant, c’était moi.
Histoire vraie
AZELARAB QORCHI
OUJDA 2010

  



Vous aimez cet article ?
Partagez-le sur
  Lacrimosa
  Hors sujet
  Tous les messages de azelarab qorchi


 Réponse N°1 6370

الحمد لله
  Par   bougrine nabil  (CSle 20-09-10 à 00:34

Croyez moi monsieur azelarab!aprés avoir achevé ma lecture je suis resté quelques secondes devant mon pc incapable de bouger!et quand j'ai lu vers la fin qu'il s'agissait d'une histoire vraie,j'ai murmuré:"al hamdou lilah".ce n'est nullement la chance,le hasard ou ce que ressentait votre mère qui vous a épargné la mort.si vous êtes parmi nous aujourd'hui c'est grâce à Dieu.Il est votre sauveur.et s'Il vous a sauvé c'est certainement parce qu'il vous aime.




 Réponse N°2 6374

Et si elle avait appuyé sur la gâchette?
  Par   Samira Yassine  (CSle 20-09-10 à 12:27

Si elle l'avait fait la pauvre mère si tendre si heureuse de son fils aîné, elle en serait devenue folle et nous, on n'aurait pas eu la chance de lire un si grand écrivain.

Vraiment M.azelarab qorchi , vous ne cessez de nous émerveiller par votre style si éloquent, descriptions retardant l'action, accrochant plus le lecteur impatient de connaitre la suite. Beaucoup de suspense. Histoire à couper le souffle, surtout que ce n'est pas de la fiction c'est bel et bien vrai.

M.Quorchi, vous avez vraiment eu de la chance, votre mère aussi.

Je vous souhaite longue vie afin de nous émerveiller encore et encore de vos merveilleux écrits.





 Réponse N°3 6376

don
  Par   marocagreg  (Adminle 20-09-10 à 14:07

Vous avez le don et la griffe d'un bon écrivain. Vous devez penser à écrire des textes plus longs.




 Réponse N°4 6378

Commentaire
  Par   azelarab qorchi  (CSle 20-09-10 à 17:36

Ma mère m'a raconté une multitude de fois cette histoire qui a failli tourner au drame . Et à chaque fois elle pleurait, ne pouvant surpasser sa forte émotion, tout en répétant:"J'allais tuer mon fils de mes propres mains". A cette époque elle devait avoir vingt cinq ans. Quant à moi, je dis toujours

الحمد لله comme mon ami Nabil Bougrine, non pas pour moi mais pour ma mère que j'aime profondément.

Pour la petite histoire j'ai été témoin d'un incident de ce genre durant les années 70 avec des conséquences assez graves. L'un de nos voisins se préparait à aller à la chasse avec ses amis. Il avait chargé son fusil et avait oublié de les aviser. L'un d'eux s'en empara, visa l'un du groupe dont je faisais partie et tira. Il se trouvait juste à côté de moi. Le jeune garçon échappa par miracle à la mort et s'en sortit avec des blessures plein le visage dont il garde des séquelles jusqu'à aujourd'hui.

Je profite de cette occasion pour donner le conseil suivant:"On ne badine pas avec les armes".

Je remercie tous les collègues qui ont réagi à cette nouvelle, pour leurs analyses et pour leurs encouragements.

Amitiés.




 Réponse N°5 6380

"...cette petite balle allongée, dorée,..."
  Par   Idoubiya Rachid  (Profle 20-09-10 à 18:55



Merci M.azelarab qorchi pour cette séquence vraie de votre vie! Les récits de la fiction se ressemblent. Mais les histoires vrais restent toujours gravées dans les mémoires. Je suis sûr que les lecteurs de marocagreg ont lu et vont lire des centaines de nouvelles. Mais la vôtre restera indélébile dans chacune de leurs mémoires.

Félicitation à la vie, après la menace de mort!




 Réponse N°6 6641

le jeu de la mort
  Par   ouhti soumeya  (Profle 02-10-10 à 01:19

salut M.Azelarab, vraiment vous êtes chanceux et nous le sommes aussi, car le destin vous a épargner pour nous. Dieu merci , et que dieu vous bénisse.




 Réponse N°7 25091

On pense à vous M Qorchi
  Par   Samira Yassine  (CSle 12-07-12 à 20:33



Votre absence a duré trop longtemps. On souhaite vous lire très prochainement.





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +