Entrainement a l'examen regional

 Par hammache lhoussaine  (?)  [msg envoyés : 17le 01-03-10 à 19:31  Lu :5700 fois
     
  
 accueil


SUPPORT
CRÉON, la secoue soudain, hors de lui.
Mais, bon Dieu! Essaie de comprendre une minute, toi aussi, petite idiote! J'ai bien essayé de te comprendre, moi. Il faut pourtant qu'il y en ait qui disent oui. Il faut pourtant qu'il y en ait qui mènent la barque. Cela prend l'eau de toutes parts, c'est plein de crimes, de bêtise, de misère… Et le gouvernail est là qui ballotte. L'équipage ne veut plus rien faire, il ne pense qu'à piller la cale et les officiers sont déjà en train de se construire un petit radeau confortable, rien que pour eux, avec toute la provision d'eau douce, pour tirer au moins leurs os de là. Et le mât craque, et le vent siffle, et les voiles vont se déchirer, et toutes ces brutes vont crever toutes ensemble, parce qu'elles ne pensent qu'à leur peau, à leur précieuse peau et à leurs petites affaires. Crois-tu, alors, qu'on a le temps de faire le raffiné, de savoir s'il faut dire «oui» ou «non», de se demander s'il ne faudra pas payer trop cher un jour, et si on pourra encore être un homme après? On prend le bout de bois, on redresse devant la montagne d'eau, on gueule un ordre et on tire dans le tas, sur le premier qui s'avance. Dans le tas! Cela n'a pas de nom. C'est comme la vague qui vient de s'abattre sur le pont devant vous; le vent qui vous giffle, et la chose qui tombe devant le groupe n'a pas de nom. C'était peut-être celui qui t'avait donné du feu en souriant la veille. Il n'a plus de nom. Et toi non plus tu n'as plus de nom, cramponné à la barre. Il n'y a plus que le bateau qui ait un nom et la tempête. Est-ce que tu le comprends, cela?
ANTIGONE, secoue la tête.
Je ne veux pas comprendre. C'est bon pour vous. Moi, je suis là pour autre chose que pour comprendre. Je suis là pour vous dire non et pour mourir.
CRÉON
C'est facile de dire non!
ANTIGONE
Pas toujours.
CRÉON
Pour dire oui, il faut suer et retrousser ses manches, empoigner la vie à pleines mains et s'en mettre jusqu'aux coudes. C'est facile de dire non, même si on doit mourir. Il n'y a qu'à ne pas bouger et attendre. Attendre pour vivre, attendre même pour qu'on vous tue. C'est trop lâche. C'est une invention des hommes. Tu imagines un monde où les arbres aussi auraient dit non contre la sève, où les bêtes auraient dit non contre l'instinct de la chasse ou de l'amour? Les bêtes, elles a u moins, elles sont bonnes et simples et dures. Elles vont, se poussant les unes après les autres, courageusement, sur le même chemin. Et si elles tombent, les autres passent et il peut s'en perdre autant que l'on veut, il en restera toujours une de chaque espèce prête à refaire des petits et à reprendre le même chemin avec le même courage, toute pareille à celles qui sont passées avant.
ANTIGONE
Quel rêve, hein, pour un roi, des bêtes! Ce serait si simple.
Un silence, Créon la regarde.
CRÉON
Tu me méprises, n'est-ce pas? (Elle ne répond pas, il continue comme pour lui.) C'est drôle: Je l'ai souvent imaginé, ce dialogue avec un petit jeune homme pâle qui aurait essayé de me tuer et dont je ne pourrais rien tirer après que du mépris. Mais je ne pensais pas que ce serait avec toi et pour quelque chose d'aussi bête… (Il a pris sa tête dans ses mains. On sent qu'il est à bout de forces.) Ecoute-moi tout de même pour la dernière fois. Mon rôle n'est pas bon, mais c'est mon rôle, et je vais te faire tuer. Seulement, avant, je veux que toi aussi tu sois bien sûre du tien. Tu sais pourquoi tu vas mourir, Antigone? Tu sais au bas de quelle histoire sordide tu vas signer pour toujours ton petit nom sanglant?
ANTIGONE
Quelle histoire?
CRÉON
Celle d'Etéocle et de Polynice, celle de tes frères. Non, tu crois la savoir, tu ne la sais pas. Personne ne la sait dans Thèbes, que moi. Mais il me semble que toi, ce matin, tu as aussi le droit de l'apprendre. (Il rêve un temps, la tête dans ses mains, accoudé sur ses genoux. On l'entend murmurer.) Ce n'est pas bien beau, tu vas voir. (Et il commence sourdement sans regarder Antigone.) Que te rappelles-tu de tes frères, d'abord? Deux compagnons de jeux qui te méprisaient sans doute, qui te cassaient tes poupées, se chuchotant éternellement des mystères à l'oreille l'un de l'autre pour te faire enrager?
ANTIGONE : Jean ANOUILH
I – COMPREHENSION DE L'ECRIT
1°) - Situez cette scène dans le mouvement de la pièce. Aidez-vous des jalons suivants:
Antigone : transgresser l'édit de Créon
Antigone : être capturée par les gardes
Antigone : être déférée devant le roi
Créon : tenter de la dissuader
Créon : apporter nombreux arguments
Créon : dans cette scène, comparer la situation de Thèbes à un bateau qui coule
2°) – Dans quel état d'esprit se trouve le roi Créon? Relevez deux indices justifiant votre réponse.
3°) – Antigone est connue pour son obstination. Relevez dans ce passage ce qui confirme ce trait de caractère
4°) – Relisez la première tirade de Créon puis répondez aux interrogations suivantes:
a - Quel est le champ lexical qui y domine ?
b – Relevez 4 termes qui s'y rapportent.
5°) – Complétez le tableau qui suit pour développer la métaphore filée que contient la première tirade de Créon
LA METAPHORE FILEE
LA METAPHORE SON EXPLICITATION
La barque
Le gouvernail
L'équipage
Les officiers
6°) – Que cherche à atteindre Créon en faisant recours à cette figure de style?
7°) – les répliques de Créon sont longues, celles d'Antigone sont courtes: Comment pourrirez-vous interpréter cette opposition ?
8°) – D'après votre lecture de la pièce, quel argument a permis à Créon de convaincre sa nièce Antigone?
9°) – Nommez les figures de style contenues dans les phrases suivantes
PHRASE FIGURE DE STYLE
A C'est comme une vague qui vient s'abattre sur le pont ……………………………………………….
B les arbres aussi auraient dit Non contre la sève ……………………………………………….
PRODUCTION DE L'ECRIT
SUJET
A l'égard des Nouvelles Technologies: le téléphone cellulaire, l'internet …etc , les avis sont partagés. De quel côté vous rangez-vous: du côté des partisans ou des opposants?
Etalez votre position en l'appuyant d'arguments solides et pertinents
EPREUVE PROPOSEE PAR HAMMACH LHOUSSAIN
LYCEE SIJILMASSA
ERRACHIDIA

  




 Réponse N°1 3855

evaluation Antigone
  Par   drissi youssef  (CSle 30-04-10 à 20:59

TEXTE

ISMÈNE

Allez! Allez!… Tes sourcils joints, ton regard droit devant toi et te voilà lancée sans écouter personne.

Ecoute-moi. J'ai raison plus souvent que toi.

ANTIGONE

Je ne veux pas avoir raison.

ISMÈNE

Essaie de comprendre au moins!

ANTIGONE

Comprendre… Vous n'avez que ce mot-là dans la bouche, tous, depuis que je suis toute petite. Il fallait

comprendre (…). Toujours comprendre. Moi, je ne veux pas comprendre. Je comprendrai quand je

serai vieille. (Elle achève doucement.) Si je deviens vieille. Pas maintenant.

ISMÈNE

Il est plus fort que nous, Antigone. Il est le roi. Et ils pensent tous comme lui dans la ville. Ils sont des

milliers et des milliers autour de nous, grouillant dans toutes les rues de Thèbes.

ANTIGONE

Je ne t'écoute pas.

1-COMPREHENSION: /10

1) complétez le tableau suivant :

Nom de l’auteur Date et lieu de sa naissance Genre de la pièce Date de sa parution

0.25 0.25 0.25 0.25

2) Situez le passage dans la pièce. 1 pt

3) présentez en bref le personnage d'ANTIGONE? 2 pt

4) Complétez le tableau suivant:

Qui parle ? Ismene

A qui ?0.5

Pourquoi ?0.5

5) Relevez deux arguments qu'Ismène apporte pour que sa soeur renonce à son idée d'aller

enterrer leur frère. 1 pt

6) A qui renvoie dans les deux phrases suivantes les pronoms soulignés? 1 pt

" Il est plus fort que nous"

"Ils sont des milliers et des milliers autour de nous ".

7) Quelle figure de style reconnaissez-vous dans les exemples suivants ? Justifiez : 2 pt

Il est plus fort que nous

"La petite Antigone, la sale bête".

8) la phrase soulignée dans le texte est une subordonnée de temps

a) Déterminez la proposition principale, la proposition subordonnée et la conjenction de subordination 0.5 p

b) Quelle est la relation temporelle envisagée entre la subordonnée et la principale ?





InfoIdentification nécessaire
Identification bloquée par
adblock plus
   Identifiant :
   Passe :
   Inscription
Connexion avec Facebook
                   Mot de passe oublié


confidentialite Google +